Une mission de haut niveau encourage le Vietnam à optimiser l'utilisation des ressources pour atteindre l’accès universel

Bookmark and Share

Reportage

Une mission de haut niveau encourage le Vietnam à optimiser l'utilisation des ressources pour atteindre l’accès universel

08 octobre 2010

Les dirigeants de la riposte au sida au Vietnam exhortés à optimiser les ressources et à axer les interventions contre le VIH sur les populations clés à haut risque pour atteindre les cibles d’accès universel.

La délégation rencontre le premier ministre adjoint Truong Vinh Trong.
Photo: ONUSIDA

Une délégation de haut niveau de l‘ONU, dirigée par l’envoyé spécial pour le VIH/sida dans l’Asie et le Pacifique du secrétaire général, Dr Nafis Sadik et le conseiller spécial auprès du directeur exécutif de l’ONUSIDA, M. JVR Prasada Rao, s’est rendue au Vietnam cette semaine pour aborder sa riposte au sida avec des intervenants clés — y compris le premier ministre adjoint Truong Vinh Trong, président du Comité national de la prévention et de la lutte contre le SIDA, la drogue et la prostitution. 

La mission de haut niveau de l’ONU au Vietnam fait partie de l'évaluation régionale dans les pays d'Asie et du Pacifique qui a lieu en 2009-2010 pour améliorer l'efficacité des ripostes au sida dans la région.

L’épidémie de VIH/sida au Vietnam est concentrée parmi des populations clés à haut risque. Tandis que la prévalence du VIH parmi les adultes de 15 à 49 ans est estimée être de 0,44 %, elle est nettement plus haute parmi les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, les consommateurs de drogues injectables et les professionnels du sexe dans le pays.

Le développement et la mise à disposition d’un ensemble standard de prévention du VIH, de traitement, de services de soin et de soutien pour les populations clés de haut risque sont parmi les actions recommandées en priorité par la délégation de l’ONU pour le pays.

Le Vietnam a récemment fait des progrès dans sa riposte au VIH. Ces deux dernières années, le pays a élargi ses programmes d’aiguilles et de seringues.   En 2009, l’utilisation de drogues a été décriminalisée ce qui a permis de créer un environnement plus positif pour des interventions de réduction des risques. L’augmentation totale du nombre d’aiguilles et de seringues propres distribuées est passée de deux millions en 2006 à 24 millions en 2009.

>

La délégation rencontre des personnes vivant avec le VIH à Haiphong.
Photo: ONUSIDA

Une étude récente a montré que 94,6 % des consommateurs masculins de drogues injectables disaient avoir utilisé un matériel d'injection stérile la dernière fois qu'ils s’étaient injectés, et la prévalence du VIH parmi la population qui consomme de la drogue est passée de 29,4 % en 2002 à 18,5 % en 2009.

« Je suis impressionné par le réel engagement et le leadership du premier ministre adjoint Truong Vinh Trong et des dirigeants des ministères concernés dans la lutte contre le VIH, » a déclaré Dr Sadik. « Il est primordial d’établir un changement de politique pour augmenter l’accès aux services de riposte aux VIH. »

« Le Vietnam doit prévoir les ressources financières nécessaires pour soutenir une réponse exhaustive au VIH jusqu'en 2015 et viser à fournir au moins un tiers de la somme totale par des budgets gouvernementaux pour assurer la durabilité de la réponse nationale, » a dit M. Prasada, soulignant les recommandations de la délégation.

La délégation de l’ONU a abordé la réponse nationale au VIH avec un grand nombre d’intervenants, y compris des membres de comité national, des donateurs, des organisations civiles locales et internationales, des autorités provinciales du VIH, des personnes vivant avec le VIH, des personnes à haut risque d’infection et l’équipe mixte des Nations Unies au Vietnam.

Les représentants de la société civile ont souligné le besoin d’une augmentation et d’un maintien des ressources. « Deux districts de Haiphong ne sont toujours pas couverts par des interventions contre le VIH et les personnes vivant avec le VIH souffrent de stigmatisation, discrimination et manque d’accès aux services, » a déclaré Mme Doan Thi Khuyen, membre du groupe d'entraide lors de sa rencontre avec la délégation.

« Je voudrais que vous demandiez aux autorités de riposte contre le VIH de fournir plus de ressources et de faire en sorte que les services soient disponibles dans tous les districts, » a-t-elle proposé.

La délégation fera des recommandations pour que le Vietnam atteigne les cibles d'accès universel et aux OMD liés au sida, identifie les lacunes et barrières, et établisse les actions pour les atteindre, ainsi que les ressources financières et l’assistance technique nécessaires.