Le VIH et les crises humanitaires : Opportunités et défis

Bookmark and Share

Reportage

Le VIH et les crises humanitaires : Opportunités et défis

12 août 2009

20090812_humanitarian3_200.jpg
La relation entre les crises humanitaires et le VIH a été souligné lors d’une session satellite qui s’est tenue en marge du 9ème Congrès international sur le sida en Asie et dans le Pacifique, parrainée par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) et le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA). Photo: ONUSIDA/O.O'Hanlon

Avec des millions de personnes à travers le monde qui sont forcées de se déplacer à la suite de conflits ou de catastrophes naturelles, il est de plus en plus crucial d’examiner les relations entre les crises humanitaires et le VIH. Ce problème clé, et ses implications pour l’Asie, a été souligné lors d’une session satellite qui s’est tenue en marge du 9ème Congrès international sur le sida en Asie et dans le Pacifique, parrainée par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) et le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA).

Le lien entre les crises humanitaires et l’épidémie de VIH n’est pas simple. Les situations d’urgence peuvent accroître la vulnérabilité à la transmission du VIH mais il n’en résulte pas nécessairement une augmentation des comportements à risque ou une prévalence plus élevée du VIH. Les personnes confrontées à des conflits ou à des catastrophes naturelles perdent souvent leur source de revenu et certaines peuvent être appelées à adopter des comportements à haut risque pour répondre à leurs besoins de base. Les normes sociales et sexuelles peuvent voler en éclats et les femmes se trouver particulièrement vulnérables car un accroissement des viols est souvent lié aux conflits et aux déplacements. Les crises humanitaires peuvent toutefois jouer un rôle protecteur, car la mobilité des populations est parfois réduite et l’accès à des services de santé et autres services sociaux de qualité peuvent être améliorés, spécialement lorsqu’il s’agit de déplacements à long terme.

Au cours de la session, Opportunités et défis dans la lutte contre le VIH parmi diverses populations humanitaires, les invités œuvrant aux côtés des personnes déplacées ou dans d’autres contextes humanitaires ont étudié ces questions délicates. Ils ont également maintenu que chaque fois que sévit une crise humanitaire, que ce soit dans un contexte de prévalence élevée ou de faible prévalence, des interventions minimales s’imposent pour prévenir le VIH et y répondre.

La réunion visait à sensibiliser les partenaires clés à l’épidémie de VIH, en les encourageant à faire en sorte que les populations humanitaires aient accès aux services de prévention, de traitement, de soins et d’appui, quelle que soit leur situation. Le panel et les participants ont également tenu à échanger idées et expertise, enseignements tirés, défis rencontrés et succès réalisés par les programmes de lutte contre le VIH dans des contextes humanitaires de la région de l’Asie, dans le but d’établir et de renforcer des partenariats entre acteurs pertinents sur le terrain. 

Les orateurs qui se sont exprimés durant la session étaient résolus à passer en revue un large éventail d’idées et d’informations. Les présentations comprenaient notamment : une vue d’ensemble de l’épidémiologie et des principes programmatiques du VIH lors des conflits et l’expérience acquise jusqu’ici dans la région de l’Asie ; l’intégration du VIH dans le plan d’action de la Chine en cas de catastrophe ; les succès et les enjeux des programmes VIH parmi les consommateurs de drogues afghans réfugiés au Pakistan ; et les programmes de traitement parmi les réfugiés vivant dans des contextes stables en Thaïlande.

Le HCR est l’organisme des Nations Unies chef de file de la lutte contre le VIH parmi les réfugiés et les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays du fait de conflits. Il vise à garantir l’accès à des programmes complets relatifs à la prévention du VIH, notamment la prévention de la transmission mère-enfant, le conseil et le test volontaires, l’élaboration et la diffusion de matériels d’information, d’éducation et de communication, les soins, l’appui et le traitement, ainsi que le suivi et l’évaluation.