Communiqué de presse

L’ONUSIDA appelle les futurs dirigeants à rester focalisés sur le sida

Le Conseil de Coordination du Programme de l’ONUSIDA approuve le Budget-plan de travail 2010-2011, en mettant l’accent sur la prévention parmi les consommateurs de drogues injectables et les questions de sexospécificité en tant que domaines prioritaires 

GENEVE – 24 juin 2009 – L’organe directeur du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) s’est réuni à Genève du 22 au 24 juin à l’occasion de la 24ème réunion du Conseil de Coordination du Programme (le Conseil).

Lors de la réunion, le Directeur exécutif de l’ONUSIDA, Michel Sidibé, a présenté ses plans pour la future direction de l’ONUSIDA, soulignant l’importance d’une riposte coordonnée à l’épidémie parmi tous les intervenants et en particulier au sein du système des Nations Unies.

« Nous devons faire en sorte que nos futurs dirigeants restent focalisés sur le sida – et ne s’en lassent pas, » a déclaré Michel Sidibé. « Nous devons repositionner l’ONUSIDA dans un paysage de la santé mondiale terriblement complexe. L’objectif clé de l’ONUSIDA consistera à briser la trajectoire de l’épidémie de sida en remettant l’accent sur la prévention du VIH. »

Le Conseil a approuvé le budget de l’ONUSIDA se montant à US$ 484,8 millions pour 2010 et 2011 et approuvé son programme d’action et ses domaines prioritaires. A la lumière de la crise financière actuelle, l’ONUSIDA n’a pas demandé une augmentation de son financement par rapport aux niveaux précédents. Le Directeur exécutif de l’ONUSIDA a engagé le Programme à agir sur trois fronts – accroître les résultats et leur impact, élargir les partenariats, et se transformer en une organisation plus efficace et plus efficiente. « Nous pouvons en faire davantage avec moins, » a souligné Michel Sidibé.
M. Sidibé a également annoncé que l’ONUSIDA rassemblerait le mouvement autour du sida et les autres mouvements mondiaux en faveur de la santé, des droits humains, des femmes et du développement. « Si nous gardons le sida isolé, nous ne parviendrons pas à relier le VIH à l’agenda global de la santé internationale et du développement, tel qu’il est représenté par les OMD, » a-t-il ajouté. « Il sera essentiel de promouvoir une telle approche exhaustive et d’établir ces partenariats pour pérenniser et accélérer les progrès dans la phase suivante de la riposte mondiale au sida. C’est ce que j’appelle le mouvement sida+OMD. »

Le segment thématique de la réunion était axé sur les ‘populations en mouvement’ et a donné un large éclairage sur l’urgente nécessité de fournir un accès universel à des services de prévention, de traitement, de soins et d’appui en matière de VIH à l’intention des populations migrantes et des personnes déplacées. Le Conseil a appelé l’ONUSIDA à faciliter l’inclusion de ces programmes destinés aux populations en mouvement, notamment des migrants et des populations déplacées sous la contrainte, dans les stratégies nationales de lutte contre le sida.

Un ensemble de recommandations tournées vers l’avenir visant à accroître la couverture de mesures essentielles et efficaces pour réduire considérablement le VIH chez les consommateurs de drogues ont été approuvées lors de la réunion. Il a été spécifié que ces importantes mesures de réduction des risques comprennent les programmes d’échange d’aiguilles et de seringues, le traitement de substitution des opiacés, l’accès à la thérapie antirétrovirale et la prévention de la transmission sexuelle parmi les consommateurs de drogues.

Le Conseil a également exhorté les gouvernements, les donateurs et l’ONUSIDA à élargir de manière significative les efforts pour contrer les inégalités et les injustices entre hommes et femmes, la violence à l’encontre des femmes, notamment les abus sexuels et physiques, et à s’attaquer aux pratiques et normes sexospécifiques néfastes qui sont les principaux moteurs de l’épidémie.

Saluant l’initiative pilote destinée à renforcer les capacités des Etats africains au sein des organes décisionnels de l’ONUSIDA et du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, le Conseil a demandé que soient élaborés des indicateurs pour mesurer les succès accomplis.

Les responsables des organismes coparrainants de l’ONUSIDA ont été priés de réaffirmer leur engagement en faveur de la réforme des Nations Unies et de promouvoir le concept consistant à ‘s’unir dans l’action’ au niveau des pays, avec un accent stratégique plus fort sur l’ONUSIDA. Le Conseil a également reçu une mise à jour sur les conclusions préliminaires de l’évaluation indépendante de l’ONUSIDA qu’il a mandatée en 2007. Le rapport final sera présenté lors de la réunion du Conseil en décembre 2009.

Plus de 300 participants et observateurs issus des Etats Membres, des organisations internationales, de la société civile et des organisations non gouvernementales ont assisté à la réunion de cette année, qui a été présidée par l’Ethiopie, les Pays-Bas faisant office de vice-président et le Guatemala de rapporteur spécial. La prochaine réunion du Conseil se tiendra en décembre 2009. Une liste complète des décisions, recommandations et conclusions de la réunion peut être consultée sur http://data.unaids.org/pub/BaseDocument/2009/20090624_pcb_24_decisions_final_en.pdf

Centre de presse

Téléchargez la version imprimable (PDF)


Région/pays