L’ONUSIDA salue le leadership infatigable de SAR la princesse Soamsavali dans la riposte au VIH en Thaïlande

Bookmark and Share

Reportage

L’ONUSIDA salue le leadership infatigable de SAR la princesse Soamsavali dans la riposte au VIH en Thaïlande

15 février 2011

Lors de sa visite officielle au Palais Suan Kalub de Bangkok, le Directeur exécutif de l’ONUSIDA, Michel Sidibé, a rencontré SAR la princesse Soamsavali de Thaïlande.

Lors la visite officielle qu’il a effectuée au Palais Suan Kalub de Bangkok lundi, le Directeur exécutif de l’ONUSIDA, Michel Sidibé, a salué « le dévouement, l’engagement et le leadership inlassables » de SAR la princesse Soamsavali de Thaïlande dans la riposte au VIH menée dans son pays.

« Par vos actions, vos paroles et vos allocations de ressources destinées aux contextes où elles sont les plus nécessaires, Votre Altesse Royale a démontré une réelle vision et un engagement concret à l’égard du VIH », a déclaré M. Sidibé qui effectue actuellement une mission de pays de trois jours en Thaïlande. « Je suis impatient de poursuivre notre collaboration pour sauver et améliorer la vie des personnes », a-t-il ajouté.

En présentant à la princesse une plaque commémorant ses efforts continus en faveur de la prévention contre la transmission du VIH de la mère à l’enfant (PTME) et contre les stigmatisations et discriminations liées au VIH, M. Sidibé a salué l’engagement infatigable de la princesse, commencé il y a quelque 25 ans, dans la riposte au VIH.

Dans le cadre de ses fonctions à la présidence de la Croix-Rouge thaïlandaise, la princesse Soamsavali a contribué à l’introduction des services de PTME en Thaïlande en 1996, soit plusieurs années avant que ce programme ne soit mis en œuvre au titre de la riposte nationale. Ce programme fournit des trithérapies antirétrovirales à toutes les femmes enceintes séropositives indépendamment de leur taux de CD4.

Lors de leur rencontre, le Directeur exécutif de l’ONUSIDA et SAR la princesse Soamsavali ont souligné l’importance de l’accès des populations marginalisées ou fortement exposées au virus – comme les homosexuels et les immigrés clandestins – aux programmes anti-VIH.

Le Directeur exécutif a pris acte des progrès réalisés dans la riposte thaïlandaise au VIH mais a indiqué qu’il reste encore beaucoup à faire. Selon les estimations sur la Thaïlande, on compte 530 000 personnes vivant avec le VIH et la prévalence du virus est d’1,3 % parmi les personnes âgées de 15 à 49 ans.

J’aimerais que le VIH disparaisse de Bangkok. Pour ce faire, il faut accroître les actions visant à supprimer les barrières qui entravent le soutien aux personnes dans le besoin

Le Directeur exécutif de l’ONUSIDA, Michel Sidibé

« J’aimerais que le VIH disparaisse de Bangkok », a déclaré M. Sidibé. « Pour ce faire, il faut accroître les actions visant à supprimer les barrières qui entravent le soutien aux personnes dans le besoin », a-t-il indiqué. Les programmes anti-VIH soutenus par SAR la princesse Soamsavali fournissent des traitements antirétroviraux aux populations marginalisées – un soutien que la princesse s’est engagée à poursuivre.

La visite officielle de M. Sidibé en Thaïlande, qui prend fin le 17 février, inclut plusieurs réunions avec de hauts responsables gouvernementaux et des représentants d’organisations de la société civile.