Reportage

Le PAM aborde le rôle vital de l’alimentation et de la nutrition dans la riposte mondiale au VIH/sida

11 août 2009

20090811_WFP_200.jpg
Au cours d’une session satellite en marge du 9ème Congrès international sur le sida en Asie et dans le Pacifique, le Programme alimentaire (PAM) des Nations Unies et ses partenaires ont étudié le rôle vital de la nutrition et de la sécurité alimentaire pour les personnes vivant avec le VIH. . Photo: PAM/Jim Holmes

Au cours d’une session satellite en marge du 9ème Congrès international sur le sida en Asie et dans le Pacifique (ICAAP), qui se tient à Bali, Indonésie, le Programme alimentaire (PAM) des Nations Unies et ses partenaires ont étudié le rôle vital de la nutrition et de la sécurité alimentaire pour les personnes vivant avec le VIH. Les participants ont examiné des modèles pour l’intégration de ce domaine clé dans le traitement, les soins et l’appui en matière de VIH, ainsi que les opportunités et les défis liés à la mise en œuvre.

L’alimentation et la nutrition ont été largement reconnues en tant qu’élément crucial de la riposte mondiale au sida, à la suite d’un long plaidoyer de la part du PAM et d’autres. Optimiser l’état nutritionnel des personnes vivant avec le VIH est une meilleure pratique attestée sur le plan scientifique. Sans une nutrition appropriée, les personnes vivant avec le VIH sont malnutries et le traitement perd de son efficacité. Le PAM met davantage l’accent sur l’intégration de la prise en charge nutritionnelle dans le secteur de la santé.

Etant donné que l’épidémie de chaque pays est différente, les ripostes nationales au sida doivent refléter la réalité et prendre en compte le contexte des risques et des vulnérabilités propres au pays. Pour le PAM, le message de plaidoyer de l’ONUSIDA « Connaître votre épidémie, connaître votre riposte » signifie que les ripostes nationales au sida comprendront une composante nutrition et alimentation comme il convient.

En Asie, on estime à 5,0 millions le nombre de personnes vivant avec le VIH. La transmission virale est ciblée sur les populations vulnérables prédisposées à l’infection telles que les professionnel(le)s du sexe et les consommateurs de drogues injectables. Dans ce contexte, l’action du PAM sur le sida reflète la tendance de l’épidémie avec des activités comme l’inclusion de dispositifs d’atténuation et de protection à l’intention des populations les plus exposées au risque d’infection dans les plans d’action nationaux et les stratégies de réduction de la pauvreté.

Le Dr Martin W. Bloem, Chef de la section Nutrition et VIH/sida au PAM, a dirigé la session satellite intitulée ‘Modèles pour l’intégration de la nutrition et de la sécurité alimentaire dans le traitement, les soins et l’appui en matière de VIH dans la région de l’Asie : opportunités et défis’. Il a été rejoint par trois autres orateurs : le Professeur émérite Praphan Phanuphak, Directeur, Centre de recherche sur le sida de la Croix-Rouge thaïlandaise ; le Dr Angela Kelly, Chef d’équipe, Institut de la Recherche médicale de Papouasie-Nouvelle-Guinée ; et Mme Kaniz Fatima, Responsable de projet et point focal VIH, PAM Bangladesh.

Ils ont partagé leur expertise et leurs connaissances à propos de l’impact de la nutrition et de la sécurité alimentaire pour les personnes vivant avec le virus ; des opportunités et des enjeux liés à la conception des programmes de nutrition et l’élaboration de directives sur la nutrition et le VIH ; et des priorités pour les futures stratégies.