Les membres du groupe UN+ discutent de la stigmatisation et de l'assurance santé avec le secrétaire général de l'ONU lors de la Réunion de haut niveau 2011 sur le sida

Bookmark and Share

Reportage

Les membres du groupe UN+ discutent de la stigmatisation et de l'assurance santé avec le secrétaire général de l'ONU lors de la Réunion de haut niveau 2011 sur le sida

08 juin 2011

Réunion UN+ avec le secrétaire général Ban Ki-Moon et les directeurs exécutifs des organismes coparrainant de l'ONUSIDA au siège des Nations unies le 8 juin 2011.
Photo : ONUSIDA/B. Hamilton

UN+, le Groupe du personnel des Nations unies vivant avec le VIH, a rencontré le secrétaire général Ban Ki-moon le 8 juin afin de discuter de la stigmatisation et de la discrimination ainsi que des diverses assurances santé existant dans les différentes agences de l'ONU, qui empêchent les membres du personnel vivant avec le VIH et leurs familles d'accéder à des soins permanents et complets.

« Je suis très engagé sur les questions que défend UN+ et à chaque fois que je rencontre ses membres, je suis personnellement motivé pour agir contre ces problèmes de stigmatisation et de discrimination », a déclaré le secrétaire général Ban Ki-moon. « Je réitère l'engagement des Nations unies de poursuivre la collaboration avec UN+ afin d'améliorer l'environnement de travail pour le personnel de l'ONU vivant avec le VIH », a-t-il ajouté.

Je réitère l'engagement des Nations unies de poursuivre la collaboration avec UN+ afin d'améliorer l'environnement de travail pour le personnel de l'ONU vivant avec le VIH.

Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations unies

Cette rencontre a été l'occasion pour le coordonnateur de UN+, John Oshima, de faire le point sur le travail de ce groupe de défense présent dans toute l'organisation. Depuis sa dernière réunion avec le secrétaire général de l'ONU en 2009, UN+ est passé de 165 à 220 membres. Environ 70 % de ses membres sont des femmes et la majorité sont des membres du personnel travaillant en Afrique subsaharienne. UN+ concentre actuellement ses efforts pour atteindre davantage de personnel vivant avec le VIH dans d'autres régions, notamment l'Asie, les Caraïbes et l'Amérique latine.

UN+ organise des actions au sein du système de l'ONU pour soutenir le personnel des Nations unies vivant avec le VIH et les membres de leur famille dans le monde. Ces actions incluent la défense et la promotion d'un meilleur accès aux soins et à l'appui en matière de VIH, la lutte contre la stigmatisation sur le lieu de travail, la garantie de confidentialité et la levée des restrictions en matière de visas et de déplacements internationaux pour les personnes vivant avec le VIH.

Martina Clark de l'UNICEF a parlé de l'accès aux soins et à l'assurance santé pour les membres du personnel séropositifs au VIH. Elle a expliqué au secrétaire général le travail de recherche que mène UN+ afin d'identifier les écarts entre les régimes d'assurance santé adoptés par les différentes agences, ainsi que plusieurs initiatives proactives conduites par un certain nombre d'agences visant à réduire les charges financières causées par des traitements coûteux.

Jacqueline Cortes de l'ONUSIDA au Brésil a fait part au secrétaire général de la stigmatisation et de la discrimination sur le lieu de travail en racontant sa propre expérience et elle a présenté une nouvelle campagne réalisée en partenariat avec L'ONU avec nous et baptisée La stigmatisation favorise le VIH, dont on espère qu'elle conduira à un changement de comportement parmi les membres du personnel de l'ONU et mettra un terme à la stigmatisation et à la discrimination liées au VIH.

Ban Ki-moon a déclaré qu'il incombait à tous les directeurs d'agences de dénoncer et d'agir contre les comportements discriminatoires ou stigmatisants à tous les niveaux. Il s'agit notamment de travailler sur un accès équitable et juste aux services de soins pour les personnes vivant avec le VIH et celles qui souffrent d'autres affections chroniques de longue durée. En outre, Ban Ki-moon a affirmé que la séropositivité au VIH d'une personne ne devait pas avoir d'incidence sur l'évolution de sa carrière et que le personnel séropositif au VIH devait bénéficier des mêmes opportunités que tout autre individu.

Le directeur exécutif de l'ONUSIDA a clôturé la réunion en remerciant le secrétaire général, les responsables des organismes coparrainants et les représentants de UN+. M. Sidibé a réaffirmé son engagement personnel envers l'importance du rôle de l'ONU dans la création d'un environnement propice pour les membres du personnel vivant avec le VIH.

Réunion de haut niveau de l'Assemblée générale des Nations unies sur le sida

Trente ans après le début de l'épidémie de sida et dix ans après la session spéciale décisive de l'Assemblée générale des Nations unies sur le VIH/sida, le monde se rassemble à nouveau pour examiner les progrès accomplis et tracer la future voie de la riposte mondiale au sida à l'occasion de la Réunion de haut niveau de l'Assemblée générale des Nations unies sur le sida qui se déroulera du 8 au 10 juin 2011 à New York. Les États membres devraient adopter une nouvelle déclaration visant à réaffirmer les engagements actuels et à initier des actions pour orienter et soutenir la riposte mondiale au sida.