Améliorer la santé des femmes et des enfants, une priorité à Davos

Bookmark and Share

Reportage

Améliorer la santé des femmes et des enfants, une priorité à Davos

26 janvier 2012

Le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon et l'archevêque Desmond Tutu lors de la réunion annuelle 2012 du Forum économique mondial pour améliorer la santé des femmes et des enfants.
Photo : Forum économique mondial

Le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon et l'archevêque Desmond Tutu ont réuni des responsables des Nations Unies, des gouvernements, des milieux universitaires, de la société civile et d'entreprises du secteur privé afin d'identifier les moyens d'améliorer la santé des femmes et des enfants par le biais de technologies novatrices et de partenariats à grande échelle lors de la réunion annuelle 2012 du Forum économique mondial (FEM) qui se tient du 25 au 29 janvier à Davos, en Suisse.

Sur le thème La grande transformation : Façonner de nouveaux modèles, le FEM réunit une audience unique à plusieurs parties prenantes de décideurs mondiaux par le truchement de leaders et de représentants des plus grandes entreprises mondiales pour façonner le futur de l'économie mondiale.

Prenant la parole lors de la session de ce jour, la Directrice exécutive adjointe de l'ONUSIDA, Jan Beagle, responsable de la gestion et des relations extérieures, a cité le Plan mondial pour l'élimination des nouvelles infections à VIH chez les enfants et le prolongement de la vie de leurs mères comme un exemple concret du pouvoir des partenariats collaboratifs entre plusieurs parties prenantes. Partenaires et parties prenantes s'associent en utilisant des moyens nouveaux et innovants, en exploitant les capacités et en partageant la responsabilité des résultats obtenus.

Stopper les nouvelles infections à VIH chez les enfants est un investissement judicieux qui permet d'économiser de l'argent et de sauver des vies

Jan Beagle, Directrice exécutive adjointe de l'ONUSIDA, responsable de la gestion et des relations extérieures.

Stopper les nouvelles infections à VIH chez les enfants et prolonger la vie de leurs mères est essentiel pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement en matière de réduction de la mortalité maternelle et infantile et de renversement de l'épidémie de sida (OMD 4, 5 et 6). « Stopper les nouvelles infections à VIH chez les enfants est un investissement judicieux qui permet d'économiser de l'argent et de sauver des vies », a déclaré Mme Beagle. « Les arguments économiques sont clairs. Aujourd'hui, pour 300 dollars, nous pouvons éviter qu'un bébé soit infecté et économiser 3 fois plus par année de vie que la somme qui serait nécessaire pour un traitement » a-t-elle ajouté.

L'élan suscité par le plan mondial, piloté par le Directeur exécutif de l'ONUSIDA, Michel Sidibé, et le Coordonnateur de la lutte mondiale contre le sida pour le gouvernement américain, Eric Goosby, est en train de prendre rapidement de l'ampleur à mesure que les pays préparent leurs plans nationaux et commencent à mettre en œuvre la feuille de route en 10 points figurant dans le plan mondial. Aucun obstacle technique ou scientifique n'entrave le processus de réponse à cet appel mondial pour agir. Ce qu'il faut, c'est un leadership, une orientation sur des approches universelles pour atteindre les plus vulnérables et pour mobiliser les communautés. Il est également nécessaire de garantir que les synergies sont catalysées par l'intégration des services et l'unification des mouvements.