Sida et sécurité : nouvelles preuves, nouvelles actions

Bookmark and Share

Reportage

Sida et sécurité : nouvelles preuves, nouvelles actions

22 septembre 2009

20090922_cover_200.jpg

Un rapport publié aujourd'hui par l'Initiative sur le sida, la sécurité et les conflits (ASCI) apporte de nouvelles preuves des liens entre sécurité, conflits, consolidation de la paix et VIH, et recommande des mesures appropriées.

Le rapport intitulé VIH/sida, sécurité et conflits : nouvelles réalités, nouvelles réponses est l'aboutissement d'un programme de recherche mené par l'ASCI sur trois ans. Ce rapport rassemble et résume les résultats de 29 études utilisant diverses méthodes de recherche qualitatives et quantitatives, et auxquelles ont participé des partenaires de 17 pays différents. Les études couvrent les quatre domaines thématiques suivants : VIH et Etats fragiles ; personnels en uniforme ; crises humanitaires et transitions post-conflits ; diverses questions transversales comme la sexospécificité ou la collecte des données et les mesures. A ce titre, le rapport fournit des données probantes pour l'élaboration de politiques.

La nécessité de nouvelles approches

En démontrant les effets du VIH sur la sécurité, le rapport de l'ASCI expose comment les crises sécuritaires et les institutions en charge de la sécurité peuvent avoir une influence sur l'incidence du VIH. L'étude montre l'importance de bonnes politiques et de programmes appropriés pour surmonter les défis. Elle suggère 10 moyens permettant d'intégrer les questions relatives au VIH dans les opérations de maintien ou de la consolidation de la paix et les actions humanitaires. Parmi ceux-ci figurent notamment:

  • Une plus grande attention portée aux liens entre la violence faite aux femmes, les rapports sexuels forcés et la détection des personnes exerçant un contrôle sur les professionnel(le)s du sexe et le trafic sexuel.
  • Traiter les manques dans les services liés au VIH, susceptibles d'apparaître entre la période des opérations de secours et la mise en place de programmes de développement. Cela peut être réglé par une intégration de la prévention, des traitements et de l'appui médico-social en matière de VIH dans les actions de désarmement et de démobilisation.
  • Faire prendre conscience du fait que la criminalisation de la consommation de drogues injectables et des rapports sexuels entre hommes met à l'écart des populations plus exposées au risque d'infection, ce qui complique la tâche des services de prévention du VIH et d'autres services de santé pour atteindre ces populations.
  • Examiner les avantages possibles d'une « approche centralisée du commandement » en plaçant la responsabilité des mesures concernant le sida au plus haut niveau de commandement militaire, afin de permettre aux armées d'atteindre un degré d'efficacité le plus élevé possible et de recourir aux meilleures pratiques concernant la prévention, les traitements et la prise en charge du VIH.

Convergence des actions de prévention du VIH

Dans son commentaire sur le nouveau rapport, M. Michel Sidibé, Directeur exécutif de l'ONUSIDA a déclaré : « Ces résultats soulignent l'importance d'une convergence des actions de prévention des violences sexuelles et de prévention du VIH, ces liens restant à établir précisément dans le contexte mondial de la prévention, des traitements et de l'appui médico-social en matière de VIH. » Le Cadre de résultats de l'ONUSIDA (2009–2011) intègre dans deux de ses neufs domaines prioritaires, l'arrêt de la violence faite aux femmes et aux filles et la disparition des lois répressives, des pratiques néfastes, de la stigmatisation et de la  discrimination, qui sont autant d'obstacles à un riposte efficace au sida. 

L'Initiative sur le sida, la sécurité et les conflits (ASCI)

L'ASCI est une initiative commune de recherche mondiale entre le Conseil de recherche en sciences sociales (New York) et l'Institut Clingendael des relations internationales (La Haye), dont l'objectif est d'influencer les politiques et les programmes à l'aide de données probantes et de combler les lacunes existantes dans la connaissance des liens entre sécurité et sida.