TICAD V : les Premières dames soulignent l'importance d'un engagement durable pour parvenir à l'objectif zéro

Bookmark and Share

Reportage

TICAD V : les Premières dames soulignent l'importance d'un engagement durable pour parvenir à l'objectif zéro

04 juin 2013

Les Premières dames d'Afrique se sont jointes à la Première dame du Japon Akie Abe dans le cadre d'un symposium intitulé « Let’s talk about AIDS: Africa and Japan’s Shared Challenges / Parlons du sida : défis partagés pour l'Afrique et le Japon », à l'occasion de l'ouverture de la Cinquième Conférence de Tokyo sur le développement de l'Afrique (TICAD V) qui s'est tenue à Yokohama au Japon du 1er au 3 juin. Cette réunion a porté sur les progrès enregistrés et les domaines nécessitant une action plus intense sur le VIH. Les participants ont souligné l'importance critique d'un engagement durable sur le sida et des ripostes unifiées entre les pays pour parvenir à l'objectif de zéro nouvelle infection à VIH, zéro discrimination et zéro décès dû au sida.

Les participants ont également insisté sur la nécessité pour le Japon et les pays d'Afrique de partager leurs expériences et de s'appuyer ensemble sur les progrès enregistrés, mettant au centre de la riposte au sida le respect des droits des personnes vivant avec le VIH et l'implication des jeunes.

Jan Beagle, Directrice exécutive adjointe de l'ONUSIDA, Gestion et gouvernance, a mis en avant les progrès réalisés par l'Afrique sous le leadership de l'Organisation des Premières dames d'Afrique contre le VIH/sida (OPDAS) et souligné l'importance d'investir dans les femmes et les filles.

La TICAD V s'est achevée avec l'adoption de la Déclaration de Yokohama 2013 et du Plan d'action de Yokohama 2013-2017, qui incluent la défense de la sécurité humaine, un focus sur l'autonomisation des femmes et des jeunes, le soutien aux initiatives africaines en faveur de la paix et de la stabilité, ainsi que la reconnaissance et la promotion du rôle du secteur privé à travers les partenariats public-privé.

Déclarations

Je pensais que le VIH était un problème qui ne concernait pas mon pays, mais j'ai rencontré des gens, notamment des femmes et des enfants, qui vivent avec le VIH, et j'ai appris que ces problèmes existaient aussi au Japon. J'ai compris que nous devons lutter ensemble contre l'épidémie.

Akie Abe, Première dame du Japon

La Feuille de route de l'Union africaine sur la responsabilité partagée et la solidarité mondiale pour la riposte au sida, à la tuberculose et au paludisme en Afrique, remaniée lors du récent sommet de l'Union africaine, est un exemple d'engagement politique au plus haut niveau qui a rendu possibles de telles avancées. Nous sommes encore confrontés à des problèmes, en particulier des niveaux élevés de stigmatisation et de discrimination qui persistent dans toutes les régions du monde, mais nos efforts combinés permettront d'obtenir les meilleurs résultats.

Jan Beagle, Directrice exécutive adjointe de l'ONUSIDA, Gestion et gouvernance

Nous avons enregistré d'énormes progrès ces dix dernières années grâce aux leaders africains, dont l'OPDAS, et avec la coopération du Japon. Nous disposons aujourd'hui des moyens scientifiques de mettre en échec le VIH, la tuberculose et le paludisme.

Mark Dybul, Directeur exécutif du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme