Déclaration à la presse

L’ONUSIDA félicite les donateurs qui se sont engagés à verser US$ 11,7 milliards au Fonds mondial

Lors de la Conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial de New York, la promesse de don des États-Unis a été la plus élevée

GENÈVE, 5 octobre 2010 – L’ONUSIDA félicite les donateurs pour leurs promesses de don faites lors de la Conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme – qui s’est tenue cette année à New York sous la présidence de M. Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies.

Les États-Unis d’Amérique ont fait la promesse de don la plus importante – s’engageant à verser le soutien financier le plus élevé jamais enregistré au profit du Fonds mondial, soit US$ 4 milliards sur trois ans (ce qui correspond à une augmentation de 38 % par rapport à la période de trois ans précédente).

Plus de 40 pays (y compris certaines nations émergentes), des fondations privées et des entreprises se sont engagés à verser plus de US$ 11,7 milliards sur les trois prochaines années pour financer les programmes de santé destinés à lutter contre ces trois maladies.

« Ces promesses de don arrivent à un moment critique. Nous commençons tout juste à récolter les fruits de nos investissements – ce qui se traduit par un recul des nouvelles infections dans les pays les plus durement touchés et par une augmentation sans précédent du nombre de personnes sous traitement antirétroviral » a déclaré M. Michel Sidibé, Directeur exécutif de l’ONUSIDA. « C’est une première étape significative et nécessaire, mais insuffisante pour répondre aux aspirations de tous. Les donateurs publics et privés doivent continuer de mobiliser des ressources afin de garantir les progrès futurs de la riposte au sida ».

Malgré des promesses de don record au profit du Fonds mondial, le financement de la lutte contre le sida demeure globalement insuffisant. Pour la première fois en quinze ans, les fonds totaux engagés dans la riposte au sida n’ont pas augmenté. Cela soulève des inquiétudes sérieuses quant aux progrès futurs car un ralentissement des investissements ne manquera pas d’avoir un impact préjudiciable sur cette riposte.

On estime que près de 2,8 millions de personnes ont accès au traitement grâce à des financements fournis par le Fonds mondial, c'est-à-dire plus de la moitié des personnes aujourd’hui sous traitement. Toutefois, on évalue à près de 10 millions le nombre de personnes vivant avec le VIH qui ont un besoin urgent de traitement. Pour cinq personnes nouvellement infectées par le virus, deux seulement sont mises sous traitement.

Les investissements à grande échelle engagés pour lutter contre le sida ont généré des résultats encourageants. Lors du Sommet sur les OMD de New York il y a deux semaines, l’ONUSIDA a communiqué de nouvelles données révélant que les infections à VIH avaient reculé de plus de 25 % dans 22 pays très affectés par le sida d’Afrique subsaharienne et qu’avec 5,2 millions de personnes sous traitement antirétroviral, le nombre des décès liés au sida avait chuté.

Centre de presse

Téléchargez la version imprimable (PDF)


Région/pays