Reportage

L’Irlande veut éliminer la stigmatisation

30 janvier 2007

20070130_stigma2_340x.jpg

L’Irlande s’est engagée à éliminer la stigmatisation et la discrimination liées au sida, dans le cadre d’une campagne nationale (‘Stamp out stigma’) lancée par le Premier Ministre irlandais Bertie Ahern le 1er décembre 2006.

Le but de cette campagne de sensibilisation est de faire mieux comprendre le VIH et les problèmes auxquels les personnes séropositives sont confrontées ; elle vise aussi à réduire l’ostracisme lié au VIH sur les lieux de travail et à encourager la création de milieux plus sûrs permettant à ces personnes de divulguer leur sérologie et d’accéder aux services nécessaires. La campagne, qui durera un an, est une initiative commune des Départements irlandais de la Santé et des Enfants et des Affaires étrangères.

« Chaque année le 1er décembre, le monde se réunit pour manifester sa solidarité à l’égard des millions d’hommes, de femmes et d’enfants qui vivent avec le VIH et pour nous rappeler notre obligation à agir maintenant et à remplir les engagements internationaux ambitieux auxquels nous avons souscrit, » a déclaré le Premier Ministre Ahern en lançant la campagne à l’occasion de la Journée mondiale sida.

La campagne comprendra une série d’activités en 2007, notamment la création d’un message anti-stigmatisation qui sera diffusé à la télévision nationale, dans les cinémas du pays et sur Internet. De nombreux partenaires de la riposte au sida participeront à cette campagne, dont le secteur des médias, en vue d’encourager l’absence de stigmatisation et la responsabilité dans la manière de parler du sida dans les médias tant écrits qu’électroniques dans l’ensemble du pays. Des activités et un lobbying se dérouleront aussi pour promouvoir deux lois (Employment Equality Act 1998 et Equal Satus Act 2000) qui interdisent toutes formes de discrimination dans le monde du travail sur la base de l’état sérologique VIH d’une personne.

« Nous devons tous collaborer pour rendre nos sociétés plus ouvertes et plus bienveillantes, plus inclusives et moins promptes à juger, » a conclu le Premier Ministre Ahern.


Reportages connexes