La Directrice exécutive adjointe de l'ONUSIDA félicite le gouvernement namibien pour les progrès enregistrés dans sa riposte nationale au VIH

Bookmark and Share

Reportage

La Directrice exécutive adjointe de l'ONUSIDA félicite le gouvernement namibien pour les progrès enregistrés dans sa riposte nationale au VIH

21 septembre 2012

Jan Beagle, Directrice exécutive adjointe de l'ONUSIDA, Gestion et gouvernance, et l'Honorable Nahas Angula, Premier ministre de la République de Namibie.

Le 20 septembre, lors d'une réunion avec le Premier ministre de la République de Namibie, l'Honorable Nahas Angula, la Directrice exécutive adjointe de l'ONUSIDA Jan Beagle a félicité le gouvernement namibien pour son leadership dans la riposte au VIH et ses remarquables progrès dans la riposte à l'épidémie nationale.

« La Namibie a franchi un grand pas dans sa riposte au sida. Même s'il reste des difficultés à surmonter, elle est un exemple pour les autres pays de la région », a indiqué Mme Beagle.

Une riposte nationale qui progresse

Selon les estimations du gouvernement, la Namibie a connu une augmentation spectaculaire du nombre de personnes ayant accès au traitement anti-VIH, qui est passé de moins de 10 000 en 2004-2005 à plus de 100 000 en 2011-2012. Au cours de la dernière décennie, le nombre de nouvelles infections à VIH en Namibie a baissé d'environ 60 %.

La Namibie a enregistré des progrès remarquables dans l'extension de l'accès aux services de prévention des nouvelles infections à VIH chez les enfants : mi-2012, plus de 86 % des femmes enceintes vivant avec le VIH bénéficiaient de services de prévention de la transmission du VIH de la mère à l'enfant, soit un triplement du chiffre depuis 2005.

Mme Beagle a indiqué que la Namibie était en bonne voie pour éliminer la transmission du VIH de la mère à l'enfant d'ici 2015. Elle a félicité le Premier ministre Angula pour son leadership personnel dans la défense d'une alimentation adéquate pour les enfants durant les 1 000 premiers jours de leur vie, ce qui améliore leur survie et leur état de santé pour la suite de leur existence.

Le Premier ministre Angula a été nommé par le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-Moon en avril 2012 en tant que membre du Groupe de direction de l'initiative « Renforcer la nutrition », un mouvement qui réunit plus d'une centaine d'organisations et de gouvernements dans le but de lutter contre la faim et la malnutrition.

Des difficultés pour atteindre les jeunes

Malgré les avancées, le taux de nouvelles infections à VIH, estimé à 8 000 pour la période 2011-2012, demeure à un niveau élevé inacceptable en Namibie. En 2012, plus de 40 % des nouvelles infections à VIH ont concerné les jeunes âgés de 15 à 24 ans ; dans cette catégorie d'âge, les jeunes femmes représentent deux tiers de ces infections.

Tout en prenant acte des progrès accomplis dans la riposte au VIH de la Namibie, le Premier ministre Angula a mis en avant la nécessité pour son pays de renforcer davantage ses programmes de prévention du VIH. Il a déclaré que la Namibie devrait mettre en œuvre des méthodes innovantes et non stigmatisantes pour atteindre les jeunes, notamment les filles, avec des programmes efficaces.

Mme Beagle a approuvé, notant que l'implication des jeunes dans l'élaboration de ces programmes était critique. « Nous devons impliquer les jeunes dans le développement d'interventions efficaces qui répondent à leurs besoins et assurent une baisse des nouvelles infections à VIH », a-t-elle déclaré.

Nous devons impliquer les jeunes dans le développement d'interventions efficaces qui répondent à leurs besoins et assurent une baisse des nouvelles infections à VIH

Jan Beagle, Directrice exécutive adjointe de l'ONUSIDA, Gestion et gouvernance

Elle a appelé le Premier ministre à donner aux jeunes Namibiens et aux personnes vivant avec le VIH des opportunités de rencontrer les principaux dirigeants du pays pour discuter de leurs besoins et de leurs difficultés. Le Premier ministre Angula a fait part de son engagement en faveur des besoins des jeunes en matière de santé et insisté sur le fait que sa porte leur était ouverte.

Mme Beagle a souligné la nécessité d'étendre les programmes de prévention du VIH à destination des jeunes qui englobent des éléments à la fois pour le secteur de la santé et celui de l'éducation. Elle a mis en avant l'obligation d'intégrer dans le programme scolaire une éducation sur la sexualité et le VIH qui soit complète et adaptée à l'âge des élèves.

Une prévention du VIH inadéquate dans les bidonvilles

Lors de cette rencontre, le Premier ministre a exprimé ses préoccupations concernant l'absence de programmes de prévention du VIH adéquats pour les populations des bidonvilles. Il a indiqué que ces bidonvilles étaient des endroits où les valeurs traditionnelles culturelles et sociales qui protègent les jeunes, et surtout les filles, disparaissaient, exacerbant la vulnérabilité des femmes et des filles à l'infection à VIH.

Mme Beagle a reconnu que l'expansion rapide des bidonvilles requérait une attention particulière. Elle a indiqué que des politiques devaient être mises en place pour améliorer les conditions de vie dans les bidonvilles et veiller à ce que les résidents aient accès à des services complets de santé sexuelle et reproductive et anti-VIH.

Responsabilité partagée

Mme Beagle a insisté sur l'importance d'une Feuille de route pour la responsabilité partagée et la solidarité globale pour promouvoir la pérennité des ripostes au sida sur tout le continent. Adoptée par l'Union africaine en juillet 2012, la Feuille de route est construite autour de trois piliers stratégiques : gouvernance pour la santé, financement diversifié et accès aux médicaments.

Lors de sa visite en Namibie, Mme Beagle a rencontré la Première dame de Namibie, Madame Penehupifo Pohamba, actuelle Présidente de l'Organisation des Premières dames d'Afrique contre le VIH/sida, ainsi que le Ministre de la Santé et des Affaires sociales, l'Honorable Dr Richard N. Kamwi.

Elle a rencontré des partenaires de développement, des représentants de la société civile et l'équipe nationale des Nations Unies et effectué une visite de terrain dans les régions du nord de la Namibie, où la prévalence du VIH est élevée. Elle est également intervenue lors de la 5e Conférence africaine sur la santé et les droits sexuels à propos de la nécessité d'intégrer la santé sexuelle et reproductive et les ripostes au VIH, et elle a procédé à l'ouverture du Forum namibien pour la santé des jeunes.