Reportage

La Société africaine de gynécologie et obstétrique se réunit au Niger

30 janvier 2013

Le Dr Luiz Loures, Directeur exécutif adjoint de l'ONUSIDA, Programme, et Son Excellence Mahamadou Issoufou, Président du Niger.

Le congrès annuel de la Société africaine de gynécologie et obstétrique a eu lieu au Niger du 21 au 23 janvier 2013 sur le thème « Les coûts de la mortalité et de la morbidité maternelle et néonatale en Afrique ». Le Premier ministre du Niger ainsi que les Premières dames du Niger, du Burkina Faso et du Mali, étaient présents à cette réunion. Le Dr Luiz Loures, Directeur exécutif adjoint de l'ONUSIDA, Programme, a aussi participé au congrès dans le cadre de sa visite officielle dans le pays.

Lancée en 1988 par des obstétriciens et des gynécologues africains pour renforcer le discours scientifique et éliminer les obstacles entre les scientifiques africains, la SAGO regroupe essentiellement des pays d'Afrique centrale et occidentale. Axée vers les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) 4 et 5, à savoir réduire la mortalité maternelle et infantile d'ici 2015, la SAGO vise à définir des normes de pratique pour les gynécologues et les obstétriciens.

Malika Issoufou Mahamadou, Première dame du Niger, avec le Dr Luiz Loures, Directeur exécutif adjoint de l'ONUSIDA, Programme.

Le Premier ministre du Niger, Son Excellence Brigi Rafin, a déclaré que, à la date d'organisation de ce Congrès, les études ne montraient que de légers progrès en matière de réduction de la morbidité et mortalité dans les pays subsahariens. « Dans mon pays, on constate encore chaque jour le décès de 24 femmes en couches et de 72 nouveau-nés », a-t-il expliqué.

Le Niger a réalisé des progrès considérables en santé maternelle et infantile grâce aux politiques, aux ressources et aux stratégies mises en place, supplantant ainsi les autres pays de la région. Le renforcement par le Gouvernement des services de santé infantile à fort impact, dont la gratuité des soins pour les femmes enceintes et les enfants et l'amélioration de la nutrition infantile, a permis de réduire le taux de mortalité annuel de 5,1 %.

Le Dr Loures a attribué ces succès à l'engagement politique visionnaire et transformateur à l'échelle nationale, soutenu par des décisions budgétaires judicieuses et par une focalisation sur les stratégies à fort impact en faveur de la santé maternelle et infantile.

Un accord de coopération mutuelle a été signé entre l'ONUSIDA et la SAGO pour accélérer la mise en œuvre du Plan mondial pour éliminer les nouvelles infections à VIH chez les enfants à l'horizon 2015 et maintenir leurs mères en vie. « La promotion de la santé maternelle et infantile constitue la base de la réalisation du Plan mondial », a indiqué le Dr Loures.

Congrès annuel de la Société africaine de gynécologie et obstétrique, Niger, 21 au 23 janvier 2013.

Selon le Dr Loures, les organisations professionnelles comme la SAGO sont idéalement placées pour militer en faveur des droits de leurs patients et de leurs clients, en particulier des femmes vivant avec le VIH. Ces organisations peuvent garantir que les femmes ne sont pas stigmatisées, que leur confidentialité n'est pas violée et qu'elles ne sont pas forcées à accepter les services. Elles peuvent faire office de force d'action collective pour l'accomplissement des OMD sur la santé et servir de forum pour élargir les connaissances, échanger des informations, et légitimer et amplifier la contribution de leurs membres.