Les jeunes se mettent au cœur d’AIDS 2012

Bookmark and Share

Reportage

Les jeunes se mettent au cœur d’AIDS 2012

18 juillet 2012

Le Directeur exécutif de l'ONUSIDA, Michel Sidibé, avec les jeunes délégués participant à la manifestation de la pré-conférence des jeunes. Washington, DC. 18 juillet 2012.

Chaque jour 2 400 jeunes entre 15 et 24 ans sont infectés par le VIH dans le monde, ce qui représente 40% de toutes les nouvelles infections chez les adultes. Avec cette tranche d'âge portant un poids significatif de l'épidémie, ils doivent être au centre de la riposte au sida. Une manifestation à la veille d'AIDS 2012 rassemble environ 200 jeunes pour garantir que la participation des jeunes à la plus grande rencontre internationale sur le sida de l'année soit significative et efficace.

La « pré-conférence » aura lieu du 18 au 20 juillet, elle est une occasion pour les jeunes délégués de se connecter avec leurs pairs, de planifier une stratégie et de maximiser leur capacité à gérer avec succès AIDS 2012. La manifestation offre la possibilité de partager des informations de grande qualité sur les dernières tendances de l'épidémie avec un examen des questions spécifiques à la jeunesse, les défis et les besoins. Une formation fondée sur les compétences sur le VIH est également fournie aux jeunes participants. Organisée par YouthForce--une coalition d'organisations de jeunes du monde entier— la pré-conférence des jeunes a donné une plateforme essentielle aux jeunes depuis la Conférence internationale sur le sida en 2000.

« Les jeunes apportent une nouvelle vision à la riposte au sida, alimentée par la passion et la créativité, » commente Mimi Melles, la co-présidente de la pré-conférence et administratrice d'Advocates for Youth. Elle ajoute « Nous sommes les innovateurs et ceux qui opèrent les changements, sans notre implication significative nous ne serons jamais en mesure d'atteindre nos objectifs de zéro nouvelle infection, zéro discrimination et zéro décès dû au sida.

Dans les dernières années, un accent particulier a été mis pour cibler les besoins des jeunes vivant avec le VIH et de ceux des populations concernées comme les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, les professionnel(le)s du sexe et les consommateurs de drogues injectables. En janvier dernier, le Secrétaire général des Nations Unies a présenté son plan d'action sur cinq ans où il a souligné que l'une de ses cinq priorités était de travailler pour les femmes et les jeunes. De même, en octobre 2011, l'ONUSIDA a lancé CrowdOutAIDS - un projet de politique mené par les jeunes qui utilisent les outils des médias sociaux ainsi que la technologie externalisée afin de permettre aux jeunes du monde entier de développer un certain nombre de recommandations pour que le Secrétariat de l'ONUSIDA travaille de manière plus efficace avec les jeunes dans la riposte au sida. Les recommandations nourrissant la Stratégie de leadership de la nouvelle génération sont destinées à augmenter le leadership des jeunes, leur appropriation et leur mobilisation d'ici 2015.

« Nous avons besoin d'un mouvement de jeunes qui s'approprie la riposte et qui responsabilise les gouvernements pour augmenter l'accès équitable des mesures de prévention du VIH, de traitement, de soins et de soutien, » déclare le Directeur exécutif de l'ONUSIDA, Michel Sidibé, prenant la parole lors de la cérémonie d'ouverture. « Par le biais de CrowdOutAIDS nous avons permis aux jeunes de modeler la stratégie de l'ONUSIDA pour l'implication des jeunes, et je m'engage à la mettre en œuvre » ajoute-t-il.

Lors de la manifestation de pré-conférence, l'ONUSIDA avec YouthForce lancera le projet de collaboration Une déclaration pour le changement : comment les jeunes arriveront à créer une génération sans sida - qui sera développé pendant toute la durée de la pré-conférence. Cela permettra à tous les jeunes participant à cette manifestation, ainsi qu'à tous les jeunes au plan mondial, de définir une liste de priorités qui marquera les fondements de la manière dont les organisations de jeunes, les réseaux et les militants collaboreront et se mobiliseront pour atteindre les objectifs 2015 de la Déclaration politique de 2011 sur le sida.

Les manières d'arriver à une large mobilisation sociale parmi les jeunes, surtout les jeunes dans les populations clé, seront étudiées en détail pendant la manifestation des jeunes. Les populations à risque élevé font souvent face à des défis significatifs pour l'accès au traitement à VIH et aux autres services de santé en raison de la stigmatisation et de la discrimination.

Les jeunes apportent une nouvelle vision à la riposte au sida, alimentée par la passion et la créativité

Mimi Melles, co-présidente de la pré-conférence et administratrice d'Advocates for Youth

La réunion donnera également une occasion d'identifier les manières de lever les obstacles sociaux et juridiques qui bloquent l'accès des jeunes aux services sur le VIH. Par exemple, dans presque 70 pays il y a des lois ou des réglementations qui présentent des obstacles à l'accès aux services de prévention anti-VIH pour les jeunes. Seule une fraction des nations dans les régions les plus affectées permettent aux mineurs l'accès au dépistage pour le VIH sans l'accord parental.

Non seulement cela est-il perçu comme particulièrement important pour les jeunes d'agir comme des leaders dans la riposte au sida, mais des manières concrètes pour les jeunes de s'impliquer dans le modèle, la mise en œuvre, le suivi et l'évaluation des programmes anti-VIH seront également débattues. Selon Aram Barra, le président de YouthForce, ses pairs sont plus que prêts pour le défi : « Les jeunes sont souvent classés comme simples destinataires des programmes anti-VIH plutôt que comme leaders reconnus dans la riposte au sida, » déclare M. Barra. « Pour atteindre les objectifs de la déclaration politique, nous avons besoin de gouvernements, de la société civile ainsi que du secteur privé pour fournir aux organisations de jeunes la capacité de construire et les ressources, mais aussi d'établir un partenariat avec les jeunes pour la recherche, le modèle, la mise en œuvre, le suivi et l'évaluation des programmes sur le VIH affectant les jeunes », ajoute-t-il.

Pendant la conférence de trois jours, il y aura un large éventail de sessions animées incluant : la criminalisation du VIH : Faites-vous partie de la population à risque ? ; Les droits des populations lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres (LGBT) dans le mouvement de lutte contre le sida ; Qu'est-ce qu'un partenariat réussi jeunes-adultes ? ; Construire la compétence des jeunes sur le sida pour une action communautaire ; L'émancipation des jeunes dans le commerce du sexe ; et Comment raconter une histoire poignante par la photographie.

Un engagement mieux ciblé et plus élargi de la jeunesse dans la riposte au sida engendrera des résultats positifs puisqu'une partie significative de la baisse générale des nouvelles infestions à VIH est attribuée au changement de comportement des jeunes. Entre 2001 et 2010, la prévalence du VIH a baissé parmi les jeunes entre 15 à 24 ans dans au moins 21 des 24 pays avec une prévalence nationale d'1% ou plus. Les jeunes délégués d'AIDS 2012 ont l'intention de se servir de la conférence pour faire entendre leurs voix et aider à consolider ces avancées lorsqu'ils retourneront dans leurs pays d'origine.