Un partenariat avec les organisations d'inspiration religieuse en vue d'une quasi-élimination de transmission mère-enfant du VIH

Bookmark and Share

Reportage

Un partenariat avec les organisations d'inspiration religieuse en vue d'une quasi-élimination de transmission mère-enfant du VIH

14 octobre 2009

20091013_MS_Vatican_200.jpg
UNAIDS Executive Director Michel Sidibé in panel discussion with Dr Deborah Birx, Director of the Global AIDS Program, CDC, Dr Georges Tiendrebeogo, Royal Tropical Institute, Cordaid and Dr Miguel H. Diaz, U.S. ambassador to the Holy See. Rome, 14 October 2009.
Photo: Ambassade des Etats-Unis près le Saint-Siège

Le Directeur exécutif de l'ONUSIDA, M. Michel Sidibé, a participé à Rome à une réunion sur la prévention et les traitements précoces du VIH et de la tuberculose chez les jeunes enfants. La conférence, organisée par Caritas Internationalis et l'Ambassade des Etats Unis au Vatican, se tient à la Pontificia Università della Santa Croce de Rome.

La réunion a été ouverte par le président récemment nommé du Conseil pontifical pour la pastorale de la santé, l'Archevêque Zygmunt Zimowski. 

Dans son discours, M. Sidibé a insisté sur l'importance des communautés confessionnelles pour les soins et l'espoir qu'elles apportent, et a reconnu que 30 à 70% des soins de santé en Afrique sont dispensés par des organisations d'inspiration religieuse.

Nous avons comme partenaire un des réseaux les plus puissants au monde : des communautés confessionnelles dévouées, capables de toucher un grand nombre de personnes, et animées par un engagement profond en faveur de la justice sociale et des droits de l'homme.

Michel Sidibé, Directeur exécutif de l'ONUSIDA

En partenariat avec les organisations d'inspiration religieuse, il serait possible d'arriver à une quasi-élimination de la transmission mère-enfant du VIH, a déclaré M. Sidibé : «Nous avons la technologie. Nous avons la volonté. Et nous avons comme partenaire un des réseaux les plus puissants au monde : des communautés confessionnelles dévouées, capables de toucher un grand nombre de personnes, et animées par un engagement profond en faveur de la justice sociale et des droits de l'homme. »

M. Sidibé a également mis l'accent sur le rôle unique de sentinelle endossé par les responsables religieux au sein de grandes communautés, qui leur permet de mobiliser un important mouvement communautaire dans le cadre de la riposte au sida. Or, ce mouvement a besoin d'être redynamisé au plus vite, afin d'exhorter les pays à mettre en place des services de prévention de la transmission mère-enfant du VIH ainsi que des services intégrés de prise en charge de la tuberculose et du VIH.

Selon les estimations, 370,000 enfants naissent chaque année avec le VIH en Afrique subsaharienne, alors que 45% seulement des femmes enceintes sur le continent bénéficient d'un traitement ARV prophylactique. La réunion a donc été l'occasion de favoriser un débat entre les responsables de l'Eglise catholique romaine sur l'urgence d'une extension des services de dépistage et de traitement pour les enfants vivant avec le VIH et la tuberculose et des mesures destinées à empêcher la transmission mère enfant du VIH.

Durant sa visite à Rome, M. Sidibé a également eu l'occasion de rencontrer des représentants de Sant'Egidio, la plus grande organisation catholique de volontaires laïques au monde, qui fournit des traitement antirétroviraux ainsi qu'un soutien nutritionnel à plus de 70,000 personnes dans 10 pays d'Afrique subsaharienne.

La conférence durera du 14 to 16 octobre et réunira des médecins, des membres d'ordres religieux, des chefs de projets sur le sida de l'Eglise catholique, des professeurs de théologie et des représentants de l'industrie pharmaceutique..

Elle est coparrainée par le Conseil pontifical pour la pastorale de la santé, l'ONUSIDA, le Département Halte à la tuberculose de l'Organisation mondiale de la Santé, le Partenariat Halte à la tuberculose, la commission pour la santé de l'Union internationale des supérieures générales, et l'Hôpital des enfants Bambino Gesù.

Empêcher le décès des mères et l'infection des nourrissons par le VIH constitue l'un des domaines prioritaires du Cadre de résultats de l'ONUSIDA (2009-2011)