Le Président Zuma et le Directeur exécutif de l’ONUSIDA lancent un appel en faveur d’un mouvement de prévention de masse lors de la commémoration de la Journée mondiale de lutte contre le sida à Pretoria

Bookmark and Share

Reportage

Le Président Zuma et le Directeur exécutif de l’ONUSIDA lancent un appel en faveur d’un mouvement de prévention de masse lors de la commémoration de la Journée mondiale de lutte contre le sida à Pretoria

01 décembre 2009


UNAIDS Executive Director Michel Sidibé together with President Jacob Zuma at the national commemoration in Pretoria
Credit: UNAIDS/Melanie Hamman

Pour marquer la Journée mondiale de lutte contre le sida, M. Michel Sidibé, Directeur exécutif de l’ONUSIDA, s’est joint aux Sud-africains pour leur commémoration nationale à Pretoria où il a lancé un appel pour la création d’un mouvement de prévention de masse.

M. Sidibé était en compagnie du Président de la République d’Afrique du Sud, M. Jacob Zuma, et du Ministre de la Santé, le Dr Aaron Motsoaledi, au Centre de conférences Tshwane de Pretoria à l’occasion d’un événement qui a réuni des milliers de participants. Lors de celui-ci, le Président Zuma s’est engagé à se soumettre à un nouveau test de dépistage du VIH, personnifiant ainsi le thème des célébrations sud-africaines – Je suis responsable.

Lors de son allocution pour la Journée mondiale de lutte contre le sida, M. Sidibé a évoqué le discours décisif prononcé en octobre par le Président sud-africain, M. Zuma, devant le Conseil national des Provinces au Parlement. Ce discours, salué par M. Ban Ki-Moon, Secrétaire général des Nations Unies, a marqué une rupture fondamentale avec le passé en annonçant les grandes lignes d’objectifs osés et ambitieux destinés à inverser la progression de l’épidémie de sida.

Je suis ici aujourd’hui pour vous dire à quel point je suis solidaire de votre engagement et de votre vision – vous donnez de l’espoir à tant de millions de personnes qui attendent que l’Afrique du Sud rejoigne le front de la riposte mondiale.

Michel Sidibé, Directeur exécutif de l’ONUSIDA

« Je suis ici aujourd’hui pour vous dire à quel point je suis solidaire de votre engagement et de votre vision – vous donnez de l’espoir à tant de millions de personnes qui attendent que l’Afrique du Sud rejoigne le front de la riposte mondiale » a déclaré M. Sidibé.

En Afrique du Sud, on estimait à 5,7 millions le nombre de personnes vivant avec le VIH en 2007, ce qui représente la population la plus importante au monde de séropositifs. L’Afrique subsaharienne reste la région de la planète la plus durement touchée par le virus : elle abrite plus des deux tiers de l’ensemble des personnes vivant avec le VIH et a enregistré près des trois quarts des décès liés au sida en 2008.

Notre message est simple , nous devons enrayer la propagation du VIH et réduire le taux de nouvelles infections. La prévention est notre plus puissante arme contre l’épidémie.

Président de la République d’Afrique du Sud, M. Jacob Zuma

« Notre message est simple » a déclaré le Président Zuma, « nous devons enrayer la propagation du VIH et réduire le taux de nouvelles infections. La prévention est notre plus puissante arme contre l’épidémie ».

Le Président Zuma a annoncé qu’un traitement contre le VIH sera fourni à tous les enfants de moins d’un an dont le test de dépistage révèle la séropositivité.

Il a également évoqué l’objectif de l’Afrique du Sud de promouvoir un test volontaire universel de dépistage du VIH : « Pour faire avancer notre riposte, nous lançons une campagne massive pour inciter tous les Sud-africains à se soumettre à un test de dépistage du VIH. Chacun de nos compatriotes doit connaître son statut sérologique VIH ».

Le renouvellement de l’engagement de l’Afrique du Sud en faveur d’une riposte au sida éclairée par le concret – qui invite ses citoyens à prendre connaissance de leur statut sérologique, à réduire les risques et à demander un traitement – est essentiel pour le succès de la lutte contre le sida au niveau régional, sur le continent africain et au-delà.


(from left) Ambassador of Sweden, H.E. Mr. Peter Tejler, local Representative of the Swedish European Union Presidency; UNAIDS Executive Director Michel Sidibé; Swedish Minister of International Development & Cooperation, Ms. Gunilla Carlsson; Pretoria, 1 December 2009.
Credit: Embassy of Sweden, Pretoria, South Africa

Les espoirs sont bons concernant l’accès universel : en 2008, 44 % des adultes et des enfants de la région ayant besoin d’un traitement antirétroviral avaient accès à celui-ci. Cinq ans plus tôt, la couverture régionale du traitement n’était que de 2 %.

M. Sidibé a cependant indiqué : « avec 7 400 nouvelles infections chaque jour dans le monde, nous devons créer un mouvement de prévention de masse révolutionnaire pour faire reculer l’épidémie ».

Mme Prudence Mabele – qui vit ouvertement sa séropositivité depuis 1992 – s’est aussi exprimée pendant l’événement : « En tant que personne vivant avec le virus, je salue le leadership du gouvernement dans cette nouvelle étape de la lutte contre le VIH » a déclaré Mme Mabele avant d’exhorter le peuple sud-africain : « Prenons tous connaissance de notre statut sérologique afin de pouvoir tous vivre de manière positive ». Mme Mabele est en couverture du document Perspectives sida 2010.

Plus tôt dans la journée, M. Sidibé a assisté à la commémoration de la Journée mondiale de lutte contre le sida de l’Union européenne (UE) organisée par l’Ambassadeur de Suède, M. Peter Tejler, représentant local de la Présidence suédoise de l’UE, à l’Ambassade de Suède à Pretoria.

Pendant cet événement, le plus haut représentant de l’ONUSIDA a souligné l’importance d’une riposte au sida basée sur les droits humains et rappelé qu’il était urgent de recentrer la prévention du VIH.

« Les obstacles universels aux droits humains font aussi obstacle à l’accès universel » a déclaré M. Sidibé.

Mme Gunilla Carlsson, Ministre suédoise de la Coopération au développement international, a lancé un appel pour une plus grande égalité entre les sexes dans le cadre de la riposte au sida : « Les droits des femmes et des filles doivent être garantis, y compris le droit à la santé sexuelle et reproductive. Il faut mettre fin à toutes les formes de violence sexiste ».

M. Mark Heywood, Président adjoint du Conseil national de lutte contre le sida d’Afrique du Sud, et le Juge Edwin Cameron, Cour constitutionnelle de l’Afrique du Sud, étaient également présents.