Compte-rendu

Feuille de route pour les organisations confessionnelles afin d'élargir l'accès au traitement du VIH

27 février 2014

Les églises et autres organisations confessionnelles sont le plus grand groupe fournissant des services de soins de santé pour le VIH, jusqu'à 50% d'établissements de soins communautaires dans certains pays.

Afin de développer une feuille de route dans le but d'accroître le travail des groupes confessionnels pour fournir des traitements vitaux contre le VIH, Caritas Internationalis et l'ONUSIDA ont coorganisé une consultation à Rome les 25 et 26 février.

Les progrès réalisés à ce jour, l'espoir que la fin de l'épidémie de sida puisse être possible en garantissant la dignité de la personne et l'accès aux services pour tous ainsi que l'engagement et l'urgence d'agir étaient les thèmes communs tout au long de la réunion.

Les questions spécifiques discutées lors de la réunion incluaient :

  • Le rôle significatif de la communauté confessionnelle, qu'il s'agisse de la prestation de services mais aussi de la garantie de la dignité de la personne
  • La collecte et la présentation des données qui démontrent l'impact du travail de la communauté confessionnelle
  • La nécessité d'accroître les investissements financiers dans les services du traitement du VIH
  • L'accélération du travail pour combler l'écart dans les dépistages et traitement pour les enfants
  • Inclure les organisations confessionnelles dans les plateformes nationales au niveau des pays
  • Assurer la coordination, sans chevauchement, des services dans les domaines pris en charge par de nombreux donateurs

Participants

Les participants incluaient des représentants de traditions chrétiennes, des organisations des Nations Unies, les bureaux du Vatican, les gouvernements, les donateurs, la communauté médicale et scientifique ainsi que le corps diplomatique accrédité près le Saint-Siège.

La consultation était soutenue par l'ONUSIDA, Caritas Internationalis, UNITAID, l'ambassade des Etats-Unis près le Saint-Siège et CUAMM - Médecins pour l'Afrique. Les coparrainants comprenaient le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, le Secours Catholique et l'Alliance œcuménique pour le plaidoyer.

Principaux résultats

Les principaux domaines identifiés pour d'avantage de collaboration entre les organisations internationales et les communautés confessionnelles comprenaient la recherche sur les résultats des programmes de traitement du VIH confessionnels, la communication stratégique sur le travail des organisations sur le terrain et le par des modèles de bonne pratique. L'ONUSIDA s'engage à faciliter les dialogues dans les pays sur le rôle des organisations confessionnelles dans la riposte au VIH.

Déclarations

« Dans tous les cas, lieux, au centre de toutes nos interventions de soins de santé, les personnes [vivant avec le VIH], leur dignité, leurs besoins et leurs droits. »

Archevêque Zygmunt Zimowski, Président du Conseil pontifical pour la Pastorale des Services de Santé

Déclarations

« Nous entrons dans une nouvelle phase où nous pouvons voir le début de la fin du sida. Les communautés confessionnelles ont l'envergure et les moyens pour nous faire progresser. Vous vous souciez de la dignité de la personne et ce n'est que cette combinaison unique de l'accès aux médicaments et à la dignité qui peuvent donner l'impulsion pour atteindre la fin de l'épidémie de sida. »

Dr Luiz Loures, Secrétaire général adjoint des Nations Unies et Directeur exécutif adjoint de l'ONUSIDA, Programme

Déclarations

« Nous ne pouvons aller aussi loin que lorsque vous avez augmenté les objectifs et diminué les ressources. »

Fr. Edward Phillips, Président du conseil d'administration du Programme HIV et sida, doyenné de l'Est, Archidiocèse de Nairobi

Déclarations

« Les églises ont encore du mal à comprendre l'épidémie et son rôle en défendant les soins intégrés de ceux qui vivent avec le VIH. » Rev. Mabizela a identifié les questions telles que l'inégalité entre les femmes et les hommes, la pauvreté et l'apathie de « nos pires ennemis. »

Rev. Phumzile Mabizela, Directeur exécutif, Réseau international des personnes vivant avec ou personnellement affectés par le VIH ou sida (INERELA+)