L'engagement de la société civile est crucial pour établir l'agenda du G20

Bookmark and Share

Reportage

L'engagement de la société civile est crucial pour établir l'agenda du G20

14 juin 2013

Michel Sidibé, Directeur exécutif de l'ONUSIDA, Ksenia Yudaeva, Chef de la Direction présidentielle des experts, et Mikhail Fedotov, Président du Conseil d'assistance au développement des institutions de la société civile et des droits de l'homme auprès du Président de la Fédération de Russie.
Photo : Alexander Blotnitsky

Dans le cadre de ses fonctions de Président du G20, le groupe des 20 plus grandes puissance économiques, la Russie a organisé cette semaine le Sommet civil du G20. Cet événement s'est tenu sur deux jours et a été l'occasion d'un dialogue soutenu au sein de la société civile et des décideurs à l'échelle mondiale ; il a débouché sur la mise au point d'un « communiqué civil » englobant des recommandations qui seront présentées au G20 afin d'être inscrites à l'agenda du sommet des dirigeants du G20 qui aura lieu à Saint-Pétersbourg en septembre 2013.

« Ce sommet historique a été précédé par des travaux préparatoires intenses, qui ont impliqué des experts représentant des ONG et des instituts de recherche de différents pays du G20 », a déclaré Ksenia Yudaeva, sherpa russe du G20 et Chef de la Direction présidentielle des experts, qui a officiellement ouvert ce sommet.

Ksenia Yudaeva a aussi lu un document adressé par Vladimir Putin, Président de la Fédération de Russie, aux participants, dans lequel il précisait que « l'expérience pratique des organisations de la société civile aidera les leaders du « groupe des 20 » à trouver l'équilibre le plus optimal en matière de stratégie de développement à l'échelle mondiale et à prendre une décision commune sur les défis complexes à relever sur le plan mondial ».

Il s'agit d'un événement sans précédent dans le contexte du G20. Jamais auparavant la société civile n'avait été officiellement invitée et habilitée à préparer des recommandations pour le G20

Michel Sidibé, Directeur exécutif de l'ONUSIDA

« Il s'agit d'un événement sans précédent dans le contexte du G20. Jamais auparavant la société civile n'avait été officiellement invitée et habilitée à préparer des recommandations pour le G20 », a déclaré Michel Sidibé, Directeur exécutif de l'ONUSIDA dans son discours d'ouverture. « Vous avez mérité ce rôle et cet espace. Si vous protégez cet espace pour le futur, votre rôle et votre influence en tant que partenaire à part entière du G20 continueront d'avoir un impact positif essentiel sur la gouvernance mondiale. »

En soulignant le rôle historique de la société civile dans la riposte mondiale au VIH, il a souligné que c'était le mouvement civil qui avait brisé la loi du silence sur le sida et qui continuait à se battre pour les questions liées aux droits de l'homme, au commerce et à l'accès à la santé, ainsi qu'à la stigmatisation et à la discrimination.

Le Sommet a réuni à Moscou plus de 350 représentants de la société civile, d'organisations internationales, du secteur privé et des gouvernements pour discuter des problèmes qu'ils souhaitaient voir aborder par les leaders du G20. La Russie est le premier pays à organiser un Sommet civil du G20 adoptant un tel format.