Actualité

Appel à un élargissement des programmes de prévention contre le VIH pour les forces militaires et de sécurité en Afrique occidentale et centrale

16 septembre 2013

Des représentants militaires de haut niveau venus de 19 pays d'Afrique occidentale et centrale ont appelé les gouvernements à élargir les programmes de prévention du VIH à destination des forces militaires et de sécurité afin de réduire le nombre de nouvelles infections à VIH et les violences sexuelles et sexistes dans les zones touchées par des conflits ou au lendemain de conflits dans la région.

Cet appel a été lancé lors d'une réunion du Réseau militaire de l’Afrique de l’Ouest et du Centre pour la lutte contre le SIDA (REMAFOC), qui s'est tenue à Dakar, au Sénégal, du 2 au 4 septembre 2013. Mis en place en décembre 2008 avec l'appui de l'ONUSIDA, le REMAFOC vise à coordonner la riposte au VIH au sein des forces militaires dans la région, en promouvant la collaboration et le partage des connaissances entre les forces armées de 22 pays d'Afrique occidentale et centrale.

Au cours de cette réunion, les membres du REMAFOC et les représentants de l'ONUSIDA, du DOMP, du FNUAP et du Département américain de la Défense ont évoqué les progrès réalisés dans la mise en œuvre de la Résolution 1983 du Conseil de Sécurité des Nations Unies sur le VIH et la sécurité en période de conflit et au lendemain de conflits. La Résolution 1983 identifie la violence sexuelle et la violence sexiste comme un risque spécifique d'infection à VIH pour les femmes et les filles.

Les participants à la réunion ont échangé les meilleures pratiques appliquées par les pays en période de conflit ou au lendemain de conflits, en particulier la Côte d'Ivoire, le Liberia et la République démocratique du Congo. Ces actions vont de la formation auprès des organisations de femmes sur l'accueil des victimes de violence sexuelle dans les services de soins de santé à l'éducation des formateurs des forces armées et de sécurité, en passant par la prévention du VIH auprès des services pénitentiaires et d'immigration.

Les États membres du REMAFOC ont accepté de rédiger, en collaboration avec le Département américain de la Défense, un document d'orientation commun sur le VIH et la sécurité afin d'accélérer la mise en œuvre de la Résolution 1983 dans la région.

Déclarations

Au plus haut niveau, les militaires ont compris très tôt que le VIH n'était pas seulement un problème de santé publique, mais aussi une menace pour la sécurité nationale, et ils ont fait preuve d'un engagement et d'un leadership solides dans la mise en place d'unités VIH au sein des structures des forces armées.

Dr Leopold Zekeng, Directeur régional adjoint de l'ONUSIDA pour l'Afrique occidentale et centrale

Dans le cadre du REMAFOC, nous avons la responsabilité de veiller à ce que nos soldats soient forts et en bonne santé. Nous devons nous assurer collectivement de remplir l'objectif de zéro nouvelle transmission du VIH, zéro décès dû au sida et zéro stigmatisation et discrimination.

Général Mamadou Sow, Chef d'état-major des Forces armées sénégalaises