La nouvelle stratégie anti-VIH de la Jamaïque : « Faire des droits de l'homme une réalité »

Bookmark and Share

Reportage

La nouvelle stratégie anti-VIH de la Jamaïque : « Faire des droits de l'homme une réalité »

06 août 2012

Dane Richardson (à gauche), Responsable de développement programme, et Kandasi Levermore, Directeur exécutif de Jamaica AIDS Support for Life (JASL), évoquent l'utilisation de l'Outil d'estimation des coûts des droits de l'homme dans le cadre de leur participation au projet pilote.

Le nouveau Plan stratégique national (PSN) de lutte contre le VIH 2012-2017 de la Jamaïque est axé sur la création d'un environnement propice et sur les droits de l'homme. Ce plan a été élaboré en 2011 à l'issue d'un processus de consultation intensif auquel ont participé le gouvernement, le secteur privé, des organisations confessionnelles, des jeunes, des personnes vivant avec le VIH et des partenaires de développement internationaux. 

Le PSN jamaïcain veut faire des droits de l'homme une réalité. Les PSN incluent souvent les droits de l'homme en tant que principes directeurs ou priorités transversales. Cependant, le PSN jamaïcain comporte des actions concrètes et des mesures programmatiques chiffrées en faveur des droits de l'homme, pour lutter contre la stigmatisation et créer un environnement juridique propice à la riposte au VIH. Cela a été possible grâce à l'utilisation du nouvel outil d'estimation des coûts des droits de l'homme de l'ONUSIDA (HRCT – Human Rights Costing Tool) .

L'estimation des coûts du PSN a été réalisée par le Programme national de lutte contre le VIH et les IST, avec l'assistance technique de l'ONUSIDA, et s'est appuyée sur les outils financiers de l'ONUSIDA, notamment l'Outil d'estimation nationale des dépenses relatives au sida (NASA), le Modèle des besoins en ressources (RNM) et le HRCT.

Selon le Dr Pierre Somse, Coordonnateur de l'ONUSIDA pour la Jamaïque, les Bahamas et le Bélize : « L'Outil d'estimation des coûts des droits de l'homme est un puissant catalyseur qui rassemble toutes les parties prenantes travaillant sur les droits de l'homme et permet un dialogue efficace entre elles tout en déterminant des objectifs quantifiables. Il permet aux gens de voir ce qu'est l'approche basée sur les droits de l'homme en réalité. Cela permet donc d'en faire un élément tangible de la planification stratégique, tout en définissant plus précisément ce qu'est une campagne basée sur les droits de l'homme. »

L'Outil d'estimation des coûts des droits de l'homme a été intégré dans le processus d'estimation des coûts du PSN pour trois raisons : estimer à la fois les dépenses et les besoins en ressources en matière de droits de l'homme de manière plus précise dans le but d'éclairer le Modèle des besoins en ressources (RNM) ; promouvoir l'utilisation de l'outil par la société civile et les acteurs travaillant sur les droits de l'homme ; et faciliter la participation de la société civile et des différents acteurs travaillant sur les droits de l'homme au développement du PSN.

L'Outil d'estimation des coûts des droits de l'homme est un puissant catalyseur qui rassemble toutes les parties prenantes travaillant sur les droits de l'homme et permet un dialogue efficace entre elles tout en déterminant des objectifs quantifiables

Dr Pierre Somse, Coordonnateur de l'ONUSIDA pour la Jamaïque, les Bahamas et le Belize

Le processus d'estimation des coûts des activités de défense des droits de l'homme a impliqué plusieurs étapes. Deux ateliers ont été organisés, le premier avec un groupe de base de techniciens et un second avec un groupe élargi de parties prenantes, notamment des représentants de la société civile, des ONG internationales, des membres de l'Équipe commune des Nations Unies, des universitaires, des responsables de réseaux de personnes vivant avec le VIH et le sida, des représentants des populations les plus touchées, ainsi que les responsables du Programme national de lutte contre le VIH et les IST. Ces ateliers ont été l'occasion de discuter du processus d'incorporation de l'outil dans la riposte nationale au VIH, de rechercher des fonds et de rationaliser son application à la composante droits de l'homme du Plan stratégique national de lutte contre le VIH 2012-2017 de la Jamaïque. Les institutions participantes ont trouvé cet outil utile et convivial et se sont engagées à rationaliser l'utilisation de l'outil de manière à obtenir une estimation réelle du niveau des dépenses relatives aux droits de l'homme au sein de leurs propres organisations, y compris dans le cadre d'un effort collectif d'évaluation du niveau des dépenses relatives aux droits de l'homme et des besoins en ressources dans la riposte jamaïcaine en général.

Quelques problèmes ont toutefois été rencontrés dans l'application de l'outil, notamment en raison du nombre limité de programmes et d'activités existants pour alimenter l'outil. Bien que la composition des programmes et des activités soit personnalisable, la limite de 7 programmes et 6 activités par programme s'est avérée être un obstacle dans certains cas, dans la mesure où une simple reformulation de l'intitulé du programme ou de l'activité n'a pas toujours permis de résumer avec succès toute la portée du programme de l'institution ou de ses activités correspondantes. Pour y remédier, les différentes organisations ont été invitées à modifier le menu Liste autant que possible pour trouver les paramètres les mieux adaptés à leurs programmes et activités respectifs : une démarche considérée comme la solution pour surmonter cette difficulté.

Le recours au HRCT s'est aussi révélé bénéfique pour le processus du NASA et du RNM. Il a servi d'outil de collecte de données incroyablement efficace pour les coûts de la riposte en termes de droits de l'homme et facilité l'identification de lacunes importantes dans les estimations des ressources tout en éclairant les mises à jour effectuées au niveau du NASA 2010-2011.

Le HRCT a été conçu à l'origine pour être utilisé par des organisations indépendantes afin d'estimer le coût de leurs programmes de défense des droits de l'homme. Toutefois, les acteurs jamaïcains ont décidé d'adapter cet outil pour estimer le coût des activités de défense des droits de l'homme au niveau national en réalisant une évaluation composite des coûts. Cela s'est révélé très utile dans le processus d'élaboration du PSN. Avec le temps, on a observé une adhésion importante en faveur de la mise en œuvre de l'outil à des fins d'utilisation par les acteurs de la société civile. Cela impliquera la collecte de données qui seront agrégées et utilisées pour actualiser l'estimation des coûts du PSN. Ce processus se terminera par une réunion nationale de validation au cours de laquelle les résultats seront diffusés, avec un consensus sur le chiffre national relatif à l'estimation des coûts de la défense des droits de l'homme.