« C'est POSSIBLE sans le sida » : s'adresser aux jeunes avec des messages de prévention du VIH lors de la Coupe d'Afrique des Nations de football

Bookmark and Share

Reportage

« C'est POSSIBLE sans le sida » : s'adresser aux jeunes avec des messages de prévention du VIH lors de la Coupe d'Afrique des Nations de football

25 janvier 2012

De droite à gauche : la star camerounaise de football Samuel Eto'o, Issa Hayatou, le Président de la Confédération Africaine de Football, la Première dame du Gabon Sylvia Bongo Ondimba et le directeur exécutif de l'ONUSIDA Michel Sidibé.

Michel Sidibé, directeur exécutif de l'ONUSIDA s'est rendu au Gabon, un pays d'Afrique de l'Ouest, le 23 janvier pour apporter son soutien à une campagne innovante lancée par la fondation Sylvia Bongo Ondimba, un organisme de bienfaisance dirigé par la Première dame du Gabon.

La campagne baptisée « C'est POSSIBLE sans le sida » utilise le sport comme plateforme pour toucher des millions de personnes sur tout le continent africain, en particulier les jeunes, avec des messages sur la prévention du VIH. Adossée à la Coupe d’Afrique des Nations (ou « CAN ») 2012 - un championnat de football co-organisé par le Gabon et la Guinée Équatoriale - la campagne est soutenue par la star camerounaise de football Samuel Eto’o et Didier Ovono, capitaine de l'équipe nationale gabonaise de football.

Lors d'une réunion dans les bureaux de la Première dame à Libreville, la capitale du Gabon, M. Sidibé a remercié Madame Sylvia Bongo Ondimba pour avoir intégré la vision des « trois zéros » de l'ONUSIDA - Zéro nouvelle infection à VIH, Zéro discrimination et Zéro décès dû au sida - dans la campagne « C'est POSSIBLE sans le sida ». Il a encouragé la Première dame à poursuivre ses efforts pour renforcer la riposte au VIH au Gabon et à travers tout le continent.

« Je suis prêt à ouvrir le débat sur la dépendance au sida avec mes collègues afin de trouver des solutions locales ».

Ali Bongo Ondimba, Président du Gabon

« Je suis très heureux d'être associé au Président et à la Première dame du Gabon dans cette importante campagne, » a déclaré M. Sidibé. « L'ONUSIDA poursuivra son travail avec la Fondation de la Première dame, et ce au-delà de la compétition CAN 2012, et nous souhaitons que les jeunes répondent à notre appel pour un score final de zéro, » ajoute-t-il.

À l'issue de la compétition de football à la mi-février, « C'est POSSIBLE sans le sida » se focalisera sur la riposte nationale au sida au Gabon, chaque trimestre de l'année étant dédié à l'un des « trois zéros. » L'ONUSIDA et la Fondation de la Première dame ont signé un accord pour œuvrer ensemble par le biais de cette campagne axée sur le pays.

Rencontre avec le chef d'État du Gabon

Dans une réunion séparée avec le Président Ali Bongo Ondimba du Gabon le 23 janvier, M. Sidibé a félicité le chef d'État pour son engagement personnel dans la riposte au sida, sur le plan national et de manière globale. Le directeur exécutif de l'ONUSIDA a remercié le Président pour sa participation à la Réunion de haut niveau de l’Assemblée générale des Nations Unies sur le sida en juin 2011 et pour son leadership dans l'adoption d'une résolution historique du Conseil de sécurité de l'ONU sur le sida.

Pendant leurs discussions, M. Sidibé et le Président Ali Bongo Ondimba ont exprimé leurs inquiétudes sur la dépendance de l'Afrique par rapport à un financement extérieur pour la riposte au VIH. « Le niveau d'aide au développement est le reflet de notre propre engagement, » a noté le Président Ondimba. « Je suis prêt à ouvrir le débat sur la dépendance au sida avec mes collègues afin de trouver des solutions locales » a-t-il ajouté.

On estime que deux tiers des dépenses en faveur du sida en Afrique proviennent de sources extérieures. Entre 2009 et 2010, les investissements internationaux pour le sida ont chuté de 13%.

Sensibilisation au sida avec la star de football Samuel Eto’o

Plus tard dans la journée, le directeur exécutif de l'ONUSIDA a tenu une conférence de presse conjointement avec Samuel Eto’o au stade Agondjé à Libreville. M. Sidibé a mis en avant qu'un joueur de football international comme Eto’o peut porter un message puissant aux jeunes en Afrique et bien au-delà, y compris en Europe de l'Est où l'épidémie de VIH progresse rapidement.

Samuel Eto'o (à gauche) et le directeur exécutif de l'ONUSIDA Michel Sidibé.

Lors des informations de presse, M. Eto’o a souligné la nécessité de discuter ouvertement des questions relatives au VIH et de trouver des solutions. « J'espère que le VIH cessera d'être un tabou dans nos communautés » a-t-il indiqué.

La visite au Gabon a débouché sur un geste symbolique : un lâcher de 50 000 ballons rouges et blancs au-dessus du stade en présence de la Première dame, de Samuel Eto’o, du directeur exécutif de l'ONUSIDA, du Président de la Confédération Africaine de Football, Issa Hayatou, et le directeur général de la fondation de la Première dame, Guillaume Adam.