Reportage

Une brochure de l'UNESCO qui milite en faveur du renforcement des liens entre éducation, sexe et VIH

21 janvier 2013

La pauvreté et l'inégalité entre les sexes, ajoutées à l'absence d'accès à l'éducation, accroissent la vulnérabilité à l'infection à VIH. C'est là l'un des principaux messages de la brochure intitulée Égalité des sexes, VIH et éducation, récemment publiée par l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO).

Cette nouvelle publication souligne le caractère fondamental du traitement de ces questions pour l'accomplissement des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et des autres engagements internationaux en matière d'éducation, de droits de l'homme, d'égalité et de justice sociale. Entrant dans le cadre d'une série de l'UNESCO sur les bonnes politiques et les bonnes pratiques dans le domaine du VIH et de l'éducation à la santé, cette brochure comprend des documents de travail qui étudient les liens entre sexe, VIH et éducation.

Les conclusions révèlent qu'à ce jour, des efforts ont été mis en œuvre en parallèle à grande échelle pour faire avancer les questions liées à l'éducation, au sexe et au VIH. Toutefois, tout le monde s'accorde de plus en plus à dire que ces questions ne peuvent pas être abordées de façon isolée. Selon la brochure, il est nécessaire de trouver des moyens de veiller à ce que les politiques et les programmes concernant l'égalité des sexes, le VIH et l'éducation se renforcent mutuellement afin de maximiser leur impact.

En traitant des sujets tels que l'égalité des sexes, la pauvreté, le rôle de l'éducation, l'engagement entre le système éducatif et la communauté dans son ensemble et le leadership des jeunes, la brochure vise à mettre en avant les expériences, les approches novatrices et les leçons tirées d'actions passées dans le but d'éclairer l'élaboration des futurs programmes et politiques.

Les obstacles à l'éducation des filles

Les inégalités entre les sexes sont profondément ancrées dans les attitudes et les comportements, et le point de vue selon lequel « la seule vocation d'une fille est de se marier » est revenu très souvent parmi les pères interrogés dans le cadre de l'enquête de base. La brochure reprend les paroles d'une jeune fille de 13 ans qui observe que « d'après nos pères, aller à l'école est un privilège, pas un droit ».

Les disparités par rapport aux filles tendent à être plus extrêmes et persistantes que par rapport aux garçons. À titre d'exemple, plus de 60 % des adolescentes sont déscolarisées dans des pays tels que la République centrafricaine, Djibouti, l'Érythrée, la Guinée, le Pakistan et la Tanzanie, tandis qu'au Sénégal et au Niger, ce chiffre dépasse les 70 %.

Selon la brochure, il sera possible d'avoir un impact sur l'égalité entre les sexes et le VIH si des mesures d'urgence sont prises afin de réduire les inégalités existantes en termes de richesses et d'éducation. L'éducation a un rôle clé à jouer dans la lutte contre certains schémas transmis de génération en génération. Les programmes destinés à combattre les obstacles directs à l'accès à la scolarisation, dont le plus répandu est la pauvreté, peuvent avoir un effet immédiat et bénéfique sur l'accès à l'éducation. La brochure conclut que ces actions auront un impact favorable sur la promotion d'une santé sexuelle positive et la prévention des infections à VIH pour tous les jeunes gens.