Reportage

Campagne pour le financement de la lutte contre le sida en Côte d’Ivoire

09 mai 2007

20070509_president_240.jpg
Le Président de la Côte d’Ivoire, S. E. Laurent
Gbagbo (au centre), conduit la campagne de
mobilisation de ressources pour la mise en œuvre
du plan national de lutte contre le sida.

Le Président de la Côte d’Ivoire, S. E. Laurent Gbagbo, conduit la campagne de mobilisation de ressources pour la mise en œuvre du plan national de lutte contre le sida.

Lors d’une table ronde organisée à Abidjan au début mai, le Président Laurent Gbagbo et le Premier ministre Guillaume Soro ont accueilli des membres du gouvernement, des responsables des principaux départements du secteur public et du secteur privé, des représentants de groupes de la société civile, y compris des réseaux de personnes vivant avec le VIH, des chefs religieux et des représentants d’organisations non gouvernementales pour discuter de la stratégie à suivre et des actions à mener pour assurer un financement complet de la mise en œuvre du Plan stratégique national 2006-2010. Des représentants de haut niveau du système des Nations Unies, des partenaires de développement et le Directeur de l’Equipe d’appui aux régions de l’ONUSIDA pour l’Afrique occidentale et centrale avaient également été invités par le Gouvernement ivoirien. 

Le Plan stratégique national 2006-2010 contient des objectifs clairs pour élargir et intensifier l’action vers un accès universel à la prévention, au traitement, aux soins et au soutien du VIH. Il a été élaboré en collaboration avec un certain nombre de partenaires et son coût total s’élève à US$ 577 millions.

Outre le financement national (assuré par le gouvernement lui-même) de la riposte au sida, l’appui technique et financier alloué pour lutter contre l’épidémie en Côte d’Ivoire est fourni par le Plan d’urgence présidentiel d’aide à la lutte contre le sida (PEPFAR), le Fonds mondial, la Banque mondiale et le système des Nations Unies.

20070509_minister_240.jpg
Le Plan stratégique national 2006-2010 contient
des objectifs clairs pour élargir et intensifier l’action
vers un accès universel à la prévention, au
traitement, aux soins et au soutien du VIH.

S’adressant aux participants de la table ronde, le Président et le Premier ministre ont insisté sur le fait que le sida était « le principal obstacle au développement du pays » et ont appelé à une mobilisation sociale élargie et à la participation de tous les secteurs, en particulier de la société civile et des réseaux de personnes vivant avec le VIH. Ils ont également mis l’accent sur l’importance du rôle des partenariats secteur public/secteur privé dans la riposte nationale.

Les dirigeants ont invité les partenaires à harmoniser les approches et à intensifier leur appui, en particulier en cette période cruciale d’après conflit, alors qu’ils s’engageaient eux-mêmes à garantir la transparence et à assumer la responsabilité de la gestion des ressources.

Le Dr Bekele Grunitzky, Directrice de l’Equipe d’appui aux régions de l’ONUSIDA pour l’Afrique occidentale et centrale, s’est entretenue avec le Président en présence du Ministre chargé de la lutte contre le sida, des représentants du PAM, de l’UNICEF, de l’OMS et du Coordonnateur de l’ONUSIDA dans le pays. S’exprimant au nom du Directeur exécutif de l’ONUSIDA, le Dr Peter Piot, le Dr Bekele Grunitzky a remercié et félicité le Président Gbagbo et son gouvernement pour le maintien de leur engagement dans la lutte contre le sida. « Nous félicitons le Président et le pays pour les mesures prises pour instaurer la paix, condition préalable au développement du pays et à l’intensification de la riposte au sida », a-t-elle déclaré.

« Nous félicitons également le gouvernement pour son engagement manifeste et son rôle moteur dans la lutte contre le sida. L’ONUSIDA et ses coparrainants sont pleinement déterminés à appuyer la Côte d’Ivoire tout au long de la mise en œuvre du Plan stratégique national », a-t-elle ajouté.

On estime à 750 000 le nombre de personnes vivant avec le VIH en Côte d’Ivoire dont plus de la moitié sont des femmes de plus de 15 ans (400 000). A la fin 2005, la prévalence du VIH parmi les adultes de 15 à 49 ans était de 7,1 %.




Liens:

Davantage d’informations sur la Côte d'Ivoire (en anglais)

Reportages connexes