Communiqué de presse

Un nouveau rapport de FCAA et de l’ONUSIDA révèle que les financements philanthropiques destinés à la lutte contre le VIH ont peu évolué ces dernières années

Le rapport contient de nouvelles informations de 40 bailleurs de fonds externes aux États-Unis et à l’Europe

WASHINGTON D.C., LE CAP, GENÈVE, 10 décembre 2013 – Un nouveau rapport de Funders Concerned About AIDS (FCAA), établi avec le soutien de l’ONUSIDA, révèle que 5,4 % (US$ 0,5 milliard) de l’ensemble des financements internationaux destinés à la lutte contre le VIH dans les pays à revenu faible ou intermédiaire proviennent d’organisations philanthropiques. En 2012, les donateurs privés ont versé US$ 636 millions au niveau mondial. Présenté aujourd’hui lors du Sommet sur la philanthropie contre le sida 2013 de FCAA et de la 17ème Conférence internationale sur le sida et les IST en Afrique, ce rapport indique par ailleurs que les financements philanthropiques sont globalement restés stables depuis 2011 (augmentation inférieure à 1 %).

Selon le rapport, cette légère progression est essentiellement attribuable à 40 nouveaux bailleurs de fonds externes aux États-Unis et à l’Europe occidentale et centrale. Si l’on exclut les financements de ces entités, les organisations philanthropiques basées aux États-Unis et dans l’Union européenne ont réduit leurs financements de US$ 33 millions (5 %) depuis 2011. Les financements philanthropiques totaux sont globalement restés au même niveau depuis 2007 et demeurent très sensibles aux contributions du plus important donateur mondial de la lutte contre le VIH/sida – la Fondation Bill et Melinda Gates (Fondation Gates). Selon les prévisions américaines et européennes, les financements privés de la riposte au sida n’augmenteront sans doute pas en 2013.

« Nous sommes très heureux de souligner l’action et l’impact de 40 nouveaux partenaires potentiels dans la riposte philanthropique au VIH/sida » a déclaré John Barnes, Directeur exécutif de FCAA. « Cependant, la prise en compte de ces nouvelles sources de financement dans le rapport masque un recul préoccupant des contributions des organisations basées aux États-Unis et dans l’Union européenne. Une approche de financement « lente et régulière » ne permettra pas de fournir les ressources nécessaires pour pouvoir relever les défis actuels de la riposte au sida ».

Autres conclusions majeures :

  • Les financements d’organisations philanthropiques américaines ont totalisé US$ 467 millions en 2012 (-3 % par rapport à 2011). Sept bailleurs de fonds importants – dont la Fondation Gates (qui est à l’origine de la moitié du total des financements américains) – ont fortement réduit leurs contributions (US$ 1 m-US$ 18mil) du fait des fluctuations annuelles des cycles de subventionnement et de la réorientation des financements vers d’autres domaines de la santé.
  • Parmi les organisations philanthropiques de l’Union européenne, le total des financements de 2012 a atteint US$147 millions (-6 % par rapport à 2011), ce qui confirme une diminution régulière sur trois ans depuis 2009. La réduction des financements de la majorité des bailleurs de fonds de l’Union européenne entre 2011 et 2012 résulte en partie des fluctuations annuelles des cycles de subventionnement, ou d’un processus d’examen des stratégies, plutôt que d’une réallocation des financements au détriment de la riposte au VIH.
  • Pour la première fois en 2013, FCAA a conduit une étude pour identifier des donateurs philanthropiques susceptibles de soutenir la lutte contre le VIH basés en dehors des États-Unis et de l’Europe occidentale et centrale. Des enquêtes et d’autres travaux de recherche ont permis d’obtenir des données de 40 bailleurs de fonds de 13 pays qui ont contribué aux financements philanthropiques de la riposte au sida à hauteur d’environ US$ 38 millions en 2012.

« On ressent une solidarité mondiale manifeste pour que la riposte au sida progresse afin de parvenir à une génération sans sida » a déclaré Luiz Loures, Directeur exécutif adjoint de la branche Programme de l’ONUSIDA. « L’ONUSIDA continue d’inciter vivement tous les partenaires à rechercher des moyens innovants pour garantir des sources de financement accrues et pérennes afin de nous permettre d’atteindre tous ceux qui ont besoin de services vitaux de prise en charge du VIH ».

Le rapport a été publié parallèlement à des nouvelles selon lesquelles les financements de la riposte au sida dans les pays à revenu faible ou intermédiaire provenant des gouvernements donateurs ont totalisé US$ 7,86 milliards en 2012, niveau pratiquement inchangé depuis 2008. Selon l’ONUSIDA, les ressources disponibles pour la lutte contre le VIH ont totalisé US$ 18,9 milliards en 2012, ce qui représente une insuffisance de US$ 3-5 milliards par rapport à ce qui est nécessaire pour atteindre l’objectif de US$ 22-24 milliards. Le Cadre d’investissement de l’ONUSIDA destiné à optimiser l’utilisation des ressources montre qu’on pourrait éviter 4,2 millions de nouvelles infections à VIH et 1,9 million de décès liés au sida, et que 15 millions de personnes pourraient avoir accès au traitement contre le VIH si les financements étaient augmentés à US$ 24 milliards d’ici à 2015.

Bien que les financements philanthropiques fournis aux pays à revenu faible ou intermédiaire ne représentent que 5 % environ de l’ensemble des financements philanthropiques internationaux alloués à la riposte au sida, FCAA et l’ONUSIDA soulignent que, du fait de leur indépendance, les organisations philanthropiques ont un rôle de catalyseur à jouer dans ce combat. Les financements philanthropiques sont souvent consacrés à des domaines essentiels grâce au plaidoyer et servent à soutenir les populations clés (telles que les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, les consommateurs de drogues et les professionnel(le)s du sexe) dont les besoins sont rarement couverts par d’autres sources de financement.

Le rapport annuel de suivi des ressources de FCAA, établi avec le soutien de l’ONUSIDA, entend informer les parties prenantes de la répartition et des tendances globales des fonds philanthropiques mondiaux alloués à la riposte au sida. Les données financières sont largement tirées d’enquêtes auprès des bailleurs de fonds ainsi que d’examens complémentaires des bases de données sur les subventions et de listes de subventions des bailleurs de fonds. Les données ont été obtenues pour près de 300 organisations considérées comme représentatives de la grande majorité des organisations philanthropiques privées qui financent la riposte au VIH/sida.

Télécharger le rapport Global Philanthropic Support to Address HIV/AIDS in 2012 (Soutien des organisations philanthropiques mondiales pour lutter contre le VIH/sida en 2012) à l’adresse : http://www.fcaaids.org/resourcetracking (en anglais)

ONUSIDA

Le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) guide et mobilise la communauté internationale en vue de concrétiser sa vision commune : « Zéro nouvelle infection à VIH. Zéro discrimination. Zéro décès lié au sida. » L’ONUSIDA conjugue les efforts de 11 institutions des Nations Unies – le HCR, l’UNICEF, le PAM, le PNUD, l’UNFPA, l’UNODC, ONU Femmes, l’OIT, l’UNESCO, l’OMS et la Banque mondiale. Il collabore étroitement avec des partenaires mondiaux et nationaux pour que la riposte au sida donne les meilleurs résultats possibles. Pour en savoir plus, consultez le site unaids.org, et suivez nous sur Facebook et Twitter.

FCAA
Funders Concerned About AIDS (FCAA) a été fondé en 1987 avec pour mission de mobiliser le leadership, les idées et les ressources philanthropiques de bailleurs de fonds basés aux États-Unis afin d’éradiquer la pandémie de VIH/sida – dans le pays et au niveau international – et de s’attaquer à ses impacts économiques et sociaux.

Centre de presse

Téléchargez la version imprimable (PDF)


Contact

ONUSIDA Genève
Sophie Barton-Knott
tél. +41 79 514 6896 / +41 22 791 1697
bartonknotts@unaids.org


Contact

FCAA
Sarah Hamilton
tél. +1 509 336 9240
sarah@fcaaids.org


Région/pays