Mettre les jeunes au cœur de la riposte au VIH

Bookmark and Share

Reportage

Mettre les jeunes au cœur de la riposte au VIH

10 août 2012

Cette année, à la veille de la Journée internationale de la Jeunesse, les Nations Unies ont organisé six vidéo-bulles Google+ diffusées en direct, dans le but d'échanger des informations et des bonnes pratiques et de susciter le débat sur le rôle des Nations Unies, des États membres et de la société civile dans l'amélioration du développement de partenariats avec les jeunes. L'une de ces vidéo-bulles porte plus particulièrement sur la santé sexuelle et reproductive.

La Journée internationale de la Jeunesse a été célébrée dans le monde entier ce dimanche 12 août, nous rappelant le rôle crucial que jouent aujourd'hui les jeunes dans la riposte mondiale au sida. Les jeunes gens âgés de 15 à 24 ans constituent le groupe le plus touché par le sida, représentant 40 % de l'ensemble des infections à VIH chez les adultes. Près de 5 millions d'entre eux vivent avec le VIH dans le monde, avec plus de 2 400 nouvelles infections chaque jour recensées en 2011 chez les 15-24 ans. Bien que les chiffres montrent une baisse de la prévalence du VIH chez les jeunes sur les dix dernières années, il est clair qu'il reste beaucoup à faire.

De nombreux changements positifs se sont produits dans le comportement sexuel des jeunes, avec une baisse significative du nombre de jeunes ayant des partenaires multiples ou des relations sexuelles avant leur 15e anniversaire, ainsi qu'une augmentation de l'usage du préservatif, mais la réalité est très différente selon les pays. Selon les dernières enquêtes en population dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, seulement 24 % des jeunes femmes et 36 % des jeunes hommes ont une connaissance adéquate de la prévention et de la transmission du VIH. Ce manque d'information est une source d'inquiétude, notamment dans les régions où persiste une forte prévalence du VIH.

Tous les jeunes gens, en particulier ceux qui vivent avec le VIH, devraient avoir accès à des services de santé reproductive, de prévention et de soins anti-VIH spécialement conçus pour eux, avec des services adaptés aux jeunes femmes, qui représentent 63 % de tous les jeunes vivant avec le VIH. L'éducation est fondamentale : lorsque les jeunes reçoivent les outils et les incitations qui s'imposent pour adopter des comportements à moindre risque, ils démontrent systématiquement leur capacité à faire des choix responsables et à encourager les autres à faire de même.

Plusieurs jeunes militants ont réitéré l'importance de l'implication des jeunes aux postes de décision dans la lutte contre le sida. Ils ont appelé les gouvernements du monde entier à abolir les restrictions de déplacement pour les personnes vivant avec le VIH, à décriminaliser les populations LGBTI et à assurer l'accès universel aux services de santé pour toutes les populations.

Gabriel Munene, bénévole présent à la Conférence internationale sur le sida, Washington D.C., juillet 2012

L'expérience montre que les programmes de lutte contre le VIH qui ciblent les jeunes sont plus efficaces lorsque ces jeunes sont impliqués en tant que partenaires et peuvent participer à leur élaboration et à leur mise en œuvre. La Déclaration politique de 2011 sur le VIH/sida a appelé tous les pays à soutenir l'implication active et le leadership des jeunes dans la riposte mondiale et les ripostes régionales et nationales. Bien que 150 pays aient déjà fait part de l'inclusion des jeunes dans leurs plans stratégiques nationaux de lutte contre le sida, seuls 91 d'entre eux ont affecté des budgets aux programmes et activités concernant les jeunes. En impliquant les jeunes dans le processus de prise de décision, nous responsabilisons des personnes qui prennent davantage conscience que les autres de ce qui doit être fait.

La Conférence internationale sur le sida, qui a eu lieu cette année à Washington fin juillet, a servi de cadre à plusieurs événements axés sur la participation des jeunes à la riposte au sida, notamment une pré-conférence organisée par YouthForce, un pavillon de la jeunesse et le lancement de Youth Score avec le Directeur exécutif de l'ONUSIDA, Michel Sidibé.

Les jeunes ont eu la possibilité de faire entendre leurs préoccupations concernant leur rôle dans l'épidémie et les mesures à prendre. Gabriel Munene était l'un des nombreux jeunes bénévoles présents lors de la conférence : « Pendant toute la durée de la conférence, le pavillon de la jeunesse a été une véritable ruche, avec une forte participation de jeunes venus du monde entier. Plusieurs jeunes militants ont réitéré l'importance de l'implication des jeunes aux postes de décision dans la lutte contre le sida. Ils ont appelé les gouvernements du monde entier à abolir les restrictions de déplacement pour les personnes vivant avec le VIH, à décriminaliser les populations LGBTI et à assurer l'accès universel aux services de santé pour toutes les populations ».

La Conférence internationale sur le sida, qui a eu lieu cette année à Washington fin juillet, a servi de cadre à plusieurs événements axés sur la participation des jeunes à la riposte au sida, notamment Youth Score, qui a attiré plus de 200 jeunes gens venus pour participer à des ateliers et des activités en compagnie de Lorrie Fair, de l'équipe nationale féminine de football des États-Unis, Steve Zakuani du Seattle Sounders FC et Michael Adams, ancien joueur de la NBA.
Photo : ONUSIDA/Y.Gripas

L'ONUSIDA reconnaît l'importance du travail avec les jeunes pour parvenir à une génération sans sida et a lancé plusieurs programmes visant à responsabiliser les jeunes et à les impliquer dans l'élaboration des plans qui les concernent. CrowdOutAIDS a été lancé en octobre 2011 en tant que politique collaborative et a permis aux jeunes de définir un ensemble de recommandations sur la façon dont le Secrétariat de l'ONUSIDA pouvait travailler plus efficacement pour faire participer les jeunes à la riposte au VIH : plus de 5 000 jeunes militants venus de 79 pays ont pris part à cette initiative. Le mois dernier, à Washington, CrowdOutAIDS s'est associé à Youth Force pour présenter une Déclaration pour le changement : comment les jeunes vont réussir à faire naître une génération sans sida, qui encourage les jeunes à collaborer, à travers les réseaux sociaux, sur une liste de priorités qui pose les jalons de la manière dont les organisations, les réseaux et les militants de la jeunesse vont travailler ensemble pour parvenir aux objectifs fixés pour 2015 par la Déclaration politique.

Cette année, à la veille de la Journée internationale de la Jeunesse, les Nations Unies ont organisé six vidéo-bulles Google+ diffusées en direct, dans le but d'échanger des informations et des bonnes pratiques et de susciter le débat sur le rôle des Nations Unies, des États membres et de la société civile dans l'amélioration du développement de partenariats avec les jeunes. L'une de ces vidéo-bulles porte plus particulièrement sur la santé sexuelle et reproductive.

Les jeunes hommes et femmes, qui représentent un cinquième de la population mondiale, détiennent la clé pour parvenir à la vision de l'ONUSIDA de zéro nouvelle infection à VIH, zéro discrimination et zéro décès dû au sida.