Le Brésil : un modèle contre la discrimination

Bookmark and Share

Actualité

Le Brésil : un modèle contre la discrimination

30 mai 2014

Note : le 2 juin 2014, la présidente du Brésil Dilma Rousseff, a promulgué une nouvelle loi qui interdit la discrimination contre les personnes vivant avec le VIH. La loi prévoit des sanctions pour toute personne qui :

  • Nie, retarde, annule ou empêche l'inscription ou le maintien d'un étudiant vivant avec le VIH dans les établissements scolaires de tous niveaux, qu'ils soient publics ou privés ;
  • Refuse l'emploi ou le travail, révoque de ses fonctions ou de son emploi ou ségrégue dans le milieu de travail ou à l'école au motif du statut sérologique ;
  • Révèle l'état de la personne vivant avec le VIH ; ou
  • Nie ou retarde les soins de santé.

Le monument emblématique brésilien du Christ Rédempteur a été le rendez-vous d'un événement organisé le 24 mai pour promouvoir le respect et les droits humains. Organisé par l'ONUSIDA en partenariat avec l'archidiocèse de Rio de Janeiro, l'événement a réuni des représentants des Nations Unies et du gouvernement, des chefs religieux et d'autres partenaires pour appeler à une société libre de toute stigmatisation.

La cérémonie faisait partie de la campagne Zéro discrimination de l'ONUSIDA qui vise à éliminer la discrimination qui entrave le droit à une vie pleine, digne et productive, et de la campagne de l'archidiocèse de Rio de Janeiro « Somos Todos Iguais » (Nous sommes tous égaux) qui promeut le respect des droits de l'homme.

L'événement a été suivi par Luis Lourez, Directeur exécutif adjoint de l'ONUSIDA ; le Cardinal Dom Orani Tempesta ; Ndaba et Kweku Mandela ; Sônia Regina Gonçalves, représentant les communautés de Rio de Janeiro Mgr Robert Vitillo, de Caritas Internationalis ; Babalawo Ivanir dos Santos, de la Commission contre l'intolérance religieuse de Rio ; le père Omar Raposo, recteur du Christ Rédempteur ; Marcos William Bernardo, vicaire épiscopal pour la communication sociale ; Adele Benzaken, directeur adjoint, Département des MST / SIDA, ministère de la Santé brésilien ; et des représentants de la société civile.

Déclarations

« Nous avons la technologie et nous avons les connaissances pour mettre fin à cette épidémie. Ce qui nous empêche aujourd'hui sont la stigmatisation et la discrimination en vigueur. »

Luiz Loures, Directeur exécutif adjoint de l'ONUSIDA

« Le monde que nous désirons et voulons est un monde dans lequel les personnes peuvent se déplacer, dans lequel elles peuvent aller et venir sans se sentir menacés par leur façon de penser, leur religion, leurs idées, par la maladie qu'ils peuvent porter ; une vie où la dignité est présente. C'est la connaissance, la fraternité, l'amour pour nos voisins qui font la différence. »

Cardinal Dom Orani Tempesta

« ll est important de parler de discrimination, pas uniquement parce que le Brésil accueille la Coupe du monde, mais aussi parce que le Brésil reflète une grande partie du monde. ll y a [au Brésil] beaucoup de personnes de différentes cultures, milieux, différentes couleurs de peau. Si nous pouvons aller de l'avant ici au Brésil, nous pouvons certainement progresser dans le monde entier. »

Kweku Mandela

« La pire forme de discrimination est le manque de respect pour les autres, et le pape François nous a demandé d'utiliser les réseaux sociaux et les médias pour parler de l'amour du prochain. »

Márcio Tadeu Ribeiro Francisco, professeur aux universités Rio de Janeiro State (UERJ) et Veiga de Almeida (UVA), militant et coordinateur de la campagne Zéro Discrimination à Rio de Janeiro