Le Président de la Sierra Leone déclare à l'occasion de la Journée internationale de la femme que le genre est un enjeu du développement

Bookmark and Share

Reportage

Le Président de la Sierra Leone déclare à l'occasion de la Journée internationale de la femme que le genre est un enjeu du développement

08 mars 2013

Michel Sidibé, Directeur exécutif de l'ONUSIDA, avec Miatta Kargbo, Ministre de la Santé.
Photo : ONUSIDA

Ernest Bai Koroma, Président de la Sierra Leone, a réaffirmé son engagement à accroître la participation des femmes à son gouvernement au cours d'un événement organisé le 8 mars en célébration de la Journée internationale de la femme à Freetown, Sierra Leone. Il a précisé que la nomination de nombreuses femmes à des postes clés au sein de son gouvernement a envoyé « un message clair sur le fait que la discrimination à l'encontre des femmes n'a plus sa place en Sierra Leone. »

Il a ainsi déclaré : « Mon gouvernement va prochainement adopter une législation imposant un quota de 30 % pour la participation des femmes à la gouvernance. Le genre n'a pas qu'une dimension sociale mais est aussi un enjeu du développement. En outre, nous reconnaissons ainsi que les hommes et les femmes doivent associer leurs forces pour parvenir à un développement durable. »

Michel Sidibé, Directeur exécutif de l'ONUSIDA, a participé à cet événement dont le but était d'attirer l'attention internationale sur l'implication active des femmes dans le développement socio-économique en Sierra Leone, par le biais du Programme présidentiel pour le changement. Le Dr Kandeh Yumkella, Directeur général de l'ONUDI, et Cherie Blair, Présidente de la Cherie Blair Foundation for Women, ont aussi répondu présent.

Le genre n'a pas qu'une dimension sociale mais est aussi un enjeu du développement. En outre, nous reconnaissons ainsi que les hommes et les femmes doivent associer leurs forces pour parvenir à un développement durable

Ernest Bai Koroma, Président de la Sierra Leone

M. Michel Sidibé a félicité le Président pour la qualité de son leadership et a affirmé : « Le programme de transformation adopté par la Sierra Leone est axée vers la mise en place d'une justice sociale ». Il a toutefois ajouté : « Si la Sierra Leone souhaite appliquer un programme durable, elle doit mettre les femmes au cœur de son agenda de réforme. »

Pendant les événements organisés à l'occasion de la Journée de la femme, le gouvernement de Sierra Leone et le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme ont conclu un nouvel accord de financement à hauteur de 55 millions de dollars US pour le dépistage, la prévention et le traitement du VIH en Sierra Leone. Cet accord a été signé à Freetown par Michel Sidibé, Directeur exécutif de l'ONUSIDA, pour le nom du Dr Mark Dybul, Directeur exécutif du Fonds mondial, et par Miatta Kargbo, Ministre de la Santé de Sierra Leone.

Ernest Bai Koroma, Président de la Sierra Leone, a réaffirmé son engagement à accroître la participation des femmes à son gouvernement au cours d'un événement organisé le 8 mars en célébration de la Journée internationale de la femme à Freetown, Sierra Leone.
Photo : ONUSIDA

Selon M. Sidibé : « Le Président Ernest Bai Koroma aide à concrétiser la vision de l'ONUSIDA, à savoir Zéro nouvelle infection à VIH, Zéro discrimination et Zéro décès dû au sida, en Sierra Leone ».

Il a encouragé le Président à profiter de cet engagement pour stopper la violence sexiste, qui demeure un facteur de risque pour la contamination des femmes par le VIH en Sierra Leone, et a demandé aux autorités de faire leur maximum pour mettre fin aux pratiques comme le trafic d'enfants et le trafic sexuel.

Une représentante de la Coalition des femmes sur la santé et le VIH a déclaré que « les femmes souhaitent que les femmes, et notamment celles qui vivent avec le VIH, s'engagent davantage et plus sérieusement à tous les niveaux de la riposte nationale. »

En Sierra Leone, les efforts visant à prévenir les nouvelles infections à VIH chez les enfants ont été renforcés et la couverture et l'accès aux services de prévention de la transmission du VIH de la mère à l'enfant s'élèvent désormais à 74 %.