Reportage

Des signes de progrès dans la riposte mondiale au sida chez l’enfant

16 janvier 2007

20070116_children_aids_340x.jpg
Photo: UNICEF

Il y a un peu plus d’un an, l’UNICEF, l’ONUSIDA et d’autres partenaires lançaient l’initiative Unissons-nous pour les enfants, contre le sida pour faire connaître la face cachée de l’épidémie de sida, les enfants.

 

Mardi 16 janvier 2007, l’UNICEF a publié un rapport intitulé ‘Enfants et sida : Un bilan de la situation’, qui résume les progrès réalisés dans ce domaine depuis le lancement de l’initiative en octobre 2005 et relève les faits marquants et les avancées observés dans la riposte mondiale au sida chez les enfants depuis le lancement de la campagne. Certains pays ont obtenu des résultats remarquables dans la prévention de la transmission du VIH de la mère à l'enfant et la prestation de soins aux enfants vivant avec le sida.

“Il est urgent d'aider les enfants affectés par le sida, a déclaré mardi Mme Ann M. Veneman, Directrice générale de l'UNICEF. La campagne Unissons-nous pour les enfants, contre le sida a pour mission de procurer un traitement aux enfants séropositifs, de prévenir la transmission de la mère à l'enfant et d'aider les enfants rendus orphelins par le sida. Nous devons accélérer le mouvement pour obtenir des résultats positifs en faveur des enfants.”

Le rapport de l’UNICEF présente des données dans quatre domaines clés : prévention de la transmission mère-enfant, accès aux traitements du sida, prévention des nouvelles infections à VIH et appui aux orphelins et aux enfants vulnérables.

Prévention de la transmission mère-enfant

Le rapport atteste de progrès considérables dans le domaine de la prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant. Des pays à forte prévalence en Afrique orientale et australe montrent des résultats particulièrement encourageants. En Namibie par exemple, le pourcentage de femmes enceintes séropositives au VIH bénéficiant d’un traitement pour empêcher la transmission du virus au bébé est passé de 6% en 2004 à 29% en 2005. En Afrique du Sud, ce pourcentage est passé de 22% en 2004 à 30% en 2005.

En dépit de ces progrès, le rapport relève que le pourcentage total de femmes enceintes bénéficiant d’un traitement pour la prévention de la transmission reste extrêmement bas. En 2005, on estime que 9% seulement des femmes enceintes séropositives au VIH vivant dans des pays à revenu faible ou intermédiaire recevaient un traitement pour empêcher la transmission du virus à leur bébé.

Accès aux traitements du sida

Le rapport relève une accélération notable dans la fourniture de traitements pédiatriques, ce qu'on peut attribuer à un meilleur dépistage, une amélioration des compétences du personnel soignant, une baisse du prix des médicaments et une simplification des posologies. Plusieurs pays, dont l'Afrique du Sud, le Botswana, l'Inde, le Rwanda et la Thaïlande, ont été en mesure de soigner un plus grand nombre d'enfants séropositifs en les intégrant à des sites de traitement pour adultes.

A l'échelle mondiale, on ne compte encore que 10% des enfants sous traitement antirétroviral parmi ceux qui en ont besoin. Pourtant, le prix des antirétroviraux pédiatriques a connu une baisse spectaculaire au cours des 12 à 18 derniers mois. Le rapport note que, en 2006, l'Initiative VIH/sida de la Fondation Clinton a négocié une réduction du coût de ces médicaments qui reviennent maintenant à moins de 0,16 dollar par jour ou 60 dollars par an, ce qui a encouragé la concurrence dans le domaine du développement de formules pédiatriques.

Prévenir de nouvelles infections

Le rapport indique que les activités de prévention du VIH prennent à nouveau en compte le besoin de cibler les stratégies sur les adolescents et les jeunes les plus exposés au risque. Il note en particulier que les jeunes femmes devraient faire l’objet d’une attention particulière, car à l'échelle mondiale, le nombre de jeunes femmes infectées dépasse celui des hommes.

De nouvelles données suggèrent que si la prévalence est en baisse au Kenya, dans les zones urbaines de Côte d'Ivoire, du Malawi et du Zimbabwe, ainsi que dans les zones rurales du Botswana, c'est parce que les jeunes semblent adopter des comportements sexuels plus sûrs. Dans plus de 70 des pays inclus dans l'étude, le recours aux services de conseil et de test a augmenté, environ 16,5 millions d'individus y ayant fait appel en 2005 contre seulement 4 millions en 2001.

Soutien aux orphelins et autres enfants vulnérables

En ce qui concerne l'accès à l'éducation, la disparité entre orphelins et non-orphelins s'est réduite de façon significative dans plusieurs pays, en partie grâce à l'abolition des frais de scolarité, estime le rapport. 

Ce dernier relève que le recueil et la ventilation des données par groupes d'âge et par sexe est l'un des moyens les plus importants, les plus simples et les plus efficaces d'inclure les enfants dans les programmes de lutte contre le sida. Le rapport se sert pour la première fois de données de base qui serviront de point de départ pour évaluer les données, nouvelles ou existantes, afin de repérer les tendances discernables concernant les enfants et le sida.

 


Liens:

Lire le Rapport ‘Bilan de la situation’ (pdf, 3,49 Kb) (en anglais)
Lire 'Prévenir la transmission mère-enfant' - Aide-Mémoire (pdf, 37,8 Kb) (en anglais)
Lire 'Fournir des traitements pédiatriques' - Aide-Mémoire  (pdf, 37,9 Kb) (en anglais)
Lire 'Prévenir l’infection parmi les adolescents et les jeunes’ - Aide-Mémoire (pdf, 38,1 Kb) (en anglais)
Lire 'Protéger et soutenir les enfants affectés par le sida' - Aide-Mémoire (pdf, 40,1 Kb) (en anglais)
En savoir davantage sur la campagne "Unissons-nous pour les enfants, contre le sida" (pdf, 1,41 Mb) (en anglais)
Visiter le site "Unisson-nous pour les enfants, unissons-nous contre le sida" (en anglais)

Reportages connexes