Un nouveau film documentaire pour mettre fin à la violence envers les femmes et les filles

Bookmark and Share

Reportage

Un nouveau film documentaire pour mettre fin à la violence envers les femmes et les filles

31 août 2011

Photo : Sonke Gender Justice

Un nouveau film documentaire suivant quatre personnes en Afrique vise à remettre en cause la patriarchie, mettre fin à la violence des hommes envers les femmes et promouvoir l'égalité des sexes. Produit par Sonke Gender Justice et MenEngage, le film intitulé Une voie vers la justice : impliquer les hommes dans les droits de la Femme et la transformation des genres s'axe sur les thèmes du sexe, du VIH et des droits de l'homme.

« Nous devons développer des initiatives créatives pour transformer les normes sexistes et faire tomber les barrières culturelles pour créer de nouvelles virilités. En favorisant le leadership des femmes et des hommes pour l'égalité des sexes, nous pouvons créer des sociétés plus sûres et plus justes, et mettre fin à la violence envers les femmes et les filles », a déclaré Michel Sidibé, directeur exécutif de l'ONUSIDA.

Nous devons développer des initiatives créatives pour transformer les normes sexistes et faire tomber les barrières culturelles pour créer de nouvelles virilités

Michel Sidibé, directeur exécutif de l'ONUSIDA

Dans le film, les protagonistes parlent des difficultés auxquelles ils ont été confrontés et qu'ils ont surmontées. David Tamba, un sierra-léonien dont la femme a été victime d'un viol collectif par des rebelles, a commencé à travailler avec d'autres hommes dans les camps de réfugiés. « Tous les hommes étaient considérés comme méchants. Mais il y avait aussi des hommes pacifistes, qui avaient également souffert ; le seul moyen d'inverser la tendance était donc de parler à nos camarades de sexe masculin et de lancer une campagne en faveur de l'égalité des sexes et de l'émancipation des femmes », a déclaré M. Tamba.

La violence et la menace de violence nuisent à la capacité des femmes et des filles de se protéger contre l'infection au VIH et de prendre des décisions saines. La prévalence des premiers rapports sexuels forcés chez les adolescentes de moins de 15 ans est comprise entre 11 % et 45 % dans le monde. Les adolescentes et les jeunes femmes font partie des groupes les plus vulnérables à l'infection au VIH.