Reportage

Le Sommet de l’Union africaine cible la croissance économique et la sécurité alimentaire

02 juillet 2009

20090702_African_Union_260_200.jpg

Les leaders et représentants de quelque 50 pays africains et différents invités de la communauté internationale sont réunis à Syrte, en Libye, du 1er au 3 juillet pour le 13ème sommet de l’Union africaine qui se déroule sur le thème ‘Investir dans l’agriculture pour la croissance économique et la sécurité alimentaire’.

M. Michel Sidibé, Directeur exécutif de l’ONUSIDA, a également assisté au sommet pendant lequel il a tenu plusieurs consultations avec des leaders africains. Il s’est entretenu avec eux au sujet de la nécessité de ne pas s’attaquer au sida de manière isolée et d’associer la question du VIH à l’ordre du jour international plus large du développement et de la santé, tel que matérialisé par les OMD, en soulignant que la riposte au sida peut donner le rythme pour aider à atteindre plus vite les objectifs des OMD.

Pendant le sommet, M. Sidibé a rencontré M. Jean Ping, Président de l’Union africaine, ainsi que plusieurs leaders africains dont les présidents du Mali, du Sénégal, du Ghana, de République centrafricaine, du Libéria, de Zambie et du Zimbabwe, de même que les ministres des Affaires étrangères de Tanzanie, de Djibouti, du Niger, du Congo, du Tchad, du Mozambique, d’Ethiopie, d’Ouganda, du Bénin et d’Angola. Il a également assisté à un petit-déjeuner offert par Mme Asha-Rose Migiro, Secrétaire générale adjointe des Nations Unies, aux responsables des organismes de l’ONU.

M. Sidibé a par ailleurs souligné la nécessité de mettre un terme à la multiplication des nouvelles infections à VIH. Il a invité tous les gouvernements des pays d’Afrique à s’engager pour que leurs stratégies nationales de lutte contre le VIH réduisent de moitié le nombre de nouvelles infections entre aujourd’hui et la fin 2015. Il a notamment demandé que l’on s’engage pour atteindre l’objectif d’une élimination quasi complète de la transmission mère-enfant du virus et pour réaliser une mobilisation sociale de masse afin de s’attaquer aux pratiques sexuelles et aux normes sociales qui exposent les citoyens africains – en particulier les femmes et les filles – à un risque d’infection à VIH.

Le Directeur exécutif de l’ONUSIDA a aussi mis l’accent sur la nécessité de rendre le traitement plus abordable financièrement et de garantir un accès pérenne à des médicaments de qualité en Afrique. Il a fait valoir que la demande de traitements contre le sida devait devenir une opportunité pour que l’Afrique réforme ses pratiques dans le domaine pharmaceutique ; à cet égard, il a proposé la création d’une Agence africaine des médicaments unique pour garantir des normes élevées et des progrès dans la production de médicaments.

Créée en 2002, l’Union africaine qui regroupe 53 membres a succédé à l’Organisation de l’unité africaine et cherche à promouvoir l’intégration socioéconomique du continent ainsi qu’une plus grande unité entre les pays et les peuples d’Afrique.