L'ONUSIDA félicite Annie Lennox d’avoir reçu l'Ordre de l'Empire britannique

Bookmark and Share

Reportage

L'ONUSIDA félicite Annie Lennox d’avoir reçu l'Ordre de l'Empire britannique

04 janvier 2011

Michel Sidibé et Annie Lennox lors d'une manifestation consacrée aux femmes et au VIH à New York en 2010. Crédit: UNAIDS/B. Hamilton

La chanteuse de renommée internationale Annie Lennox, également Ambassadrice itinérante de l'ONUSIDA, s'est vu décerner l'Ordre de l'Empire britannique dans le cadre des titres et distinctions honorifiques attribués par la reine Elizabeth II le 31 décembre, à l'occasion de la nouvelle année.

La distinction accordée à Mme Lennox honore son engagement à la riposte mondiale au sida et son action en faveur des objectifs pour le développement visant à éliminer la pauvreté.

Nommée Ambassadrice itinérante de l'ONUSIDA en 2010, Mme Lennox n’a depuis lors eu de cesse d’œuvrer pour que les femmes bénéficient plus largement des programmes nationaux liés au VIH, et pour que prenne fin la violence à l'égard des femmes et des filles.

« Au nom de l'ONUSIDA, je présente toutes mes félicitations à Mme Lennox pour la prestigieuse distinction qu’elle a reçue » a déclaré Michel Sidibé, Directeur exécutif de l'ONUSIDA. « Mme Lennox défend inlassablement la cause des laissés-pour-compte et c’est un modèle pour des millions de personnes dans le monde ».

Le texte ci-dessous reproduit la première interview de Mme Lennox publiée dans UNAIDS OUTLOOK

Qu'est-ce qui vous a donné l'idée de vous lancer corps et âme dans cette action ?
Il y a quelques années, j'ai eu l'occasion de m’entretenir avec des personnes affectées par le sida dans des régions ravagées par la pandémie, et j'ai commencé à comprendre que c’étaient en fait les femmes et les enfants qui souffraient le plus du fléau. Des populations entières sont décimées mais la question n’intéresse généralement pas les médias du monde occidental. Étant à la fois femme et mère, je me sens obligée de parler au nom des femmes et de faire tout ce qui est en mon pouvoir, avec les moyens dont je dispose, pour sensibiliser l'opinion.

En tant que dernière Ambassadrice itinérante à avoir été nommée par l'ONUSIDA, quels sont vos objectifs ?
Le VIH est un problème complexe, composé de volets multiples auxquels il faut s’attaquer. Tant qu'un vaccin ou un traitement n'aura pas été trouvé, les solutions resteront précaires. Jusqu'ici, je me suis concentrée principalement sur l'Afrique du Sud, car c’est l'un des pays qui connaît le taux de prévalence du VIH le plus élevé au monde, et où environ une femme enceinte sur trois est séropositive.

Avec le lancement du plan stratégique national, dont l'objectif est de réduire de moitié le taux d'infection à VIH et de doubler le nombre de traitements disponibles, j'espère que la situation va s'améliorer d'une manière ou d'une autre ; mais avec le ralentissement économique et les restrictions budgétaires imposées aux donateurs, je crains que cet objectif ne soit pas réalisable et que toute l'Afrique subsaharienne connaisse une situation difficile à l’avenir. J’oeuvre principalement en faveur des femmes et des enfants, notamment pour que le traitement sauvant des vies leur soit accessibles ; l’accès au traitement devrait être un droit humain fondamental mais malheureusement, des millions de personnes en sont privés.

En faisant fond sur les conseils de l'ONUSIDA et sur les moyens dont je dispose, je m'attacherai à transmettre ce message et à faire tout ce qui est en mon pouvoir pour changer le cours des choses.

Que pouvons-nous faire pour faire progresser la riposte au sida ?
Bonne question ! C'est d'ailleurs la question que je me pose tous les matins. Je pense que la seule réponse est de rester mobilisés et de ne pas céder au désespoir.

Etant à la fois mère et femme, je comprends ce que ressentent les femmes, surtout les femmes dans les pays en développement qui n'ont pratiquement aucun droit, que ce soit concernant leur émancipation, leur autonomie, les droits humains, l'accès à l'éducation, le traitement médical ou les droits reproductifs…

Annie Lennox, Ambassadrice itinérante de l'ONUSIDA

Nous aimerions vous poser quelques questions un peu plus légères...

Où avez-vous passé votre enfance ?
J'ai passé les huit premières années de ma vie avec mes parents dans un deux pièces à Aberdeen, dans le nord-est de l'Écosse ; nous avons ensuite déménagé dans les premières tours d'habitation construites dans la ville ; l’appartement nous semblait très moderne et luxueux à l'époque, car nous avions une salle de bain à part, avec une baignoire, de l'eau chaude qui coulait du robinet, le téléphone et une chambre pour moi toute seule !

Que faites-vous pour vous détendre ?
Je me mets au lit ! C'est le meilleur endroit pour recharger les batteries et se relaxer !

Quelle est votre cuisine préférée ?
J'adore toutes les cuisines, la cuisine japonaise et italienne en particulier.

Quel est votre héros ?
Nelson Mandela.

Quel est votre morceau de musique préféré ?
Je ne peux pas répondre à cette question, car j'adore la musique sous toutes ses formes. Mes goûts sont finalement éclectiques. La réponse la plus appropriée serait peut-être de dire que j'adore la musique soul. Qui aurait imaginé ça ?

Quel est votre livre préféré ?
Les livres d'images ayant une belle couverture !

Quel est votre film préféré ?
Spinal Tap.

Quel est votre souvenir le plus heureux ?
Mettre mes deux filles au monde en toute sécurité.

Qu'est ce qui vous stimule ?
Etant à la fois mère et femme, je comprends ce que ressentent les femmes, surtout les femmes dans les pays en développement qui n'ont pratiquement aucun droit, que ce soit concernant leur émancipation, leur autonomie, les droits humains, l'accès à l'éducation, le traitement médical ou les droits reproductifs, etc. Je suis très heureuse de pouvoir vivre avec ces privilèges, et réalisant que pour deux tiers des femmes les plus pauvres du monde ces privilèges sont loin d’être acquis, je veux lutter en leur nom et me servir de tous les moyens dont je dispose pour faire changer le cours des choses.

Quelle est la qualité humaine que vous admirez le plus ?
La gentillesse.

Qu'est-ce que vous valorisez le plus chez vos amis ?
Ce qui a fait que nous nous côtoyons les uns les autres. Il est très difficile de définir des rapports d'amitié et il est encore plus difficile de les quantifier.

Si l'un de vos voeux pouvait être exaucé dans votre vie, que demanderiez-vous ?
De vider la planète de toute forme de violence destructive et de folie. C'est vous qui avez posé la question !

Quelle personne souhaiteriez-vous être plus tard ?
Quelqu'un très large d’esprit.

Quel est votre endroit préféré ?
Ma chambre.

Quelle est votre devise ?
Je n'en ai pas... ne jamais devenir guide !