Le nouveau gouvernement kenyan renforce ses investissements nationaux pour améliorer la santé et la riposte au VIH

Bookmark and Share

Reportage

Le nouveau gouvernement kenyan renforce ses investissements nationaux pour améliorer la santé et la riposte au VIH

02 juillet 2013

William Ruto, Vice-Président du Kenya, a rencontré Michel Sidibé, Directeur exécutif de l'ONUSIDA, et le Dr Mark Dybul, Directeur exécutif du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, dans le cadre de leur visite conjointe du pays.

Au cours de cette réunion, le Vice-Président Ruto s'est engagé à renforcer la riposte de son pays au sida et à investir dans la santé et le développement. Il a promis de mettre en œuvre la Feuille de route sur la responsabilité partagée et la solidarité mondiale adoptée par les Chefs d'États africains lors du 19e Sommet de l'Union africaine. Cette Feuille de route offre tout un ensemble de solutions pratiques et propres à l'Afrique pour mettre en place des ripostes durables au sida, à la tuberculose et au paludisme.

Le Vice-Président Ruto a annoncé qu'il souhaitait augmenter les finances dévolues à la santé à l'échelle nationale, par le biais d'un fonds fiduciaire public-privé innovant pour le VIH et les maladies non transmissibles. Le Vice-Président s'est aussi engagé à explorer les différentes possibilités de produire des médicaments au niveau local afin de réduire la dépendance de son pays envers les financements externes et de garantir la durabilité de la riposte au sida.

Pendant leur visite conjointe dans le pays, les deux leaders ont aussi rencontré des représentants du Réseau national pour l'autonomisation des personnes vivant avec le VIH au Kenya (NEPHAK), qui a félicité l'ONUSIDA et le Fonds mondial pour leur rôle crucial dans la fourniture des services aux populations clés les plus exposées au risque.

Déclarations

Bien que les pratiques religieuses et culturelles soient multiples au Kenya, le Gouvernement est tenu de fournir des services inclusifs et efficaces à tous, y compris les professionnels du sexe, les consommateurs de drogues, les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes et les personnes emprisonnées.

William Ruto, Vice-Président du Kenya

Le Kenya a une position de leader car il se base sur des preuves concrètes pour orienter sa riposte nationale au sida. Ce pays joue aussi un rôle de tout premier plan en ce qui concerne les droits de l'homme en Afrique, grâce à ses programmes efficaces de lutte contre le VIH qui ciblent les besoins des populations clés les plus exposées au risque.

Michel Sidibé, Directeur exécutif de l'ONUSIDA

Afin d'investir pour obtenir des résultats, nous devons mettre les ressources financières à disposition dans les régions géographiques et au sein des groupes de la population les plus aptes à produire un impact sur la vie des gens et à générer le retour sur investissement le plus optimal.

Dr Mark Dybul, Directeur exécutif du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme

Introduire l'agenda des droits de l'homme dans la riposte au sida est difficile et nous remercions l'ONUSIDA et le Fonds mondial pour leur partenariat en faveur de la lutte pour l'accès aux services de prévention, de traitement et de soins en matière de VIH auprès des populations clés.

Nelson Otwoma, Coordinateur du Réseau national pour l'autonomisation des personnes vivant avec le VIH au Kenya