Actualité

Mettre fin à l'épidémie de sida : un nouvel objectif pour le traitement contre le VIH

20 juillet 2014

Lors d'une session politique de haut niveau organisée le jour de l'ouverture de la 20e Conférence internationale sur le sida, le Directeur exécutif de l'ONUSIDA Michel Sidibé a appelé à fixer de nouveaux objectifs de traitement d'ici 2020 : 90 % de toutes les personnes vivant avec le VIH doivent connaître leur état sérologique, 90 % de toutes les personnes diagnostiquées avec une infection à VIH doivent être sous traitement anti-VIH et 90 % de toutes les personnes recevant un traitement anti-VIH doivent présenter une suppression durable du virus.

Ces nouveaux objectifs constitueront un nouveau modèle pour le traitement contre le VIH : des objectifs pour chaque étape du continuum de soins au lieu d'un nombre unique de personnes commençant le traitement, la reconnaissance non seulement des bénéfices thérapeutiques et vitaux du traitement anti-VIH mais aussi de son potentiel de prévention, et enfin l'engagement de ne laisser personne de côté dans un mouvement pour amener toutes les personnes vivant avec le VIH vers les services de traitement.

Parmi les intervenants de cette session figuraient M. Sidibé, Deborah Birx, Coordonnatrice pour les États-Unis de la lutte mondiale contre le sida, Mark Dybul, Directeur exécutif du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, Suzette Moses-Burton, Directrice exécutive du Réseau mondial des personnes vivant avec le VIH, Aaron Motsoaledi, Ministre sud-africain de la Santé, et Jarbas Barbosa, Vice-ministre brésilien de la Santé et de la Surveillance.

Ils ont passé en revue les progrès accomplis dans l'intensification du traitement anti-VIH et étudié les questions en rapport avec les nouveaux objectifs de traitement, notamment la manière dont ils pourraient être intégrés dans l'agenda pour le développement après 2015 et les possibilités de financement de l'élargissement nécessaire du traitement. Ils ont admis que de nouveaux modèles et partenariats économiques étaient requis pour atteindre l'objectif d'un accès plus rapide au traitement pour toutes les personnes qui en ont besoin.

Les militants de la société civile ont fait une déclaration au début de la réunion pour demander l'objectif d'une suppression totale du VIH chez toutes les personnes vivant avec le VIH d'ici 2020.

Déclarations

« Le potentiel du traitement anti-VIH doit être exploité pour sauver des vies et mettre fin à cette épidémie. »

Michel Sidibé, Directeur exécutif de l'ONUSIDA

Déclarations

« Si nous nous concentrons sur les endroits où les infections se produisent en fonction de la géographie et de la population, nous pourrons contrôler l'épidémie. »

Mark Dybul, Directeur exécutif du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme

Déclarations

« Il est inacceptable que des millions de personnes n'aient pas accès au dépistage et au traitement anti-VIH. »

Jarbas Barbosa, Vice-ministre brésilien de la Santé et de la Surveillance

Déclarations

« Plus nous nous rapprocherons des communautés, meilleurs seront les résultats. Des données locales nous permettraient d'utiliser les dollars avec une efficacité optimale. »

Deborah Birx, Coordonnatrice pour les États-Unis de la lutte mondiale contre le sida

Déclarations

« Les discussions sur la redéfinition des objectifs ne devraient pas être limitées par les moyens financiers et de financement : nous devrions nous baser sur les demandes réelles qui remontent du terrain. La question n'est pas de savoir comment faire. La question est : comment pourrions-nous ne pas le faire ? »

Aaron Motsoaledi, Ministre sud-africain de la Santé