Reportage

Estimations du financement pour la recherche et le développement dans le domaine du sida

30 août 2007

20070830_vaccines_240.jpg
Le Groupe de travail sur le suivi des ressources
pour les vaccins contre le VIH et les microbicides a
été créé pour générer et diffuser des données de
haute qualité, détaillées et comparables sur les
investissements annuels dans la recherche et la
mise au point de vaccins préventifs contre le VIH
et de microbicides.

La mise au point de méthodes et d’outils supplémentaires pour la prévention du VIH – tels que les vaccins contre le VIH et les microbicides – est un élément clé d’une riposte complète au sida.

La recherche et le développement permanents de telles techniques de prévention dépend d’un financement et de dépenses appropriés et efficaces – et pour les appuyer, des données de haute qualité et détaillées sur l’investissement dans ce domaine de la riposte au sida sont d’une importance capitale.

En 2004, l’ONUSIDA, l’Alliance pour le développement de microbicides (AMD), la Coalition pour le plaidoyer en faveur du vaccin contre le sida (AVAC) et l’Initiative internationale pour le vaccin contre le sida (IAVI) ont établi un projet en collaboration afin de suivre le financement pour la recherche et la mise au point de vaccins contre le VIH et de microbicides.

Le Groupe de travail sur le suivi des ressources pour les vaccins contre le VIH et les microbicides a été créé pour générer et diffuser des données de haute qualité, détaillées et comparables sur les investissements annuels dans la recherche et la mise au point de vaccins préventifs contre le VIH et dans des activités relatives aux politiques et au plaidoyer. Ces données peuvent être utilisées pour suivre les niveaux actuels des efforts ; identifier les tendances des investissements, des dépenses, et des cibles en matière de recherche ; identifier les domaines nécessitant davantage de ressources et d’efforts ; estimer l’impact des politiques publiques visant à accroître l’investissement dans de nouvelles techniques de prévention ; et fournir une base de faits pour le plaidoyer politique en faveur des investissements et des affectations dans le domaine de la recherche et du développement. 

L’objectif de ce travail de collaboration est de suivre les progrès réalisés dans la mise en œuvre de la Déclaration d’engagement sur le VIH/sida, adoptée en 2001 lors de la Session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies (UNGASS) sur le VIH/sida. Cette déclaration contient plusieurs indicateurs mondiaux et nationaux qui font l’objet d’un suivi sur une base annuelle par l’ONUSIDA et d’autres. Le deuxième des indicateurs mondiaux pour l’engagement et l’action est « Le montant des fonds publics affectés à la recherche et au développement de vaccins et de microbicides ».

En août 2007, le Groupe de travail a publié un résumé des activités de suivi des ressources – les données les plus récentes disponibles sur les sources mondiales de financement et leur affectation. Ces chiffres sont produits à l’appui d’estimations plus larges des besoins en ressources pour la riposte mondiale au sida dans son ensemble, qui seront publiées à la fin du deuxième semestre de 2007.

Parmi les conclusions des estimations 2007 du Groupe de travail sur la recherche et le développement figure le fait que si les niveaux actuels de financement sont considérables, il y a un besoin crucial de maintenir et d’accroître les investissements dans la recherche et la mise au point de vaccins préventifs, de microbicides et autres nouvelles options pour accélérer de manière optimale le développement de ces nouveaux outils de prévention du VIH et d’en garantir leur accès en fin de compte.

Comme l’indique le dernier rapport sur les estimations du Groupe de travail, en 2006 l’investissement mondial dans la recherche et la mise au point de vaccins préventifs contre le VIH a totalisé quelque US$ 933 millions, soit une augmentation de 23% par rapport aux niveaux de financement de 2005. Cet accroissement du financement peut être attribué principalement aux nouvelles initiatives de recherche financées par le biais des National Institutes of Health (NIH) des Etats-Unis, du Canada, de la Commission européenne (CE), et de la Fondation Bill et Melinda Gates.

Toutefois, les besoins de financement sont susceptibles de rester significatifs au cours des années à venir, car des fonds sont indispensables pour étudier de nouvelles approches pour la conception de vaccins et de microbicides ; mettre de nouveaux produits candidats en circulation ; appuyer des essais cliniques pour tester l’innocuité, l’immunogénicité et l’efficacité de nouveaux produits ; et traduire les résultats des recherches, tels que ceux qui se rapportent à la circoncision masculine des adultes, en politiques et en programmes.

« Le Groupe de travail sur le suivi des ressources pour les vaccins contre le VIH et les microbicides a systématiquement documenté le montant des ressources financières nécessaires et les dépenses réelles émanant des sources publiques pour la recherche et le développement. C’est là un exemple notable dans le domaine du suivi des ressources étant donné la bonne qualité de ses résultats, combiné à un groupe très dynamique capable de traduire les estimations financières en un puissant outil de plaidoyer, » a déclaré Jose Antonio Izazola-Licea, Conseiller principal, Analyse des ressources et des finances, à l’ONUSIDA. 




Liens:

Lire le document complet sur les dernières estimations des investissements et des dépenses pour la recherche et le développement (pdf, 175 Kb) (en anglais)
Visiter le site web du Groupe de travail (en anglais)

Reportages connexes