Reportage

Traduire les connaissances sur le sida

31 octobre 2007

20071031_Salamanca1_240.jpg
D'abord ciblé sur la traduction du contenu du site web
de l'ONUSIDA dont la version multilingue a été lancée
en 2008, ce partenariat joue un double rôle :
en plus de fournir à l'ONUSIDA des traductions de
grande qualité, il offre aux étudiants de l'université
une opportunité unique de travailler sur les documents
des Nations Unies actuels « en temps réel ».

Preuve a été faite que les individus comprennent et retiennent mieux les informations lorsqu'elles sont rédigées dans leur propre langue. Ainsi, quand il s'agit d'atteindre le plus grand nombre de personnes possible avec des connaissances et des informations concernant le sida, il est impératif de mettre à disposition ces contenus dans un large choix de langues.

C'est la raison pour laquelle l'ONUSIDA fait traduire ses documents, rapports et autres formes de contenus dans ses quatre langues de travail officielles, à savoir l'anglais, le français, l'espagnol et le russe.

Afin de développer encore davantage sa communication multilingue et ses capacités de sensibilisation, l'ONUSIDA a conclu en 2005 un partenariat avec la Faculté de Traduction et de Documentation de l'Université de Salamanque, en Espagne, pour élaborer de nouveaux moyens de développement de la communication sur le sida en espagnol, cette langue employée par 370 millions de personnes sur la planète étant la troisième langue la plus parlée au monde.

D'abord ciblé sur la traduction du contenu du site web de l'ONUSIDA dont la version multilingue a été lancée en 2008, ce partenariat joue un double rôle : en plus de fournir à l'ONUSIDA des traductions de grande qualité, il offre aux étudiants de l'université une opportunité unique de travailler sur les documents des Nations Unies actuels « en temps réel » et de prendre mieux conscience en même temps de la problématique du sida. De cette façon, le partenariat joue un rôle de sensibilisation auprès des jeunes, en les aidant à comprendre la dynamique de l'épidémie dans les différentes régions du monde et en contribuant à réduire la stigmatisation et la discrimination.

Le Dr Jesús Torres del Rey, coordonnateur du projet de partenariat et Vice-doyen de la Faculté de Traduction et de Documentation de l'Université de Salamanque, évoque pour www.unaids.org les avancées réalisées à ce jour et les bénéfices d'un tel partenariat.

Q. Comment fonctionne le partenariat de traduction ?

20071031_Salamanca2_240.jpg
Les étudiants eux-mêmes sont désignés pour coordonner
tout le projet. Une fois terminé, le travail des étudiants
est encore une fois révisé et coordonné par le personnel
de la faculté.

R. Dans le cadre de leur cursus, les étudiants ont la possibilité de choisir parmi une large variété de véritables travaux pratiques de traduction (stages ou « prácticas »). Pour ce partenariat, nous avons décidé de faire de la traduction des contenus du site web de l'ONUSIDA l'un de ces « prácticas », qui est d'ailleurs devenu l'un des plus populaires. Nous recevons les documents de l'ONUSIDA en anglais puis les étudiants travaillent ensemble pour les traduire avant de se relire mutuellement. Les étudiants eux-mêmes sont désignés pour coordonner tout le projet. Une fois terminé, le travail des étudiants est encore une fois révisé et coordonné par le personnel de la faculté. En parallèle aux sessions pratiques, des séminaires spéciaux de 2 mois sont organisés, au cours desquels d'autres textes de l'ONUSIDA sont traduits sous la supervision directe d'un maître de conférences. Tout au long du projet, des délais stricts et des procédures de qualité doivent être respectés par les étudiants, ce qui rend leur tâche aussi semblable que possible aux conditions de travail réelles. L'an dernier, notre projet a bénéficié de fonds de l'AECI, l'Agence espagnole de Coopération internationale, qui fait partie du Ministère des Affaires étrangères. Ceci nous a permis d'acquérir une partie du matériel et des logiciels nécessaires et de fournir d'autres ressources aux étudiants qui travaillent sur ce projet.

Q. Quels sont les avantages pour les étudiants et comment cela peut-il contribuer à la préparation de leur carrière de traducteur professionnel ?

R. Les avantages sont nombreux. Les étudiants travaillent sur des documents authentiques « en temps réel » avec un objectif très clair et utilisent une méthodologie similaire à celle des environnements professionnels, tout en apprenant des choses sur le travail d'une organisation internationale. Non seulement ils effectuent une tâche professionnelle, mais ils contribuent également à la sensibilisation aux messages et aux activités de l'ONUSIDA. Ce partenariat est aussi une source de fierté et de prestige pour l'université et pour les étudiants eux-mêmes.

Q. Outre le travail de traduction réalisé au sein de la faculté, le partenariat implique également les étudiants dans un projet de recherche terminologique : comment fonctionne-t-il et pourquoi est-ce important ?

R. Un bon travail de terminologie en amont et en parallèle au travail de traduction est capital, car tous les traducteurs doivent utiliser des termes spécifiques qui ont été validés par des experts pour des concepts et des situations spécifiques. Pour l'ONUSIDA, il s'agit de mots et de termes en lien avec le sida, aussi bien sur le plan médical que dans un contexte social beaucoup plus large. Les mots peuvent avoir différentes significations selon les situations, de sorte qu'il est essentiel de les placer dans un contexte en plus d'en donner une définition. Nous devons également nous assurer que les idées derrière ces termes et les relations sémantiques entre eux sont clairement compréhensibles par l'ensemble des locuteurs hispanophones dans le monde.

Pour le projet de recherche terminologique, nous commençons par étudier les textes et les traductions, puis nous extrayons des termes spécifiques et nous les entrons dans le logiciel de terminologie. Dans le même temps, nous créons des schémas conceptuels qui nous permettent de gérer toutes les informations. Le point crucial ici est d'être capable d'échanger des informations avec les experts linguistiques de l'ONUSIDA et d'autres responsables concernant les concepts, leur usage, etc. et d'accéder aux documents et publications effectifs de l'ONUSIDA pour extraire le contexte dans lequel ces mots sont employés.

Q. Comment le partenariat entre l'ONUSIDA et l'Université de Salamanque va-t-il se poursuivre et s'étendre ?

R. Notre objectif est d'être en mesure de bâtir une solide plate-forme d'échange pour la communication, la terminologie et la traduction. Le but principal est de pouvoir rendre le flux d'information aussi automatique que possible pour permettre aux étudiants, au personnel de l'ONUSIDA et aux utilisateurs de ces informations d'accéder à des informations opportunes et précises générées par l'ONUSIDA.

 


Reportages connexes