Intervention de l'ONUSIDA à l'occasion de la 51e session de la Commission du Développement social

Bookmark and Share

Reportage

Intervention de l'ONUSIDA à l'occasion de la 51e session de la Commission du Développement social

15 février 2013

Comment promouvoir une autonomisation qui donne des moyens aux individus de tous les pays pour éradiquer la pauvreté et favoriser l'intégration sociale, le plein emploi et le travail décent ? Tel a été le leitmotiv d'une déclaration de l'ONUSIDA devant la 51e session de la Commission du Développement social à New York le 12 février.

Faisant écho au thème prioritaire de toute la session, la déclaration de l'ONUSIDA sur l'autonomisation met en avant le fait que le VIH doit être considéré à travers le prisme d'un agenda de développement plus large. Elle cite la fructueuse Déclaration de Copenhague de 1995 adoptée lors du Sommet mondial sur le développement social et fait valoir que les maladies transmissibles sont une entrave au progrès social et souvent une cause de pauvreté et d'exclusion.

Selon la déclaration, une approche de la riposte au sida centrée sur les individus conduira à une éradication plus efficace de la pauvreté, une meilleure intégration sociale et une plus grande probabilité de mener une vie active productive. Malgré les progrès accomplis en ce sens à ce jour, la déclaration déplore que la stigmatisation et la discrimination demeurent des obstacles majeurs à l'autonomisation des individus et que dans de nombreux pays et communautés, les droits humains des personnes vivant avec le VIH et touchées par le virus soient souvent tenus pour quantité négligeable.

L'ONUSIDA a appelé au rassemblement pour lutter contre la stigmatisation et la discrimination sous toutes leurs formes et pour promouvoir les droits de l'homme. Il s'agit d'un impératif non seulement pour contrer efficacement l'épidémie, mais aussi pour obtenir des résultats en matière de développement durable, d'intégration sociale et d'inclusion.

La 51e session de la Commission du Développement social s'est déroulée du 6 au 15 février et était organisée par la Division des politiques sociales et du développement social, qui fait partie du Département des affaires économiques et sociales du Secrétariat des Nations Unies.