La Banque mondiale expose sa nouvelle stratégie de lutte contre le sida pour 2007-2011

Bookmark and Share

Reportage

La Banque mondiale expose sa nouvelle stratégie de lutte contre le sida pour 2007-2011

14 mai 2008

080514-wb-200.jpg
La nouvelle publication, L’engagement
de la Banque mondiale en faveur du
VIH/sida en Afrique : Notre agenda pour
l’action, 2007-2011, rappelle que le sida
reste la cause principale de décès
prématuré et constitue une menace
importante pour le développement en
Afrique.

Dans un nouveau rapport lancé le 14 mai 2008, la Banque mondiale réaffirme son engagement à long terme en faveur de la riposte au sida en Afrique.

La nouvelle publication, L’engagement de la Banque mondiale en faveur du VIH/sida en Afrique : Notre agenda pour l’action, 2007-2011, rappelle que le sida reste la cause principale de décès prématuré et constitue une menace importante pour le développement en Afrique. Elle souligne également que la maladie a frappé de manière disproportionnée les femmes et les jeunes filles, qui ont besoin du pouvoir juridique, social et économique pour se protéger, accéder au traitement et aux soins, faire reculer l’infection, et juguler la stigmatisation.

L’agenda pour l’action représente une feuille de route pour les cinq années à venir, destinée à guider le personnel de la Banque. Il met en évidence les enseignements tirés jusqu’ici et définit les actions que la Banque mondiale devra entreprendre pour pouvoir répondre aux demandes d’appui financier, technique, analytique et de collaboration émanant des pays membres et autres partenaires.

La Banque dit s’éloigner de son rôle initial de ‘riposte d’urgence’ en tant que principal financier des programmes de lutte contre le VIH, pour passer à une nouvelle mission comportant quatre nouveaux objectifs stratégiques. Il s’agit notamment : au niveau mondial, de conseiller les pays sur la manière de gérer au mieux la complexité du financement international qu’ils reçoivent ; et au niveau local, d’aider les pays à accélérer la mise en œuvre et à engager une riposte au VIH qui soit durable sur le plan du développement ; de renforcer la capacité de suivi et d’évaluation des pays pour assurer l’efficience, l’efficacité et la transparence de leur riposte au sida ; et d’établir des systèmes de santé et financiers plus solides.

La Banque mondiale a été l’une des premières organisations à agir contre le sida à travers le monde. Depuis 2000, elle a fourni plus de US$ 1,5 milliard à plus de 30 pays d’Afrique subsaharienne pour la riposte à l’épidémie. En tant que l’un des 10 Coparrainants du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA), elle est l’organisation leader dans les domaines de la planification stratégique, de la gouvernance et de la gestion financière.