Reportage

Moldavie : les ONG s'unissent pour renforcer la riposte au VIH

07 septembre 2009

20090907_pannel_200.jpg
Afin de promouvoir un rôle plus important pour les ONG dans la riposte au VIH en Moldavie, la Ligue moldave des personnes vivant avec le VIH a organisé mi-juin, en collaboration avec l'ONUSIDA, un forum national des ONG sur deux jours à Chisinau. Photo: ONUSIDA

De par les diverses opinions qu'elles expriment et les différents points de vue qu'elles représentent, les organisations non gouvernementales (ONG) jouent un rôle essentiel dans la riposte à l'épidémie de sida dans l'ensemble des pays du monde. En tant que partenaires clés de l'élaboration des ripostes nationales au sida, les ONG sont idéalement placées pour fournir des informations tant quantitatives que qualitatives, qui viennent s'ajouter aux données recueillies par les gouvernements.

Afin de promouvoir un rôle plus important pour les ONG dans la riposte au VIH en Moldavie, la Ligue moldave des personnes vivant avec le VIH a organisé mi-juin, en collaboration avec l'ONUSIDA, un forum national des ONG sur deux jours à Chisinau.

Avec plus de 120 représentants de la société civile, du Gouvernement et des organisations internationales, le Troisième forum des organisations non gouvernementales moldaves actives dans le domaine du VIH et de la tuberculose a réuni 26 ONG venues de l'ensemble des régions du pays. En présentant les résultats obtenus durant l'année écoulée à l'occasion d'un échange d'opinions et d'expériences, les participants se sont accordés sur le fait que des actions communes étaient essentielles à une riposte efficace au sida.

Oleg Lozan, Vice-ministre de la Santé, a déclaré lors de la cérémonie d'ouverture que la Moldavie avait fait des progrès dans la riposte au sida grâce aux efforts communs du Gouvernement et des organisations non gouvernementales. « La contribution de la société civile est immense », a ajouté M. Lozan, « et les ONG ont largement couvert les régions insuffisamment atteintes par la riposte de l'Etat au sida. »

La participation de la société civile à la riposte à l'épidémie a été institutionnalisée en Moldavie à travers la mise en place de plusieurs mécanismes de coordination comme le Réseau de réduction des risques, le réseau des ONG travaillant dans le domaine du VIH et la Ligue moldave des personnes vivant avec le VIH. 

20090907_participants_200.jpg
En présentant les résultats obtenus durant l'année écoulée à l'occasion d'un échange d'opinions et d'expériences, les participants se sont accordés sur le fait que des actions communes étaient essentielles à une riposte efficace au sida. Photo: ONUSIDA

Le gouvernement moldave soutient la participation des ONG à l'élargissement de la riposte nationale au VIH. Les ONG sont des membres actifs du Conseil national de coordination des actions contre la tuberculose et le sida et des groupes de travail techniques de ce conseil ; elles ont pleinement participé à la formulation de la nouvelle loi de 2007 sur la prévention du VIH/sida. 

« La participation de la société civile a été renforcée dans le pays et a contribué aux progrès réalisés dans les différents domaines prioritaires de la riposte au sida comme la prévention du VIH, l'adhésion aux traitements antirétroviraux, la réduction des risques et la prise en charge médico-sociale des personnes infectées ou affectées par le VIH », a déclaré Gabriela Ionascu, Coordonnatrice de l'ONUSIDA dans le pays.

Le VIH en Moldavie

La Moldavie fait partie des pays à faible prévalence du VIH. Selon les estimations du Rapport sur l'épidémie mondiale de sida 2008 de l'ONUSIDA, 8900 personnes vivent avec le VIH en Moldavie, dont 29% sont des femmes.

L'utilisation par les consommateurs de drogues injectables de matériel d'injection contaminé constitue le mode principal de transmission du virus. Cependant, certains signes montrent une propagation du VIH dans la population générale, les rapports sexuels non protégés devenant un mode croissant de transmission du virus dans le pays.

D'après un rapport national publié en 2008 par le Centre national de gestion sanitaire, la proportion de femmes dans les nouveaux cas rapportés d'infection à VIH par voie sexuelle augmente également (62% en 2007, contre 57% en 2006).  

Reportages connexes