Le Burundi marque sa Journée nationale de lutte contre le sida et s'engage pour une génération sans sida

Bookmark and Share

Reportage

Le Burundi marque sa Journée nationale de lutte contre le sida et s'engage pour une génération sans sida

08 mai 2013

De gauche à droite : Ministre de la Santé du Burundi, Dr Sabine Ntakarutimana, Directeur exécutif de l'ONUSIDA, Michel Sidibé et l'Ambassadeur des Etats-Unis au Burundi, Dawn Liberi.

Le Burundi a marqué sa Journée nationale de lutte contre le sida le 8 mai et s'est engagé à éliminer les nouvelles infections à VIH parmi les enfants et maintenir leurs mères en vie. La Ministre de la Santé du Burundi, Dr Sabine Ntakarutimana qui a ouvert l'événement au centre de soins Kamenge à Bujumbura déclare, “je suis engagée à ce que le Burundi atteigne zéro nouvelle infection à VIH, zéro discrimination et zéro décès dû au sida.”

Les autorités de santé du Burundi déclarent que prévalence au VIH dans le pays était de 1,4% en 2010 avec plus de 98 000 personnes vivant avec le VIH en 2011. Le pays lutte avec une faible couverture du traitement pour seulement 49% des personnes éligibles à des traitements antirétroviraux y ayant accès. Près de 2 000 bébés sont nés avec le VIH en 2011. Le gouvernement a promis d'améliorer la couverture du traitement, surtout pour les femmes enceintes vivant avec le VIH et, récemment, le Président du Burundi, Pierre Nkurunziza a adopté un décret destiné à élargir les services visant à prévenir les nouvelles infections à VIH chez les enfants.

Je suis engagée à ce que le Burundi atteigne zéro nouvelle infection à VIH, zéro discrimination et zéro décès dû au sida

Dr Sabine Ntakarutimana, Ministre de la Santé

« Le sida est un point d'entrée stratégique pour avancer l'agenda social du Burundi à différents niveaux : protéger les femmes, les enfants et les droits de l'homme, » déclare le Directeur exécutif de l'ONUSIDA, Michel Sidibé, lors de l'événement.

Le pays sera soutenu par les Etats-Unis d'Amérique pour renforcer les services selon son Ambassadeur, Dawn Liberi. « Nous doublerons notre contribution financière pour couvrir 8 des 17 provinces du Burundi avec des services pour prévenir toute nouvelle infection à VIH chez les enfants » dit-elle.

Le second Vice-président du Burundi, Gervais Rufyikiri (à gauche) et le Directeur exécutif de l'ONUSIDA, Michel Sidibé.

En 2011, l'ONUSIDA et les partenaires ont lancé le Plan mondial pour l'élimination des nouvelles infections par le VIH chez les enfants à l'horizon 2015 et le prolongement de la vie de leurs mères. Le Burundi est l'un des 22 pays sur lequel se focalise le Plan mondial, là où surviennent 90% des nouvelles infections au VIH chez les enfants.

M. Sidibé a également visité le centre de santé et du bien-être des familles (ABUBEF). Le centre fournit des services médicaux, de soins et de soutien aux personnes vivant avec le VIH et effectue des programmes de prévention du VIH.

Faisant partie de sa visite officielle au Burundi, M. Sidibé a rencontré le second Vice-président, Gervais Rufyikiri, qui a a défendu les efforts du pays pour stopper les nouvelles infections à VIH chez les enfants. En 2005, le Burundi a émergé d'une longue guerre civile et le Vice-président a demandé à l'ONUSIDA de soutenir les efforts du pays pour un plus grand développement. Il déclare, « Je demande à la communauté internationale de porter plus d'attention au Burundi. Nous sommes en phase de reconstruction de notre pays et nous avons besoin de votre soutien. »

Le Directeur exécutif de l'ONUSIDA poursuit sa mission officielle le 9 mai en rencontrant le président du pays.