Communiqué de presse

Le George W. Bush Institute, le Département d’État américain, la fondation Susan G. Komen for the Cure® et le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida annoncent le lancement d’une nouvelle initiative pour la santé des femmes

Le partenariat Pink Ribbon Red Ribbon (PRRR) développera des activités désespérément nécessaires pour lutter contre le cancer du col de l’utérus et du sein en Afrique subsaharienne.


Le président George W. Bush avec le directeur exécutif de l'ONUSIDA, Michel Sidibé, le jour du lancement de l'initiative de Pink Ribbon Red Ribbon®
Photo : Bush Center

WASHINGTON, D.C., 13 septembre 2011—Le George W. Bush Institute, le Département d’État américain, le Plan présidentiel d’urgence d’aide à la lutte contre le sida des États-Unis (PEPFAR), la fondation Susan G. Komen for the Cure® et le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) vont annoncer aujourd’hui le lancement du Pink Ribbon Red Ribbon®. Ce partenariat innovant est destiné à exploiter les investissements publics et privés engagés dans la santé mondiale pour lutter contre le cancer du col de l’utérus et du sein – deux des principales causes de décès du cancer chez les femmes – en Afrique subsaharienne et en Amérique latine. Le partenariat Pink Ribbon Red Ribbon développera les capacités de dépistage et de traitement du cancer du col de l’utérus et de sein – qui sauvent des vies, et d’éducation à la prise en charge du cancer du sein – en particulier pour les femmes des pays en développement les plus exposées au risque de contracter un cancer du col de l’utérus du fait de leur séropositivité au VIH.

« L’heure est venue d’aller de l’avant en s’appuyant sur les progrès enregistrés au cours des 10 dernières années dans la lutte contre le VIH et le sida » a déclaré le Président George W. Bush. « De nombreuses femmes qui ont recours aux services de prise en charge du sida sont aussi confrontées au problème du cancer. Il ne suffit pas de sauver une femme du sida si c’est pour ensuite la laisser mourir d’une autre maladie que l’on peut tout à fait éviter ».

Le partenariat de lutte contre le cancer du col de l’utérus exploitera la plate-forme et les ressources du PEPFAR – mis en place sous la présidence de George W. Bush et pierre angulaire de l’Initiative mondiale de santé (GHI) du Président Obama – et s’appuiera sur les enseignements tirés de l’élargissement massif de l’accès aux interventions de riposte au VIH opéré ces dernières années. Comme il n’y a pas de lien entre le cancer du sein et le VIH, les fonds du PEPFAR ne seront pas utilisés pour soutenir directement les activités de lutte contre le cancer du sein. Cependant, d’autres partenaires du Pink Ribbon Red Ribbon exploiteront les plates-formes du PEPFAR, en utilisant d’autres sources de financement, pour soutenir le combat contre le cancer du sein.

« Investir dans la santé des femmes est une démarche juste et intelligente. Le Pink Ribbon Red Ribbon sauvera des vies de femmes et aidera par là même des familles et des communautés entières. Par le biais de ce nouveau partenariat, le gouvernement américain a engagé USD 10 millions supplémentaires, ce qui porte l’investissement total du PEPFAR à USD 30 millions sur les 5 prochaines années. Sous le leadership de Mme Clinton, Secrétaire d’État, et de M. Eric Goosby, Ambassadeur et Coordonnateur pour les États-Unis de la lutte mondiale contre le sida, le Département d’État est fier de se rallier à cet partenariat majeur et ambitieux destiné à lutter contre le cancer du col de l’utérus et du sein à travers le monde » a déclaré Mme Melanne Verveer, Ambassadrice itinérante chargée des questions relatives à la condition de la femme à travers le monde.

Les femmes dont le système immunitaire est affaibli par le VIH sont plus susceptibles de développer un cancer du col de l’utérus. Grâce au PEPFAR, il existe déjà des services de dépistage et de traitement pour les femmes dans plus de 250 dispensaires de 11 pays d’Afrique. Par l’intermédiaire du PRRR, le PEPFAR va engager USD 10 millions supplémentaires, ce qui portera son investissement total à USD 30 millions sur les 5 prochaines années et permettra de s’assurer qu’un plus grand nombre de femmes soient dépistées et sauvées.

« Aujourd’hui, la majorité des femmes d’Afrique subsaharienne n’ont pas accès à des services de base essentiels de dépistage et de traitement du cancer du col de l’utérus et du sein, et nous devons agir rapidement pour nous attaquer à cette épidémie qui se développe » a déclaré Mme Nancy G. Brinker, Ambassadrice, fondatrice et CEO de la fondation Susan G. Komen for the Cure. « Le partenariat PRRR s’appuie sur les efforts que nous avons engagés de longue date en Afrique et à travers le monde pour soutenir des modèles innovants qui sauveront des vies grâce à une détection plus précoce du cancer du sein et du col de l’utérus, à un moment où l’on a encore le temps de le traiter ».

Grâce aux premières manifestations d’intérêt, le PRRR table sur des engagements susceptibles de s’élever à USD 75 millions sur 5 ans, montant susceptible d’être augmenté avec l’intégration de nouveaux participants et de services supplémentaires. Les objectifs sont de réduire le nombre de décès liés au cancer du col de l’utérus d’environ 25 % parmi les femmes ayant fait l’objet d’un dépistage et d’un traitement dans le cadre de l’initiative, d’élargir de façon significative l’accès à des programmes de prévention, de dépistage et de traitement du cancer du sein et du col de l’utérus, et de créer des modèles innovants susceptibles d’être développés à grande échelle et utilisés à travers le monde.

Cette initiative entre le secteur public et le secteur privé inclut des engagements initiaux des entreprises fondatrices participantes que sont Merck, Becton Dickinson, QIAGEN, Caris Foundation, Bristol-Myers Squibb, GlaxoSmithKline et IBM.

« Le développement rapide des services de prévention et de traitement du VIH sur les 10 dernières années a permis de sauver des millions de vies » a déclaré M. Michel Sidibé, Directeur exécutif de l’ONUSIDA. « Unir les efforts de deux programmes de santé vitaux signifie que l’on pourra atteindre un plus grand nombre de femmes à travers le monde et qu’elles bénéficieront d’une prise en charge intégrée et non isolée ».

L’infection à VIH affaiblit le système immunitaire et réduit la capacité du corps à lutter contre les infections, ce qui peut entraîner un cancer du col de l’utérus. Ce cancer est 4-5 fois plus courant chez les femmes vivant avec le VIH que chez les femmes séronégatives.

Il faut développer de toute urgence des solutions innovantes et pérennes pour lutter contre les cancers des femmes dans les pays en développement – où ces maladies sont souvent négligées et associées à une stigmatisation qui dissuade les femmes d’accéder à des programmes de prévention, de soins et de traitement qui sauvent des vies. Il est possible, en exploitant les investissements significatifs engagés dans les programmes de prévention, de soins et de traitement du VIH, d’intégrer des méthodes de prévention, de dépistage et de test simples et présentant un bon rapport coût-efficacité, et de réduire de façon considérable la mortalité et les diagnostics tardifs du cancer du col de l’utérus, et ce, tout en continuant à élargir l’accès à une éducation à la prise en charge du cancer du sein.

ONUSIDA

L’ONUSIDA, Programme commun des Nations Unies sur le VIH et le sida, est un partenariat innovant des Nations Unies qui guide et mobilise le monde en vue de mettre en place un accès universel à la prévention, au traitement, aux soins et à l’appui en matière de VIH. Pour en savoir plus, consultez le site unaids.org.

George W. Bush Institute

Le George W. Bush Institute s’est donné pour mission d’améliorer la condition humaine via la liberté humaine, la réforme de l’éducation, la santé mondiale et la croissance économique. Dans le cadre de tous ses programmes, le Bush Institute intègre des initiatives qui visent à émanciper les femmes et à soutenir l’action sociale en tant que catalyseur éprouvé du changement. Le Bush Institute est le bras du George W. Bush Presidential Center qui développe des politiques innovantes. Basé sur le campus de la SMU à Dallas, le centre promeut la bibliothèque présidentielle. Plus d’informations sur le site www.bushcenter.com.

PEPFAR

Le Plan présidentiel d’urgence d’aide à la lutte contre le sida des États-Unis (PEPFAR) est l’initiative engagée par les pouvoirs publics américains pour aider à sauver les vies de ceux qui souffrent du VIH/sida à travers le monde. Cet engagement historique est le plus important jamais pris par un pays pour riposter contre une seule et même maladie au niveau international, et les investissements du PEPFAR contribuent aussi à atténuer les souffrances liées à d’autres maladies affectant la santé dans le monde. Le PEPFAR est dynamisé par la responsabilité que partagent les pays donateurs et partenaires et d’autres d’investir intelligemment pour sauver des vies. Plus d’informations sur le PEPFAR sur les pages www.PEPFAR.gov, http://twitter.com/uspepfar, ou www.facebook.com/PEPFAR.

Susan G. Komen for the Cure

Nancy G. Brinker a fait la promesse à sa sœur Susan G. Komen, alors que celle-ci était mourante, de faire tout ce qui serait en son pouvoir pour éradiquer définitivement le cancer du sein. En 1982, cette promesse s’est matérialisée par la création de la fondation Susan G. Komen for the Cure et le lancement du mouvement mondial contre le cancer du sein. Aujourd’hui, le Komen for the Cure est le plus grand réseau populaire mondial de femmes ayant survécu au cancer du sein et de militantes luttant pour sauver leur vie, donner des moyens aux gens, garantir des soins de qualité pour tous et dynamiser la science afin qu’elle découvre des remèdes. Grâce à des événements tels que la « Komen Race for the Cure » et le « Komen 3-Day for the Cure », nous avons pu investir plus de USD 1,9 milliard pour accomplir notre promesse – devenir la plus importante source de financement à but non lucratif dédiée à la lutte contre le cancer du sein au niveau mondial. Plus d’informations sur la fondation Susan G. Komen for the Cure, la santé ou le cancer du sein sur le site komen.org ou en appelant le 1-877 GO KOMEN.

Centre de presse

Téléchargez la version imprimable (PDF)


Contact

ONUSIDA Genève
Sophie Barton-Knott
tél. +41 79 514 6896 / +41 22 791 1697
bartonknotts@unaids.org


Contact

Bush Institute
Hannah Abney
tél. +1 202 271 3456
habney@bushcenter.com


Contact

PEPFAR
Alyzza Dill
tél. +1 202 663 2708
DillAA@state.gov


Contact

Susan G. Komen for the Cure
Alyssa Goldfarb
tél. +1 202-729-4077
alyssa.goldfarb@ogilvy.com


Région/pays



Multimedia


Speeches