Communiqué de presse

L’Afrique du Sud lance une vaste campagne de prévention et de traitement contre le VIH

20100425_ZumaMS_200.jpg
Le Directeur exécutif de l’ONUSIDA Michel Sidibé et le Président d’Afrique du Sud, Jacob Zuma (à droite), lors du lancement national de la campagne le 25 avril 2010. Photo: ONUSIDA/A. Vlachakis

JOHANNESBURG, 25 avril 2010 – Le Président Zuma a aujourd’hui lancé une campagne ambitieuse qui pourrait changer la face de l’épidémie de sida en Afrique du Sud et dans le monde. La campagne vise à effectuer 15 millions de dépistage sur le VIH d’ici l’année 2011, contre 2,5 millions en 2009. Le nombre de personnes dépistées a ainsi été multiplié par six en l’espace de deux ans seulement. Dans le cadre de cette campagne, 1,5 million de personnes recevront des traitements antirétroviraux d’ici à juin 2011, contre un million en 2009.

« L’Afrique du Sud peut briser la trajectoire de l’épidémie de VIH », a déclaré le Directeur exécutif de l’ONUSIDA, Michel Sidibé, lors du lancement national de la campagne à Gauteng, en présence des dirigeants sud-africains. « Cette campagne promet d’être aussi importante que « la Commission Vérité et Réconciliation » pour la riposte au sida dans le pays. »

L’Afrique du Sud est le pays le plus touché au monde par le VIH. Elle compte, selon les estimations, 5,7 millions de personnes vivant avec le virus, soit un sixième du nombre mondial de personnes séropositives. Environ 18 % des adultes sud-africains sont séropositifs au VIH.

Les dépistages sur le VIH offrent un point d’entrée propice aux échanges sur diverses questions délicates comme la sexualité, la violence contre les femmes et les rapports sexuels intergénérationnels. Dans le cadre de la nouvelle campagne, les personnes ayant effectué un dépistage sur le VIH recevront, dans certains cas, 100 préservatifs. Le dialogue intercommunautaire sur la prévention contre le VIH et sur la sexualité sans danger sera aussi relancé.

En Afrique du Sud, les prix de la plupart des médicaments antirétroviraux sont pour le moins 25 à 30 % plus élevés que les prix moyens internationaux correspondants – ce qui constitue un défi crucial pour le pays qui s’efforce actuellement d’étendre ces traitements. L’ONUSIDA se félicite du récent changement de politique adopté par le gouvernement sud-africain pour réduire le coût lié à la distribution des traitements antirétroviraux.

« C’est la première fois qu’un pays décide d’améliorer la prévention et le traitement contre le VIH avec autant de célérité et pour autant de personnes », a déclaré le Directeur exécutif de l’ONUSIDA, Michel Sidibé. « Je félicite l’Afrique du Sud de cette courageuse initiative. »

L’Afrique du Sud finance plus des deux tiers de sa riposte au sida. En 2010, les dirigeants sud-africains ont promis une enveloppe d’un milliard de dollars USD en faveur de cette riposte – soit 30 % de plus que l’année précédente.

Centre de presse

Téléchargez la version imprimable (PDF)


Région/pays