Communiqué de presse

La réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement repose sur la prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant en Afrique

UNAIDS Executive Director, Mr Michel Sidibe (left) meeting the President of Burkina Faso, H. E. Blaise Compaore 
UNAIDS Executive Director, Mr Michel Sidibe (left) meeting the President of Burkina Faso, H. E. Blaise Compaore at the African Union Summit in Uganda, 27 July 2010.

Kampala, le 27 juillet 2010 — Le sommet de haut niveau de l’Union Africaine, qui s’est tenu du 25 au 27 juillet à Kampala, en Ouganda, était axé sur l’investissement dans la santé de la femme et de l’enfant. La réunion, qui a attiré plus de 35 chefs d’État et hauts responsables politiques, a mis en évidence les progrès et les difficultés qui marquent l’avancement des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) 4 et 5, lesquels appellent à la réduction de la mortalité infantile et à l’amélioration de la santé maternelle.

L’Afrique, qui ne représente que 11 % de la population mondiale, enregistre plus de la moitié des décès maternels et infantiles survenus dans le monde. Malgré les avancées réalisées dans la santé mondiale, le continent africain présente les plus forts taux de mortalité maternelle et infantile au monde. Les progrès réalisés en faveur des OMD 4 et 5 ont été, au mieux, timides, car de nombreux pays ne bénéficient pas de ressources financières suffisantes pour leur secteur de la santé et la gestion de leurs programmes.

« Je crois sincèrement qu’un nouveau dynamisme est possible pour empêcher le décès des mères et sauver leurs bébés d’une infection au VIH », a déclaré le Président sénégalais, M. Wade, lors de son discours inaugural sur le point de l’ordre du jour du sommet consacré à la transmission du VIH de la mère à l’enfant. « Les progrès réalisés dans la santé maternelle et infantile en Afrique – qui sont de véritables progrès pour la santé générale de nos populations – dépendent fortement des avancées accomplies dans la riposte au sida. »

Selon une étude récente publiée par The Lancet, les progrès réalisés dans la réduction de la mortalité maternelle sont freinés par l’épidémie continue de VIH. Selon cette étude, les estimations fixent à 343 000 le nombre de décès maternels en 2008. Les chercheurs ont signalé que 60 000 vies supplémentaires pourraient être sauvées chaque année si les femmes recevaient un diagnostic et un traitement contre le VIH appropriés.

UNAIDS Executive Director, Mr Michel Sidibe (left) meeting the President of Namibia H.E. Hifikepunye Pohamba 
UNAIDS Executive Director, Mr Michel Sidibe (left) meeting the President of Namibia H.E. Hifikepunye Pohamba at the African Union Summit in Uganda, 27 July 2010.

Le Directeur exécutif de l’ONUSIDA, Michel Sidibé, a rappelé aux participants du sommet le lien crucial qui relie la riposte au sida et la santé maternelle et infantile. Le sida est la principale cause de mortalité parmi les femmes en âge d’être mères dans le monde. Dans de nombreux pays du continent africain, ce virus est la première cause de mortalité parmi les nourrissons et les jeunes enfants. Chaque année, près de 400 000 enfants naissent avec le VIH en Afrique.

Lors de son séjour à Kampala, M. Sidibé a réitéré son appel en faveur de l’élimination définitive de la transmission du VIH de la mère à l’enfant – un objectif qui, a-t-il rappelé, peut être atteint. Il a cependant fait remarquer que l’émergence d’une génération sans VIH dépendra fortement – à l’instar des OMD 4 et 5 – du renforcement des systèmes de santé.

« La transmission du VIH de la mère à l’enfant a pratiquement disparu dans tous les pays du Nord. Il est inacceptable que les bébés soient aussi nombreux à naître avec le VIH en Afrique », a déclaré M. Sidibé. Des pays comme le Botswana ont déjà atteint l’accès universel en matière de prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant. De nombreux pays sont sur le point d’y parvenir eux aussi.

Lors de ce sommet, M. Sidibé était aux côtés du Professeur Michel Kazatchkine, Directeur exécutif du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, lequel a instamment demandé aux dirigeants africains d’accroître leurs ressources destinées à la riposte au sida. « Le Fonds mondial a investi à ce jour plus de 11 milliards de dollars USD en Afrique pour aider les pays à réduire la mortalité maternelle et infantile par des actions ciblées contre le sida, la tuberculose et le paludisme, lesquels font encore des ravages parmi les femmes et les enfants en Afrique. Cette aide doit être accrue afin de mieux répondre aux attentes des pays », a indiqué le Professeur Kazatchkine.

Il est possible de sauver la vie des mères et de leurs bébés en combinant le dépistage et le conseil sur le VIH, l’accès aux prophylaxies et aux traitements antirétroviraux efficaces, la pratique de méthodes d’accouchement sans danger, la régulation des naissances et l’utilisation sans risque de substituts du lait maternel. La XVIIIème Conférence internationale sur le sida a récemment annoncé qu’un gel vaginal contenant le médicament antirétroviral ténofovir avait été testé et avéré. Il pourrait ouvrir de nouvelles possibilités à la prévention du VIH chez les femmes.

Centre de presse

Téléchargez la version imprimable (PDF)


Région/pays