Les Ministres africains réaffirment leur engagement à atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement

Bookmark and Share

Reportage

Les Ministres africains réaffirment leur engagement à atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement

04 avril 2008

20080404_primeminister_200.jpg
M. Meles Zenawi, Premier ministre de la
République Démocratique Fédérale
d’Éthiopie.

Les Ministres africains des Finances, de la Planification et du Développement économique ont conclu leur conférence de trois jours en publiant une déclaration réaffirmant leur engagement à atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) en Afrique d’ici à 2015. La déclaration invite les gouvernements à agir de toute urgence pour élargir et intensifier les investissements du secteur public dans les infrastructures, l’agriculture, la santé et l’éducation. Elle insiste particulièrement sur la réalisation de l’engagement de la Déclaration d’Abuja sur le VIH/sida, la tuberculose et d’autres maladies infectieuses d’affecter 15 % des budgets des pays à des questions de santé.

Dans le cadre des stratégies nationales engagées pour atteindre les OMD ainsi que d’autres objectifs convenus au plan international, les Ministres ont décidé d’augmenter les fonds alloués au niveau national aux OMD, en s’assurant que les ressources générées par les allégements de dettes, les revenus des ressources naturelles et d’autres recettes soient canalisés pour permettre la réalisation des Objectifs.

Lors d’une allocution devant les membres de la conférence, le Dr Peter Piot, Directeur exécutif de l’ONUSIDA, a indiqué que le sida accroissait la nécessité d’engager plus de dépenses publiques dans les domaines de la santé et de la protection sociale, et affaiblissait en même temps les forces laborieuses, réduisant ainsi (jusqu’à 20 % dans certains pays) la capacité des gouvernements à lever des impôts.

20080404_PP_200.jpg
Le Dr Peter Piot, Directeur exécutif de
l’ONUSIDA, a indiqué que le sida
accroissait la nécessité d’engager plus de
dépenses publiques dans les domaines de
la santé et de la protection sociale, et
affaiblissait en même temps les forces
laborieuses, réduisant ainsi (jusqu’à 20%
dans certains pays) la capacité des
gouvernements à lever des impôts.

Dans plusieurs des pays les plus durement touchés par le sida, il faut créer un espace budgétaire supplémentaire pour la riposte au sida. La manière dont cet espace sera créé dépendra de la situation individuelle de chaque pays. Le Dr Piot a insisté sur la nécessité de modifier de toute urgence les critères d’éligibilité permettant de bénéficier de l’aide au développement afin de tenir compte de l’ampleur de l’épidémie, et de ne plus les baser uniquement sur les niveaux de revenu. Cela permettra à des pays à revenu faible ou intermédiaire hautement infectés de bénéficier de conditions et de mécanismes de financement favorables.

La conférence des Ministres des Finances, de la Planification et du Développement économique qui a eu lieu du 31 mars au 2 avril a été axée sur les nouveaux obstacles auxquels l’Afrique sera confrontée au 21ème siècle et sur le nouvel environnement économique international dans lequel ils devront être surmontés.