Reportage

Une délégation du CCP salue les engagements visant à stopper toutes les stigmatisations et discriminations au Salvador

28 mai 2010

20100528_PCBDayMilingo School_200.jpg
UNAIDS Programme Coordinating Board (PCB) delegation visiting an HIV prevention training guide being implemented at the Canton Milingo Schoolto in El Salvador.14 May 2010.

La récente visite d’une délégation du Conseil de coordination du Programme (CCP) de l’ONUSIDA au Salvador a souligné l’importance que revêt la suppression des stigmatisations et des discriminations dans la riposte au VIH dans le pays. Elle a également salué le leadership assumé par le gouvernement salvadorien sur ces questions.

« Nous nous félicitons des efforts réalisés par la riposte nationale au VIH au Salvador sous la conduite du gouvernement et avec la participation active de la société civile », a déclaré le Dr Marijke Wijnroks, Ambassadeur des Pays-Bas pour le sida, le présidente en cours du CCP. « Nous sommes particulièrement frappés par l’ouverture qui se manifeste à l’égard des sujets difficiles comme l’éducation sexuelle des jeunes, les stigmatisations et discriminations parmi les populations clés comme les HSH, les transsexuels et les personnes travaillant dans le commerce sexuel ».

Cette visite de terrain, qui a eu lieu du 10 au 14 mai 2010, a coïncidé avec la signature d’un décret présidentiel interdisant les discriminations fondées sur le sexe et l’identité sexuelle dans le secteur public. Le Secretaire de l’Inclusion sociale, le Dr Vanda Pignato, qui est aussi l’épouse du chef de l’État salvadorien, a officiellement inauguré le Bureau national de la diversité sexuelle lors de cette visite. Elle a souligné à cette occasion que « le nouveau décret présidentiel traduit l’obligation qui incombe à l’État de résoudre toutes les questions de discrimination. »

Cette visite du CCP a permis aux membres du Conseil de découvrir la réalité concrète de l’épidémie ainsi que le travail mené sur le terrain par l’ONUSIDA et ses partenaires nationaux et internationaux. Le Dr Menna Ould Tolba, délégué du CCP et coordinateur de la riposte au sida en Mauritanie, a souligné : « après avoir participé à cette visite de terrain, je connais maintenant l’importance du travail mené avec – et pour – les groupes de personnes les plus exposées aux infections par le VIH. »

Les délégués du CCP ont par ailleurs été reçus par le Ministre des Affaires étrangères, M. Hugo Martínez, son homologue à la Santé, le Dr Maria Isabel Rodriguez, la directrice du Département sur le VIH/sida, Ana Isabel Nieto, son homologue du Département sur la tuberculose, le Dr. Julio Garay et le Vice-président du pays et Ministre de l’Éducation nationale, Salvador Sanchez Ceren. Ils se sont aussi entretenus avec le médiateur Oscar Luna au sujet de plusieurs questions liées aux droits de l’homme dans le cadre de la riposte au VIH du pays. Ils ont également rencontré des représentants de la société civile, lesquels incluaient des personnes vivant avec le VIH, des HSH, des personnes travaillant dans le commerce sexuel et des transsexuels.

Les délégués ont exposé en ces diverses occasions les dix domaines prioritaires du Cadre de résultats de l’ONUSIDA (2009-2011), notamment le dixième d’entre eux qui concerne les hommes ayant des relations sexuelles avec les hommes (HSH), les personnes travaillant dans le commerce du sexe et les transsexuels. Selon l’ONUSIDA, le Salvador est au premier rang des pays d’Amérique centrale pour son taux de prévalence du VIH parmi les HSH (17,8 %).

Le Ministre de la Santé, le Dr Rodriguez, a indiqué que dans son pays, « le virus couvre plusieurs secteurs, lesquels doivent explorer toutes les possibilités de produire des résultats concrets. »

Lors de leurs rencontres avec les Ministres de la Santé et de l’Éducation, les délégués du CCP ont souligné qu’il était important de lier les services de santé liés à la sexualité et à la reproduction à la riposte menée contre le VIH. La situation des mères adolescentes affectées par le VIH dont les enfants sont nés avec le virus a été particulièrement mise en relief lors de leur visite à la Maternité de San Salvador. Ils ont également visionné la manière dont un guide de formation sur la prévention contre le VIH est mis en application à l’École du canton de Milingo. La société salvadorienne a une longue tradition de résistance face à certaines questions liées à la prévention contre le VIH, comme l’éducation sexuelle à l’école, la stigmatisation et la discrimination. Les délégués ont pu constater les efforts menés par l’État pour mettre en œuvre des programmes liés à cette question et respecter les sensibilités et la foi religieuse qui prévalent parmi les communautés et les personnes. « Nous avons un premier vaccin contre le VIH grâce à l’Éducation », a déclaré l’un des délégués, le Dr Ibra Ndoye, Secrétaire exécutif du Conseil national de lutte contre le sida au Sénégal.

Malgré l’impression très favorable des délégués devant la qualité des programmes menés, ils ont exprimé leurs préoccupations à l’égard de la viabilité des actions de prévention contre le VIH parmi les populations clés. La plupart de ces programmes dépendent fortement de financements externes et sont mis en œuvre par des ONG. À l’heure où les donateurs se retirent progressivement de la région, leur durabilité risque en effet d’être compromise.

Les délégués ont demandé au gouvernement d’assurer la mise en application et le suivi de la Déclaration ministérielle adoptée lors de la première réunion des Ministres de la Santé et de l’Éducation contre le VIH et les IST en Amérique latine et aux Caraïbes, en juillet 2008, à Mexico, lors de la XVIIème Conférence internationale sur le sida. « Nous encourageons le Salvador à partager son expérience et à jouer un rôle de leadership accru dans la riposte régionale au VIH », a déclaré le Dr César Antonio Núñez, Directeur régional de l’ONUSIDA pour l’Amérique latine.

L’ONUSIDA suit les orientations décidées par le Conseil de coordination du Programme qui est son conseil d’administration. Les représentants qui siègent au sein du CCP proviennent des cinq continents et sont issus des Coparrainants de l’ONUSIDA et d’organisations non gouvernementales, lesquelles incluent des personnes vivant avec le VIH.

Le Salvador, qui assure actuellement la vice-présidence du CCP, assumera la présidence du Conseil en 2011. Ce changement de présidence intervient à un moment crucial de la riposte au sida puisque les parties prenantes se réuniront, au cours de ce mandat, pour évaluer les progrès réalisés dans la réalisation de l’accès universel aux services de prévention, de traitements, de soins et de soutien contre le VIH.

Reportages connexes