Press statementDéclaration à la presse

International Women’s Day 2011Journée internationale de la femme 2011

Ces informations ne sont pas disponibles en français.

Message from UNAIDS Executive Director Mr. Michel Sidibé

GENEVA, 8 March 2011—Today is the 100th anniversary of the International Women’s day and I salute all women.

There is much to celebrate and there is so much more we can and should do.

30 years into the AIDS epidemic, women and girls are still the most affected—nearly 16 million are living with HIV and the number continues to rise every day. 

We must not accept this.

I hope for a world where; all women can protect themselves and their children from HIV; all women have access to HIV treatment; and women  and girls do not fear rape, violence and HIV infection.

I hope for a world where there are Zero new HIV infections, Zero discrimination and Zero AIDS–related deaths among women and girls.

We must make this a reality, not in the next 100 years, but now.


Message de M. Michel Sidibé, Directeur exécutif de l’ONUSIDA

GENÈVE, 8 mars 2011––Aujourd’hui nous célébrons le 100ème anniversaire de la Journée internationale de la femme et j’adresse à cette occasion un salut à toutes les femmes du monde.

Les raisons de se réjouir sont nombreuses. Mais il reste encore beaucoup de progrès que nous pouvons et devons accomplir.

30 ans après le début de l’épidémie de sida, les femmes et les filles restent les plus affectées par le virus – près de 16 millions d’entre elles vivent avec le VIH et ce chiffre continue d’augmenter chaque jour.

Cela n’est pas acceptable.

Je place mon espoir dans un monde dans lequel ; toutes les femmes pourront se protéger – elles-mêmes et leurs enfants – du VIH ; toutes les femmes auront accès au traitement du VIH ; et les femmes et les filles n’auront plus à craindre le viol, la violence et l’infection à VIH

Je place mon espoir dans un monde dans lequel notre vision « Zéro nouvelle infection à VIH. Zéro discrimination. Zéro décès lié au sida. » deviendra une réalité pour les femmes et les filles.

Nous devons agir pour y parvenir aujourd’hui et non pas dans 100 ans.