Reportage

Le Secrétaire général des Nations Unies réunit les compagnies pharmaceutiques à New York

10 octobre 2008

20081010_group_200.jpg
Le Secrétaire général des Nations Unies, accompagné de hauts fonctionnaires du système des Nations Unies, a rencontré dix-sept compagnies mondiales de produits pharmaceutiques et diagnostiques génériques et issus de la recherche.

Le 9 octobre 2008, le Secrétaire général des Nations Unies, accompagné de hauts fonctionnaires du système des Nations Unies, a rencontré dix-sept compagnies mondiales de produits pharmaceutiques et diagnostiques génériques et issus de la recherche, afin de passer en revue les progrès réalisés dans le renforcement des activités d’élargissement de l’accès aux services VIH dans les pays à revenu faible et intermédiaire.

Cette réunion fait suite au précédent dialogue de haut niveau entre l’ONU et les compagnies pharmaceutiques et diagnostiques, tenu en juillet 2006.

Le Dr. Peter Piot, Directeur exécutif de l’ONUSIDA, participait également à cet événement. Dans le cadre de ses remarques générales, il a rappelé les réalisations des Nations Unies et de la communauté internationale dans leurs efforts d’expansion de l’accès à la prévention, au traitement, aux soins et au soutien dans le domaine du VIH.

La réunion s’est tenue immédiatement après la rencontre de haut niveau sur les Objectifs du Millénaire pour le développement, au cours de laquelle les Etats membres ont convenu d’augmenter le financement consacré à la recherche et au développement de médicaments essentiels au traitement du sida et d’autres maladies.

Bien qu’on ait observé une augmentation du nombre de personnes sous traitement antirétroviral dans les pays à revenu faible et intermédiaire (3 millions de personnes suivaient un traitement à fin 2007, par rapport à 1,3 million en 2006), un tiers seulement bénéficie d’un traitement sur l’ensemble des personnes qui en auraient besoin.

Ces dernières années, plusieurs progrès ont été faits dans le domaine du traitement du VIH, tels que la mise au point d’associations de médicaments en doses fixes pour le traitement de première intention, y compris des formules pédiatriques ; une baisse des prix des antirétroviraux pédiatriques et de première intention ; ainsi que des investissements supplémentaires et le développement de technologies pour la prévention et le diagnostic du VIH et le suivi de l’efficacité des thérapies antirétrovirales, chez les adultes comme chez les enfants.

Le Secrétaire général a souligné qu’une plus grande collaboration était nécessaire entre le secteur privé et l’ONU pour étendre les efforts existants en vue de créer un partenariat mondial pour le développement, dans l’esprit de l’objectif 8 des OMD. Il a relevé qu’il était essentiel de progresser sur tous les fronts pour inverser l’épidémie de sida.

Les participants ont convenu de renouveler périodiquement ces réunions de haut niveau, sous l’égide de l’ONUSIDA, afin d’évaluer les progrès accomplis et d’identifier de nouvelles mesures communes.

Reportages connexes


Politique et orientation:

Traitement du VIH – Politiques techniques du programme ONUSIDA


Coparrainants:

Organisation mondiale de la Santé (en anglais)


Centre de presse:

Lire la déclaration du Secrétaire général des Nations Unies (New York, 9 octobre 2008) (pdf, 34 kb) (en anglais)