Actualité

Les Caraïbes et l'Afrique : travailler ensemble pour mettre fin à l'épidémie de sida

21 mai 2014

Des responsables gouvernementaux de haut niveau de la Communauté caribéenne (CARICOM) et de l'Union africaine (UA) ainsi que certains ministres de la Santé des deux régions se sont réunis cette semaine à Genève, Suisse, pour explorer le rôle de la responsabilité partagée et l'ordre du jour de la solidarité mondiale pour mettre fin à l'épidémie de sida dans les Caraïbes. Le dialogue qui s'est tenu le 20 mai et organisé par le Directeur exécutif de l'ONUSIDA, Michel Sidibé, a examiné les premières étapes de l'élaboration d'une feuille de route des Caraïbes vers cette responsabilité partagée.

En 2012, l'Union africaine a rédigé sa propre feuille de route sur la responsabilité partagée et la solidarité mondiale pour la riposte au sida, à la tuberculose et au paludisme en Afrique, avec l'assistance technique de l'ONUSIDA, qui s'appuie sur les considérables progrès réalisés par le continent en transformant sa riposte au VIH, à la tuberculose et au paludisme. La feuille de route de l'UA repose sur trois piliers centraux : des modèles de financement plus diversifiés, équilibrés et durables ; l'accès aux médicaments, la production locale et l'harmonisation de la réglementation; et le leadership, la gouvernance et la supervision de la durabilité.

Au cours de cette réunion de Genève, les délégués de l'UA ont eu l'occasion de partager leur riche expérience sur les processus, les mécanismes et le soutien politique nécessaire pour atteindre ces objectifs, de promouvoir une plus grande autonomie et garantir le succès de la feuille de route. La réunion a également permis d'autres échanges et des liens entre les pays des deux régions par rapport à leurs ripostes au VIH et à la santé.

Des problèmes et des opportunités majeures communes dans les Caraïbes et en Afrique communes en termes de questions de santé et de développement dans le contexte de l'après-2015 ont émergé. Il s'agit notamment de l'accès équitable aux services de santé, la protection sociale et les questions des droits de l'homme et, quand les revenus augmentent, un manque croissant de l'accès à l'aide publique au développement qui a de profondes implications pour la durabilité.

La réunion a officiellement approuvé un partenariat entre CARICOM-UA-ONUSIDA pour aider au développement de la feuille de route de la CARICOM. Les premières mesures consisteront à recueillir des preuves pour aider à définir les piliers de la feuille de route spécifique aux Caraïbes et l'élaboration d'un calendrier de réunions aux plus hauts niveaux techniques et politiques.

Déclarations

« C'est le type de nouveau partenariat qui va façonner et définir la manière dont nous allons agir dans la période post-2015. L'Afrique et les Caraïbes peuvent apprendre de la riposte au sida comme une force de transformation pour la santé et le développement. »

Michel Sidibé, Directeur exécutif de l'ONUSIDA

Déclarations

« C'est une grande opportunité pour la CARICOM et la Commission de l'Union africaine d'unir leurs forces en accélérant le processus d'intention de la solidarité mondiale pour mettre fin à l'épidémie de sida. »

Dr Edward Greene, Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour le sida aux Caraïbes

Déclarations

« Le Secrétariat de la CARICOM est heureux de se joindre à ses homologues de la Commission de l'Union africaine dans le fer de lance du développement et de la mise en œuvre des feuilles de route régionales pour éliminer les obstacles à des traitements abordables, au financement durable et à l'élimination de la stigmatisation et de la discrimination liées au sida et la discrimination, entre autres. »

Douglas Slater, Secrétaire général de la CARICOM

Déclarations

« Les dirigeants africains étaient très impliqués et axés sur la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme à l'aide de la responsabilité partagée et de la solidarité mondiale. Ainsi, nous avons été témoins d'une considérable amélioration et espérons zéro nouvelle infection à VIH, zéro discrimination et zéro décès dû au sida. »

Mustapha Sidiki Kaloko, Commissaire de l'Union africaine aux Affaires sociales