L’OIT constate un progrès significatif dans les attitudes à l’égard du VIH/sida sur les lieux de travail

Bookmark and Share

Reportage

L’OIT constate un progrès significatif dans les attitudes à l’égard du VIH/sida sur les lieux de travail

25 avril 2008

20080423-iloreport-200.jpg
« Sauver des vies, protéger les
emplois » est un nouveau rapport
du projet SHARE de l’OIT

De meilleures politiques et pratiques sur les lieux de travail ont apporté des attitudes plus compréhensives à l’égard des collègues vivant avec le VIH, rapporte l’Organisation internationale du travail (OIT) dans sa nouvelle publication ‘Sauver des vies, protéger les emplois’.

Le rapport résume les activités du Projet SHARE (Réponse stratégique au VIH/sida en entreprise) qui est actuellement opérationnel dans 650 entreprises et touche près d’un million de travailleurs dans 24 pays.

« Plusieurs pays offrent des exemples remarquables de prise en charge du VIH/sida en utilisant le lieu de travail pour la prévention, les soins et le soutien et contre la stigmatisation et la discrimination, » déclare le Dr Sophia Kisting, Directrice du Programme de l’OIT sur le VIH/sida dans le monde du travail.

Le rapport présente des données sur l’impact des activités relatives au VIH et des politiques non discriminatoires. Ces données ont été recueillies par l’OIT au cours des quatre dernières années dans six pays pilotes—Belize, Bénin, Cambodge, Ghana, Guyana et Togo.

Dans chacun des six pays pilotes, les travailleurs ont fait preuve ‘d’une amélioration sensible de leur attitude à l’égard des personnes vivant avec le VIH’ et les organisations d’employeurs et les syndicats ont de plus en plus recours au Recueil de directives pratiques du BIT sur le VIH/sida pour développer des politiques et des pratiques pour les lieux de travail.

Au Ghana, le pourcentage de travailleurs qui déclarent avoir une attitude compréhensive envers leurs collègues porteurs du virus du sida est passé de 33 à 63%. Dans les six pays qui ont fait l’objet de l’étude, la proportion de travailleurs affichant un comportement favorable à l’égard des PVVS a grimpé de 49 à 63 % en moyenne tout au long du programme.

En plus de consigner les changements d’attitudes à l’égard du VIH, le nouveau rapport présente une série de bonnes pratiques et de données recueillies sur les lieux de travail, auprès des ministères du travail et des organisations d’employeurs et de travailleurs qui collaborent avec l’OIT.

Les données montrent également que dans les six pays, le pourcentage de travailleurs déclarant utiliser des préservatifs avec les partenaires occasionnels est passé de 74 à 84%.

Le succès remporté dans la création de politiques du sida est fortement ancré dans la collaboration entre les travailleurs et leurs employeurs. Actuellement, 33,2 millions de personnes vivent avec le VIH et une majorité d’entre elles continuent à travailler et sont dans leurs années les plus productives, de ce fait, le lieu de travail est un point d’accès unique pour traiter le problème du VIH/sida.

Il peut être l’un des milieux les plus efficaces pour réagir à l’épidémie de sida car les lieux de travail sont des communautés dans lesquelles les individus se rassemblent, discutent et s’informent mutuellement. Les structures et installations existantes peuvent également être utilisées pour les services de prévention, de prise en charge et de soutien.

L’OIT prévoit une série d’événements dans le cadre d’une campagne qui vise à mettre en exergue le VIH dans le monde du travail. Le rapport sera également présenté à la communauté mondiale du sida lors de la Conférence internationale sur le Sida à Mexico du 3 au 8 août.