Annonce de la Communauté de brevets pour les médicaments sur des négociations avec deux laboratoires pharmaceutiques supplémentaires pour des brevets portant sur des médicaments anti-VIH

Bookmark and Share

Reportage

Annonce de la Communauté de brevets pour les médicaments sur des négociations avec deux laboratoires pharmaceutiques supplémentaires pour des brevets portant sur des médicaments anti-VIH

18 juillet 2011

Photo : ONUSIDA

La Communauté de brevets pour les médicaments a entamé des négociations avec Boehringer-Ingelheim et Bristol-Myers Squibb, sur des brevets pour des médicaments anti-VIH essentiels pour traiter les personnes vivant avec le VIH dans les pays en développement. Cette annonce a été réalisée aujourd'hui au cours de la conférence 2011 de l'IAS. La Communauté était déjà en cours de négociation avec cinq autres détenteurs de brevets et a conclu son premier accord de licence avec Gilead Sciences, société pharmaceutique de pointe, la semaine dernière.

Le directeur exécutif de l'ONUSIDA, Michel Sidibé, a salué cette nouvelle car « le partage de l'innovation et des brevets permettra de faire baisser le prix des médicaments et d'apporter un traitement antirétroviral à des millions de personnes supplémentaires. »

« Il est totalement inadmissible, d'un point de vue moral, que neuf millions de personnes attendent un traitement et que 5 000 personnes meurent chaque jour de maladies associées au sida », a ajouté M. Sidibé.

« Parmi toutes les sociétés pharmaceutiques détenant des brevets pour des médicaments anti-VIH, seules trois ne sont actuellement pas engagées dans des négociations avec la Communauté. Nous demandons instamment à Johnson & Johnson, Merck et Abbott de suivre l'exemple de leurs collègues et d'entamer des négociations avec nous », a déclaré Ellen ‘t Hoen, directrice exécutive de la Communauté de brevets pour les médicaments.

L'accord entre la Communauté de brevets pour les médicaments et Gilead Sciences porte sur cinq produits de traitement du VIH et de l'hépatite B : les médicaments ténofovir, emtricitabine, cobicistat et elvitegravir, et une combinaison de ces médicaments en une gélule unique connue sous le nom de « Quad ».

Le partage de l'innovation et des brevets permettra de faire baisser le prix des médicaments et d'apporter un traitement antirétroviral à des millions de personnes supplémentaires

Michel Sidibé, directeur exécutif de l'ONUSIDA

Les licences axées sur la santé publique et concédées pour des produits en cours de développement clinique sont rares. Il s’agit d’une avancée majeure dans un domaine où de nombreux médicaments, dont la valeur est potentiellement inestimable, se trouvent encore au stade de la recherche clinique. Cette licence permettra à des versions génériques de ces nouveaux produits d’être mises sur le marché peu de temps après leur mise à disposition dans les pays riches. 

« UNITAID a travaillé pendant quatre ans pour développer le concept de Communauté de brevets pour les médicaments. Aujourd’hui, nous sommes fiers de constater que ce concept se concrétise en une réalité tangible », a déclaré Philippe Douste-Blazy, président du Conseil d’administration d’UNITAID. « Je salue ces étapes importantes initiées par Gilead et par d'autres compagnies pharmaceutiques et j'encourage vivement les autres compagnies pharmaceutiques à mettre les brevets qu'elles détiennent au service de la santé publique globale ».

La Communauté de brevets pour les médicaments a été créée par UNITAID en juillet 2010 dans le but de faire baisser les prix des médicaments contre le VIH et d'encourager le développement de nouvelles formulations, comme des médicaments destinés aux enfants, au moyen de licences volontaires pour la propriété intellectuelle critique.