Déclaration à la presse

L'ONUSIDA rejette les préjugés et les fausses idées concernant les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes et les personnes transsexuelles

Les efforts en vue de l'élargissement de l'accès aux services de prévention et de traitement du VIH doivent être intensifiés en parallèle aux efforts de la société pour éradiquer l'homophobie

NEW DELHI, 5 juillet 2011—L'ONUSIDA loue les efforts du programme national de lutte contre le sida de l'Inde, qui visent à fournir des services anti-VIH aux hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes et aux personnes transsexuelles. À l'heure actuelle, en Inde, près de 67 % des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes ont accès aux services de prévention. Selon les estimations de l'organisation nationale de lutte contre le sida, il y aurait plus de  400 000 hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes en Inde ; la prévalence du VIH au sein de cette population est d'environ 7,3 %, contre une prévalence du VIH de 0,31 % parmi la population adulte du pays.

« La riche tradition indienne d'inclusion et de justice sociale doit aussi inclure les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes et les personnes transsexuelles », a déclaré Michel Sidibé, directeur exécutif de l'ONUSIDA, en marge de la Convention nationale des parlementaires et représentants élus. « Le succès de la riposte au sida de l'Inde a été possible grâce à la forte participation des communautés d'hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, de professionnels du sexe, de consommateurs de drogues injectables et de personnes transsexuelles, avec l'appui d'une politique nationale de lutte contre le sida solide et progressiste ».

L'ONUSIDA salue l'appel lancé par le Premier ministre indien, le Dr Manmohan Singh, pour l'élaboration de programmes et de politiques « adaptés au VIH », de façon à ce que les populations marginalisées touchées par le VIH puissent bénéficier des programmes de santé et de développement. « Nous devons travailler pour leur bien-être et pour leur assurer une vie digne. Nous devons veiller à l'absence de toute stigmatisation et discrimination envers les personnes infectées et touchées par le VIH », a expliqué le Dr Singh. Lors de l'ouverture de la Convention nationale, le Dr Singh a exposé une nouvelle fois la stratégie de son gouvernement pour fournir des services anti-VIH aux groupes les plus exposés au risque d'infection par le VIH.

« Il n'y a pas de place pour la stigmatisation et la discrimination fondées sur l'orientation sexuelle », a indiqué M. Sidibé. « Je salue l'appel bipartite lancé par Mme Sonia Gandhi et Mme Sushma Swaraj pour mettre fin à toutes les formes de stigmatisation et de discrimination à l'encontre des personnes exposées à un risque accru d'infection par le VIH ».

En 2009, la Haute Cour de Delhi a rejeté une loi qui criminalisait les rapports sexuels entre adultes consentants. Cette position a également reçu le soutien du gouvernement indien, dans son affidavit transmis à la Cour suprême.

« Conformément à la classification des maladies de l'OMS, l'ONUSIDA ne considère pas l'homosexualité comme une maladie », a déclaré M. Sidibé. Selon les directives récemment publiées par l'ONUSIDA et l'OMS concernant la prévention et le traitement du VIH et des autres infections sexuellement transmissibles chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes et les personnes transsexuelles, les législateurs et les autres autorités gouvernementales doivent établir des lois protectrices anti-discrimination afin d'éliminer la discrimination et la violence auxquelles sont confrontés les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes et les personnes transsexuelles.

L'ONUSIDA s'engage à soutenir la riposte au sida couronnée de succès de l'Inde, qui a permis de faire baisser le nombre de nouvelles infections au VIH de plus de 50 % au cours des dix dernières années. L'Inde produit actuellement plus de 85 % des médicaments génériques antirétroviraux de grande qualité pour la majorité des pays à revenu faible ou intermédiaire. Les tribunaux indiens ont progressivement défendu les droits des personnes vivant avec le VIH et des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes en renversant des lois discriminatoires. 

L'ONUSIDA va travailler avec le gouvernement indien, la société civile et les groupes communautaires pour concrétiser l'objectif « zéro nouvelle infection au VIH - zéro discrimination - zéro décès dû au sida » en Inde.

Centre de presse

Téléchargez la version imprimable (PDF)


Contact

ONUSIDA Genève
Saira Stewart
tél. +41 22 791 2511
stewarts@unaids.org


Contact

ONUSIDA New Delhi
Zainab Nedou
tél. +91 9810383456
nedouz@unaids.org


Région/pays

Inde